Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

11 févr. 2015

la vigie du Homet Marine nationale Cherbourg 2015

La Vigie du Homet : la marine change de lunettes


La construction d'une batterie est décidée en 1693 suite au désastre de la Hougue et à la destruction des trois navires de l'amiral de Tourville dans la baie de Cherbourg.




Constituée d'une levée de terre, elle « a six embrasures de gazon pour battre la rade, garnie de six canons tandis que cinq hommes de la coste assure la garde », selon un rapport de 1708. 35 ans plus tard, c'est une « batterie à barbette, revêtue de maçonnerie » sous la plume de Pierre-Jean de Caux.

Le 7 août 1758, elle maintient au large, sous son feu, les Anglais qui débarquent le lendemain à Urville et ravagent Cherbourg.

Mais cette défense côtière devient inutile au XIXe siècle avec la fortification progressive de la rade de Cherbourg, et devient sémaphore. Des murs en schiste sont construits pour protéger les sémaphoristes.



En 1908, la vigie est transférée au fort du Homet.

Les Allemands dote la batterie de l'Onglet d'une pièce de DCA, puis elle accueille en 1964, l'École de formation technique de l'arsenal de Cherbourg.

Désaffectée, elle est aujourd'hui le siège de la Station nautique Cherbourg-Hague




En 2005, la Marcophilie navale réalise une série de cachets humides pour les sémaphores des côtes de France et pour le FOSIT. 





La vigie du Homet est un sémaphore de la Manche, situé à Cherbourg-Octeville.
Elle se trouve à l'extrémité de la jetée du Homet, dans le port militaire de Cherbourg.


photo © JM Bergougniou

Classée en 1re catégorie, elle a pour mission d'assurer la surveillance au large de la digue de Cherbourg, jusqu'à 14 miles nautiques (26 km), et dans la rade de Cherbourg.


photo © JM Bergougniou


En octobre 2014, un nouveau bâtiment de 42 mètres de haut voit le jour, à quelques dizaines de mètres de l'ancien emplacement. La Marine nationale investit trois millions d'euros dans sa construction, lancée en octobre 2011, dans laquelle ont été engagées une vingtaine d'entreprises locales pendant trois ans.
Un escalier de 160 marches mène à sa chambre de veille panoramique, située à 30 mètres du sol. Un poste de commandement es aménagé au dernier étage.
Sa mise en service est effective le 29 janvier 2015. Une dizaine de personnes y sont affectées.
Elle prend la suite de la vigie construite en 1979 à l'intérieur de la base nucléaire.
La vigie du Homet est notamment impliquée dans le naufrage du Léopoldville en décembre 1944 et dans la célèbre affaire dite des « Vedettes de Cherbourg », en décembre 1969.




PORT DE CHERBOURG - VIGIE DU HOMET 

LES NAVIGATEURS SONT INFORMES QU A PARTIR DU 291100 UTC JANV 

15, LES SIGNAUX METEOROLOGIQUES ET PORTUAIRES AINSI QUE LES 

PAVILLONS FLOTTANTS SONT MIS EN OEUVRE SUR LE NOUVEAU MAT 

SEMAPHORIQUE DE LA VIGIE DU HOMET SITUE A LA POSITION (WGS84) 

SUIVANTE: 49-39,58N 001-37,79W

Ouest-France et le Marin nous proposent deux articles sur la nouvelle vigie du Homet à l'entrée du port de Cherbourg.







Vigie du Homet : la Marine change de lunettes


Cherbourg-Octeville - 11 Décembre 2014





Thierry DUBILLOT.


Construite à l'extrémité du port militaire, surplombant la rade, la vigie du Homet est un investissement d'avenir pour la Marine nationale
C'est le nouvel amer du port de Cherbourg. La vigie du port militaire sera mise en service au printemps 2015. Pour qu'elle entre en fonction, il faudra juste régler quelques points : branchements des réseaux informatiques ou électriques, bref, des détails.

Désormais, le bâtiment, carré à sa base « comme une tour normande » et qui culmine à 42 m de hauteur, domine le port militaire. Un peu plus que celle qu'elle remplace : la vigie du Homet.

Conditions de vie

Pourquoi construire ce nouveau bâtiment ? « Il fallait d'abord améliorer les conditions de vie des guetteurs sémaphoriques. Dix personnes qui se relaient 24 h sur 24 et 7 jours sur 7 pour surveiller la rade », commente le commissaire en chef de la Marine, Ludovic Pierrat. « Cet objectif n'était pas réalisable en maintenant la position de la vigie dans l'enceinte de l'installation nucléaire du Homet, où l'on s'occupe du démantèlement des sous-marins nucléaires. »

photo © JM Bergougniou


La nouvelle vigie n'est pas autre chose qu'un sémaphore, comme ceux qui parsèment les côtes. Son positionnement, plus proche de la mer, améliore aussi la visibilité des abords de la base navale. « Techniquement, la vigie a été conçue pour que l'on puisse apercevoir un bateau avec un tirant d'air d'1,50 m à la limite des eaux territoriales, c'est-à-dire à 14 milles nautiques. »

À la première visite du lieu, on remarque bien évidemment que la tour ne dispose pas d'ascenseur. Pour atteindre la chambre de veille, tout en haut, il faut se coltiner 160 marches. « Un ascenseur coûte cher à installer et à entretenir. » Mais ce n'est pas la seule raison. « C'est aussi un bon moyen de maintenir la condition physique de l'équipage. »




« On le voit de loin »

L'ouvrage, qui est désormais l'un des éléments architecturaux les plus marquants du port, « on le voit de loin », représente un investissement de 3 M€. Sa construction n'a pas été très facile. Deux des trois maîtres d'ouvrage retenus ont dû déposer le bilan. Le seul qui restait, le groupe Faucillon, a fait appel à 24 sous-traitants, en grande majorité du Nord-Cotentin, qui livrent l'ouvrage à la Marine nationale avec un peu de retard. Mais le travail est fait. Trois niveaux occupent les étages supérieurs : le PC opérations, la chambre de veille et des installations techniques. Et au pied de la vigie, on retrouve des locaux techniques ainsi que des locaux de vie pour les personnels qui ne sont pas de quart.

En principe, le nouveau sémaphore du port de Cherbourg n'a que des avantages. « Meilleure surveillance visuelle et radar, meilleure vision sur les abords de la base navale côté mer, et plus de souplesse pour les accès. »

On ajoutera que l'ancienne vigie du Homet, inaugurée en 1979, sera démantelée à terme.

On remarque surtout, dans un contexte difficile pour elle, la volonté de la Marine nationale de continuer à investir. Un renforcement des équipements qui arrive à point nommé, avec l'accroissement prévisible de l'activité portuaire à Cherbourg.






Messieurs les dessinateurs de la Marco à vos crayons pour un nouveau projet de cachet humide


Merci à Bernard Hily pour sa "vigilance"  et pour la transmissions de toutes ces infos

Sources :

Ouest France
Le Marin 
WikiManche
Cols bleus



Aucun commentaire: