07 février 2023

EE FORBIN Kerguelen TAAF PH Jeanne d'Arc Claude Forbi Crozet Des noms sur la mer

 EE FORBIN Kerguelen TAAF PH Jeanne d'Arc Claude Forbin Crozet Des noms sur la mer 


Un certain Forbin, marchand de timbres fit parler de lui en 1912 pour une affaire de faux Merson. Rien a voir avec notre Marin et amiral dont le bateau éponyme se rendit aux Terres Australes en 1978, conserve de la Jeanne.


Depuis deux timbres illustrent l'escorteur d'escadre pour ses passages à Kerguelen et à SPM


Claude de Forbin

Claude de Forbin est né le 6 août 1656, au château de Gardanne, en Provence. Il s'enfuit de chez lui pour s'embarquer à Marseille sur une galère. Il participe ainsi à la bataille du Stromboli puis à la prise d'Agosta.

Il sert sous d'Estrées et sous Duquesne. En 1685, il apparaille vers le Siam pour y conduire une ambassade extraordinaire du roi de France. Remarqué par le roi du Siam qui le nomme Grand Amiral, il demeure deux ans à Bangkok.

Il rentre en France en 1688 et forme alors avec Jean Bart une équipe redoutée des Anglais et Hollandais. Après de nombreux succès et coups de mains hardis, les frégates de Jean Bart et de Forbin succombent aux coups des Anglais. Faits prisonniers, ils s'évadent un mois après et traversent la Manche en canot.

Forbin, nommé peu après capitaine de vaisseau, arme en course et capture plusieurs bâtiments. Il participe à la victoire de Béveziers sous les ordres de Tourville.

L'année suivante il débarque avec Jean Bart sur les côtes d'Ecosse.

Nommé pour cet exploit comte et chef d'escadre il reprend la course au commerce ennemi jusqu'à l'entrée de la mer Blanche.

La dernière campagne de Forbin le mena devant les rivages d'Ecosse en 1708 pour y débarquer le prétendant Jacques III. L'opération échoua mais Forbin réussit à ramener son escadre intacte à Dunkerque.

Diminué, souffrant de nombreuses blessures, Forbin quitta peu après la Marine pour se retirer sur ses terres de Provence où il devait mourir en 1733.


Cols Bleus 29-10-1977

La Campagne 1977-1978

Crozet et Kerguelen pour la Jeanne et le Forbin

La traversée de Maurice aux Terres Australes et Antarctiques 'Françaises n'avait pas été bien rude ; le mur de vagues des « roaring forties », était remplacé par une houle bien innocente.

L'arrivée à Crozet dans le brouillard correspondait mieux à ce que nous imaginions des Terres Australes et Antarctiques. Une troupe de manchots vinrent (SIC) en ambassadeurs nager autour du porte-hélicoptères. Un vent violent effilocha bientôt le brouillard aux arêtes des falaises, et les permissionnaires furent débarqués par « sticks » en HSS.

A Port-aux-Français le vent soufflait fort. Le spectacle avait commencé vers 3 heures du matin pour les veilleurs, qui purent contempler la masse des glaciers Sud des Kerguelen, puis le cône du mont Ross (1 960 m) luisant de neige sous une pâle aurore.

Le vent ici peut atteindre 130 nœuds. Les saisons se distinguent plus par le nombre de jours de vent et la violence de celui-ci que par des écarts de température. La température de la mer voisine de 5° toute l'année aux Kerguelen : c'est la limite de convergence des eaux antarctiques et des eaux tempérées.

Pas d'arbres mais des graminées, des joncs, des mousses et des lichens et sous la mer les algues sont florissantes, très longues : macrocytis en particulier.


manchots en pleine mue  photo JM Bergougniou

Les animaux sont des baleines, des orques, des phoques léopards de mer, des dauphins et, plus près des côtes, des éléphants de mer, des phoques de Weddel, des otaries. 



Albatros photo JM Bergougniou
Les oiseaux sont nombreux manchot royal, manchot gorfou, manchot papou, albatros, sternes, goëlands, pétrels, fulmars, chionis, cormorans, canards d'Eaton.


A Kerguelen les Anglais ont amené le lapin, et les Français le chat, le mouton, le renne, le mouflon, la truite, le saumon. Le rat et la souris, comme le chat se nourrissent d'œufs. Le mouton et le mouflon détruisent le tapis végétal et c'est pourquoi on les chasse.

Les missions de recherche scientifique permettent des études géophysiques, géomagnétiques, physiologiques, écologiques, écophysiologiques.

Manchots - j'y vas? j'y vas pas? photo JM Bergougniou

La base Alfred Faure, dans l'île de la Possession à Crozet, est spécialisée en écologie des oiseaux, en botanique des mousses et lichens et celle de Port-aux-Français, en Grande-Terre à Kerguelen, en botanique, en physiologie végétale et dans l'étude des algues, des populations benthiques et pélagiques.

Bonbon photo JM Bergougniou

La vie est rythmée par le passage des bateaux qui amènent la relève et le ravitaillement. Les activités de détente favorites sont la marche à pied et la photographie d'animaux sauvages. Nous eûmes, parmi les gens des T.A.A.F., des guides excellents qui partirent avec nous en hélicoptère vers Ratmanoff, Molloy, Deux Mamelles.

Canards d'Eaton photo JM Bergougniou

Le vent a repris à 35 nœuds dans l'après-midi, compliquant les accostages des chaloupes ; les patrons enfoncés dans leurs parkas ont quand même pu assurer la navette entre la Jeanne, le Forbin et la terre, en tirant des bords pour mieux passer les lames.

Un dîner de gala a réuni des gens des T.A.A.F. et marins de la Jeanne et du Forbin à Port-aux-Français pour écouter Eric Vincent dont les chansons tellement belles et simples correspondent bien à l'âme de ces terres de vérité nue.

La Jeanne recevait à dîner à son bord des gens des T.A.A.F. ; nous avons pu ainsi comparer avant notre départ nos conceptions de l'aventure : l'aventure en mer et l'aventure dans un archipel isolé et vierge sont complémentaires, et nous sommes nombreux à souhaiter passer à nouveau dans les Terres Australes.

Les Officiers-Elèves du Poste 8


Sources

Cols Bleus 25-02-1978 N°1509

Cols Bleus 29-10-1977 N° 1493

06 février 2023

NELSON MANDELA Elsa Catelin gravure Afrique du Sud Apartheid

NELSON MANDELA Elsa Catelin gravure 

Dans les années 1990, alors que je résidais en Afrique, un pagne en wax à l'effigie de Nelson Mandela avait été réalisé à l'occasion de sa libération . Bien entendu j'en avait acheté une longueur (et une largeur) suffisante pour confectionner une chemisette que j'ai toujours...


Le 23 janvier 2023, La Poste émet un timbre à l’effigie de Nelson Mandela (1918 -2013) à l’occasion du 10ème anniversaire de sa disparition. J'ai reçu la gravure réalisée par Elsa Catelin. 




Le portrait de Nelson Mandela est dessiné par le street-artiste C215 (Christian Guémy) et gravé en taille-douce par Elsa Catelin et imprimé en offset/taille-douce. (Tarif lettre internationale 1,80 €, tirage : 600 000 ex).



L’annonce du décès de Nelson Mandela, le 5 décembre 2013, suscite une émotion planétaire. Le monde pleure le père de la nation sud-africaine, né en 1918, figure majeure du militantisme anti-apartheid et prix Nobel de la paix. Toute sa vie aura été guidée par la volonté farouche de créer une société démocratique multiethnique, dans un pays vivant depuis 1948 sous le régime de la ségrégation raciale.


Homme d’engagement, il adhère à l’ANC (African National Congress), un parti politique modéré prônant la désobéissance civile. Mais après la répression sanglante d’une manifestation à Sharpeville le 21 mars 1960, le mouvement bascule de la non-violence à la lutte armée. Dès lors, Mandela entre dans la clandestinité, devenant un symbole de la résistance à l’inégalité raciale et bénéficiant d’un soutien international croissant.

Condamné à la réclusion à perpétuité en 1964, il supporte avec une force d’âme hors du commun les conditions draconiennes de sa détention. L’isolement ne fait que renforcer sa détermination et il ne cesse de nourrir l’espoir de réconcilier un jour les Blancs et les Noirs. Il est finalement libéré le 2 février 1990 après 27 ans d’incarcération. Mandela œuvre avec le chef d’État Frederik de Klerk pour jeter les bases d’une nouvelle Afrique du Sud. En 1994, il est élu président de cette nation « arc-en-ciel » qu’il avait imaginée dès son plus jeune âge. Combattant infatigable de la paix et de la tolérance au nom de valeurs universelles, celui que l’on surnomme affectueusement « Madiba » est entré à jamais dans l’Histoire.


Ambassade de la République d’Afrique du sud en France

Le gouvernement de la République d'Afrique du Sud est honoré de la reconnaissance accordée à l'ancien président Nelson Mandela par La Poste française, avec la création d'un timbre à son effigie ; timbre dont l’émission en 2023 marque les dix ans de sa disparition.


Il s'agit de l'une des nombreuses distinctions accordées par le gouvernement et les citoyens français à Nelson Mandela et qui témoigne clairement des valeurs et des principes partagés qui constituent le fondement des relations entre les deux pays. Ce projet revêt une importance particulière car il permet de garder vivante la mémoire de Nelson Mandela en l'apportant directement dans les foyers français.

Evolution des relations diplomatiques France/Afrique du Sud



L'évolution des relations diplomatiques entre la France et l'Afrique du Sud s'inscrit dans le cadre des mesures internationales qui ont été mises en œuvre pour persuader ce pays d'abandonner sa politique d'apartheid. 

Rappelons que les mesures d'apartheid (qui signifie développement séparé) ont été mises en place en 1948. En 1960, l'ANC (African National Congress) et le PAC (Pan Africanist Congress) sont interdits en tant que mouvements politiques. Nelson Mandela, leader de l'ANC est arrêté en 1962. 


En 1978, M. PW Botha est élu à la présidence de la RSA et lance en 1983 les premières réformes, à savoir l'admission des indiens et des «coloured» à la vie politique, les africains noirs en restant exclus. En 1985, la communauté internationale se prononce pour le boycott de l'Afrique du Sud et, le 13 octobre de cette année, la France, dans le cadre de ce processus, décide d'imposer un embargo commercial complet envers l'Afrique du Sud.

En 1989, M. FW de Klerk est élu président de la République. En 1990, Nelson Mandela est libéré après 28 ans d'emprisonnement. 1991 voit l'abolition officielle de l'apartheid et le début des négociations sur une nouvelle constitution. En septembre 1991, par l'envoi en Afrique du Sud d'une mission dirigée par M. Strauss-Kahn, alors ministre de l'Industrie et du Commerce Extérieur, la France salue les progrès accomplis. 

En 1992, les blancs votent «oui» au référendum pour la poursuite des négociations. La France, comme l'ensemble des autres nations, lève l'ensemble des sanctions économiques à part celles concernant le pétrole et les équipements militaires. Depuis cette date, nombreux ont été les contacts officiels avec les représentants du pouvoir en place, mais aussi avec ceux de l'ANC et des autres partis politiques représentatifs de l'Afrique du Sud. Depuis le mois de décembre 1993, date de l'adoption du projet de constitution intérimaire, prélude à la constitution définitive qui sera normalement adoptée cinq ans après les élections du mois d'avril 1994 et la création du TEC (Transition Executive Council, ou Conseil exécutif de transition) organisme mixte chargé de contrôler l'action du gouvernement jusqu'aux élections, les relations diplomatiques entre la France et l'Afrique du Sud ont pris un tour plus intense avec la venue à Pretoria de M. Alain Juppé, la visite de la commission des Affaires Etrangères, celle de la Commission de la Défense et des forces armées du Sénat, et assurément l'escale du Germinal.


Depuis, la France s'implique encore en Afrique du Sud par l'envoi de conseillers de la Police nationale pour aider à la formation de la NPKF (National Peacekeeping Force force récemment créée, chargée de contribuer au maintien de l'ordre avant et pendant les élections), de 70 observateurs chargés par l'Onu de contrôler la régularité de la campagne électorale et des élections, et de 25 participants dans l'unité électorale européenne qui, elle aussi, sera chargée de contrôler la régularité des élections. C.F. Tuai

sources

Cols bleus N° 2658 DU 10 MAI 2003

Cols bleus N° 2258 du 30 avril 1994 


La Poste 

communiqué de presse novembre 2022




05 février 2023

Humour dans le carré par Donec Il n'y a pas que Marie Curie Simone Veil

Humour dans le carré par Donec Il n'y a pas que Marie Curie

Bonjour la compagnie,

Il est bien agréable d’écouter un livre disque quand on est perdu dans un embouteillage, les conducteurs à nos côtés font grise mine, pestent, vocifèrent, klaxonnent et nous, imperturbables, découvrons une œuvre ou un personnage. Quand un auteur est lu par un comédien, le récit prend un relief nouveau. Tout cela pour vous dire que j’ai mis dans mon Blaunpunkt la biographie de Simone Veil. Cette Dame a débuté son adolescence au milieu d’assassins, l’a poursuivie en ferraillant avec des butors enragés, heureusement l’épilogue fut plus heureux.




Trois mots la qualifient : beauté, intelligence, humanité.



Niçoise, elle connaît une enfance bourgeoise avec son frère et ses sœurs, même si la crise des années trente impacte durement la vie de la famille. Fort caractère, elle entonne un jour, sur son balcon « l’internationale », dénoncée par un voisin, son père doit se justifier auprès de la police. Les Jacob, patronyme de la petite Simone, appartiennent à cette élite juive, non religieuse, cultivée et amoureuse de la France. En 1941 le Maréchal Pétain veille sur les bons français, leur enjoignant d’accepter les misères du temps, juste retour de bâton après les extravagances folles des années trente et du front populaire. Naturellement les Juifs sont en dehors des préoccupations du bon vieillard et ce n’est pas parce que le père de Simone a fait une belle guerre de 14 qu’il aura la vie sauve. 


Auschwitz-Birkenau photo JM Bergougniou

En 1943, ils prendront, après une escale à Drancy, le chemin d’Auschwitz-Birkenau, camp d’extermination comme chacun sait.

Elle y portera le matricule 78651


Auschwitz-Birkenau photo JM Bergougniou
Son séjour dans le camp nazi est une aventure effroyable mais sa beauté la sauve du pire. La Kapo chargée du tri l'enverra pour cette raison, avec sa sœur, jouer les petites mains à l’usine Siemens plutôt que charrier des blocs de roches dans la carrière de la mort. Néanmoins sa mère, son père et son frère n’auront pas la même chance.




Au retour d’Auschwitz, elle est une jeune fille qui a touché le fond de la misère humaine. Elle va se souvenir des traitements infligés aux proscrits et en tenir compte. Elle entreprend alors avec courage et détermination ses études de droit et de sciences politiques qui vont mener cette femme d’exception au plus haut niveau des responsabilités.

Mais la route est longue. La voilà confrontée à la haine et à la bêtise à front de taureau. Distinguée par sa hiérarchie, elle devient magistrate attachée titulaire auprès de l’administration pénitentiaire. Dans cette période glauque des années 50 elle n’aura de cesse d’améliorer le sort des prisonnières.

C’est l’époque de la guerre d’Algérie où les pires horreurs sont commises. Il ne fait pas bon d’être détenue FLN dans les prisons d’Alger. Simone Veil est indignée par ce qu’elle apprend et ce qu’elle subodore. Mais la dame est combative, elle ne cède rien et jamais. Elle fait donc rapatrier toutes ces prisonnières dans des prisons métropolitaines. Ces femmes lui en seront éternellement reconnaissantes.

En 1974 Giscard D’Estaing accède à la présidence de la république et veut absolument faire du neuf, du moderne et du décoiffant. Il va s’y employer avec le fantasque Servan-Schreiber qui passe en coup de vent et avec la courageuse Simone qu’il jette dans l’arène. En ces temps d’obscurantisme, les femmes n’étaient pas autorisées à interrompre leur grossesse, c’était fermement puni par la loi.. Pourtant chaque année 300 000 d’entre elles, au péril de leur vie, faisaient disparaître une naissance non désirée à l’aide d’une matrone et d’aiguilles à tricoter. Dans ces conditions, de nombreuses femmes mouraient ou étaient traumatisées. L’abrogation de la loi était dans toutes les têtes, cette bonne vieille loi de 1920 renforcée en 1941 où l’avortement était assimilé à un crime d'État. Ministre de la santé de Jacques Chirac, elle est encore peu connue du grand public. Soutenue par l’entourage du président comme du premier ministre, elle va s’employer à faire passer une loi dont aucun des pisse-vinaigre de l’assemblée nationale ne veut. La bataille dure trois jours et trois nuits souvent contre sa propre majorité : catholique, conservatrice et d’extrême-droite. Les pires déclarations sont faites : « L’IVG serait une euthanasie légale », « de la barbarie organisée qui rappelle le nazisme et les fours crématoires ». C’est Jean Foyer, maire de Tours, que la presse satirique tourne en dérision qui mène la fronde (et la danse). Chirac lui-même vient sur le banc des ministres pour la soutenir. Les premiers mots de son discours sont dans toutes les têtes – « Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme, Je m’excuse de le faire devant cette assemblée presque exclusivement composée d’hommes ». La loi est enfin adoptée après la prise de parole de 74 orateurs. Simone Veil suscite alors l’admiration des Français et acquiert une notoriété qui ne s’est jamais démentie.

Autre combat, l’Europe, pour elle la construction européenne est le seul moyen d’éviter les drames du passé. Giscard d’Estaing lui propose de porter les couleurs de l’U.D.F. Ce sera donc une victoire qui lui fera accéder à la présidence du Parlement Européen. Elle occupera ce poste trois années avant de se consacrer à d'autres tâches toujours prestigieuses : ministre d’état, haut conseil à l’intégration, puis elle entre au conseil constitutionnel. En 2008 elle la voilà à l'Académie Française, fauteuil numéro 13 celui de Jean Racine et de Pierre Loti.

Elle disparaît en juillet 2017 et depuis 2018 elle repose au Panthéon auprès de son mari Antoine.

Quel personnage et quelle vie !

A bientôt pour de nouvelles aventures

Donec


 Sur la peau de bouc, motifs de punition dans la Marine Nationale : 

« Flâner avec un air sournois près de la cambuse »


Les mots du Général : 


Garden-party à l'Elysée. Dans un coin du parc, des journalistes désœuvrés regardent passer les invités et tuent le temps en pillant un buffet. Touché par tant de détresse, l’attaché de presse élyséen promet que le général va venir se soumettre au supplice de la question.

Conciliabule agité entre le Général et son attaché. Finalement, le Général se détache du groupe agglutiné autour de lui et glisse, majestueux, vers les reporters qui l’attendent, crayons et bloc-notes dressés. Il toise l’adversaire :

- Il fait bon sous ces ombrages ! dit-il. Et Il s’éloigne vers un autre groupe.

commandant Rivière des noms sur la mer aviso escorteur Hanoï TAAF Kerguelen Crozet 1977 1980

Commandant Rivière

Henri Laurent Rivière, né à Paris le 12 juillet 1827 et mort à Hanoï le 19 mai 1883 est considéré comme héros de la conquête du Tonkin. Un aviso escorteur portant son nom a fréquenté les Terres Australes.

Cols Bleus 29 octobre 1977 n°1493
5 mars 1977 Cols bleus N° 1463

L'aviso-escorteur Cdt. Rivière, après une escale aux iles Crozet est arrivé aux iles Kerguelen le 4.








Pour leur tonnage, ces 9 avisos-escorteurs(initialement appelés "escorteurs de l'Union Française") possèdent un armement et des moyens de détection (veille surface et ASM) conséquents.



En temps de paix, leur mission était d'assurer la présence et la souveraineté de la France dans ses départements et Territoires d'outre-mer. En temps de guerre, ils devaient escorter les convois de navires de commerce, principalement contre les sous-marins.  


Le journal Cols bleus nous raconte
en 1980 les escales à Crozet et Kerguelen l'auteur est le LV TROMELIN
"çà ne s'invente pas"

« Souvent pour s'amuser, les hommes d'équipage prennent des albatros, vastes oiseaux de mer qui suivent indolents compagnons de voyage le navire glissant sur des gouffres amers... »

Eh bien non, nous n'avons pas pris d'albatros, trop contents d'apprécier au long d'une mission de trente-cinq jours dans les terres et mers australes la permanence de leur présence et la beauté de leur vol, infatigables animateurs d'un décor sans cesse souligné par leurs trajectoires amples et gracieuses.
Un court séjour à Crozet nous a fait découvrir Port-Alfred et ses habitants ; nous y avons apprécié la chaleur de l'accueil par la trentaine des hivernants qui y résident, accueil en proportion avec la rareté des visiteurs car cette île est la plus mal desservie des
Australes, et l'apparition d'un navire y est vraiment un événement

Les lieux se prêtaient bien à une approche de la faune des terres Australes : la plage de débarquement s'ouvre sur une manchotière aux effectifs considérables, estimés à cinquante mille couples de manchots royaux, tandis qu'aux flancs du raidillon glissant et herbeux qui mène aux installations de la base, nichent les albatros juchés sur leurs nids tronconiques et couvant dignement leur œuf unique.


Mais les isles découvertes par M. de Kerguelen-Trémarec constituaient l'objet principal de notre mission. Deux jours et trois nuits de mer animées par de splendides aurores australes nous en firent aborder les parages. Las, la terre n'était pas prête à se dévoiler et la persistance de la brume nous oblige à croiser la journée durant le long de la côte Ouest, à distance respectueuse ; le soir enfin, telle une promesse, nous pûmes entrevoir, peu avant que le soleil ne se couche, les rebords étincelants de la calotte glaciaire Cook.




Ayant reconnu de nuit la flottille de chalutiers soviétiques en pêche sur les bancs du Sud, nous tentons au matin une nouvelle approche en direction de la côte Sud : alors que la distance décroit, le vent se lève et d'énormes masses de nuages déferlent des hauteurs et crèvent en grains compacts qui nous dissimulent à nouveau la terre.

Toute la matinée nous croisons parallèlement à la côte, arrivant à reconnaître, quand un soleil pâle consent à les réveiller, les promontoires les plus remarquables tels le cap des Aiguilles, les rochers des Swains ou le cap des Grottes.

Dans l'après-midi, alors que le vent tombe et que les détails se précisent, nous pénétrons dans la baie de la Table, vaste fjord austral flanqué par deux hautes presqu'îles et fermé par une plaine d'éboulis charriés par le glacier Ampère : ce dernier présente d'impressionnantes coulées de glaces qui se déploient sur un large front et se répandent entre des moraines sinueuses ourlées de crevasses profondes aux espaces teintés d'outremer et de jade.

L'Alleluia de Haendel, diffusé à l'extérieur, répand ses harmonies réfléchies par les falaises, et ce concert que nous avions spontanément réservé aux hôtes des lieux, manchots, sternes et cormorans, se hausse dans la majesté du site en un hymne à la nature.

Mais il faut bien quitter ce lieu, aux abords défendu par des rochers sournois, et nous regagnons la haute mer avant que la nuit tombe ; le mont Ross, Fuji-Yama des Kerguelen, réfléchit de toutes les plaques de glaces perchées sur ses flancs escarpés les derniers rayons du soleil.


Le 18 février au matin, nous chenaIons dans le golfe du Morbihan. On dénombre dans ce dernier autant d'îles que dans son modèle breton, mais si l'espace en est décuplé, le charme intimiste du bassin atlantique n'y est malheureusement pas perceptible.

Les alignements de Port-aux-Français sont bientôt reconnus, et nous mouillons dans la baie de l'Aurore-Australe, entamant une période de douze jours pendant laquelle nous allons beaucoup apprendre et aussi contribuer à divertir nos hôtes dont les savantes activités, àsur toutes les mers défaut d'être mornes, sont souvent austères.



Les marins pourront ainsi découvrir tous les domaines d'étude et de recherche actuellement entrepris aux Kerguelen : les habitants de Port-aux-Français, avec une patience, une bonhomie et aussi un sérieux qui révèle la passion avec laquelle ils considèrent leur tâche, les initient à la biologie, à la géophysique, à la géologie ou aux activités plus aisément perçues de la station météorologique. Aucune installation n'est, en ce lieu, classée comme zone réservée : c'est là le privilège de la recherche fondamentale, qui ouvre l'esprit à toutes les perspectives. Les spécialistes confrontent ainsi leurs hypothèses, et de l'étude de l'humble ver de terre qui s'est adapté à ce sol souvent gelé peuvent déboucher des perspectives nouvelles infirmant, ou confirmant, la théorie la plus récente sur la dérive des continents.


Sources
Gallica BnF


Cols bleus

04 février 2023

BEGM THETIS Mission SAR Pas de Calais 2023 Search and Rescue

BEGM THETIS Mission SAR Pas de Calais 2023


La Convention de 1979, adoptée lors d'une conférence tenue à Hambourg, visait l'élaboration d'un plan SAR international de sorte que, quel que soit l'endroit où un accident se produit, le sauvetage des personnes en détresse en mer soit coordonné par une organisation de recherche et de sauvetage et, en cas de besoin, grâce à la coopération entre des organisations de recherche et de sauvetage de pays voisins.


L'obligation pour les navires de prêter assistance aux navires en détresse est consacrée par l'usage et dans les traités internationaux (comme la Convention internationale de 1974 pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (Convention SOLAS)), mais, jusqu'à l'adoption de la Convention SAR, aucun dispositif international relatif aux opérations de recherche et de sauvetage n'était prévu. Si, dans certaines régions, il existait une organisation bien établie qui permettait de fournir une assistance rapide et efficace, d'autres régions en étaient totalement dépourvues.



Ce bâtiment d'expérimentation de la guerre des mines (BEGM) est basé à l'Arsenal de Brest.
Sa mission principale est l'évaluation des futurs systèmes de détection des mines par l'expérimentation de drones sous-marins. Ses missions secondaires sont : commandement d'un groupe de chasseurs de mines, mouilleur de mines, support d'un groupe de plongeurs-démineurs, guidage de convoi en zone côtière.

Depuis 2000 il est intégré la Force d'Action Navale. 

Mission GGDM 23 C.MT. Andromède janvier mai 2023 Otan guerre des mines

Mission GGDM 23 C.MT. Andromède janvier mai 2023

CTA MALAGA Coreos 27-01-23 
Le 18 janvier, le Chasseur de mines tripartite (CMT) Andromède a appareillé de Brest pour rallier la mer Méditerranée dans le cadre de son intégration au Groupe de guerre des mines 2023 (GGDM 23). Les unités de guerre des mines françaises participent à la sûreté des approvisionnements et de la navigation dans les approches françaises et les zones d’intérêts stratégiques. 

Pas d'annulation de ce timbre poste espagnol
Le GGDM 23 est constitué d’un état-major de conduite, d’un détachement de plongeurs démineurs et du CMT Andromède. Il est déployé pour la septième fois depuis 2011  en mer Méditerranée, en mer Rouge jusqu’en océan Indien. 


03 février 2023

Antoine Bruny d'Entrecasteaux ile Saint-Paul Amsterdam TAAF La Pérousse La Recherche l'Espérance Marins

Antoine Bruny d'Entrecasteaux

Des marins aux TAAF Des noms sur la mer



En 1714, Raymond Bruni, trésorier de France, acquit le marquisat d'Entrecasteaux et prêta hommage pour cette terre seigneuriale. Son fils, Jean-Baptiste de Bruni, marquis d'Entrecasteaux, fut président à mortier du parlement de Provence. De son mariage avec Dorothée de Lestang-Parade, il eut cinq enfants, dont trois fils. L'aîné suivit les traces de son père, le second entra dans la Compagnie de Jésus et le troisième devint marin.

Le 4 juillet 1754, le chevalier d'Entrecasteaux est reçu garde de la marine et fait son apprentissage sous la direction de son parent, le bailli de Suffren, alors lieutenant de vaisseau. Il prend une part active à la guerre de Sept Ans sur la Pomone et sur le Brave. Sa conduite à la bataille de Minorque (1756), où La Galissonnière défait l'escadre anglaise de l'amiral Byng, lui valut le grade d'enseigne. Après le désastreux traité de Paris, qui fit perdre à la France le Canada et les dix-neuf vingtièmes de son empire des Indes (1763), il sert sur l'Hirondelle que commandait Chabert, et se fait remarquer par son aptitude aux travaux hydrographiques. Six ans plus tard, quand le maréchal comte de Vaux est chargé de soumettre la Corse, l'enseigne reçoit le commandement d'un petit bâtiment, l'Espion, avec mission d'intercepter toute communication entre les côtes de l'île et l'extérieur 21 mars 1769).
Pendant cette croisière, il confirme la bonne opinion qu'on avait conçue de ses talents. Nommé lieutenant de vaisseau le 1er février de l'année suivante, il revient à Toulon par ordre du roi (31 mars 1770)..

Si La Fayette et Rochambeau ont été les héros de ces luttes, il est juste de rappeler que notre marine, bien qu'occupée dans l'Inde, contribua d'une façon efficace, sinon brillante, au succès de l'expédition. Chevalier de Saint-Louis depuis le 28 juin 1775, d'Entrecasteaux avait navigué en 1776 sous les ordres du capitaine de vaisseau Suffren. Appelé au commandement d'un navire en 1778, il convoya avec la frégate la Mignonne plusieurs bâtiments marchands de Marseille dans les Échelles du Levant


L'étendue de son savoir, la droiture de son jugement et l'intégrité de son caractère le désignèrent à l'attention du maréchal de Castries, ministre de la Marine, qui lui confia le poste de directeur adjoint des ports et arsenaux. Il eut alors pour chef direct M. de Fleurieu, qui avait arrêté le plan des opérations navales de la guerre de l'Indépendance, et qui traçait, à cette époque, l'itinéraire de l'expédition de la Boussole et l'Astrolabe. A ce savant devait être confié le soin d'organiser le voyage à la recherche de Lapérouse, qu'entreprit en '1791 l'ancien directeur adjoint.



La nomination officielle de d'Entrecasteaux au grade de contre-amiral ne parut que sous le ministère Bertrand de Blolleville; mais avant l'entrée en fonctions de ce ministre, le roi avait remis au navigateur un pli cacheté qui contenait sa nomination, avec ordre de ne l'ouvrir qu'en mer, le lendemain du jour où, partant de Brest, il allait commencer une expédition à la recherche de Lapérouse.

En 1791, il est chargé par Louis XVI de partir à la recherche de Lapérouse 


L'incertitude qui planait depuis deux ans sur le sort de Lapérouse, avait fait place à l'inquiétude. Le roi, l'Assemblée et le monde savant s'étaient émus, et l'opinion publique anxieuse souhaitait qu'une expédition fût envoyée à la recherche des deux navires la Boussole et l'Astrolabe...
Mais les événements survenus en France depuis l'ouverture des États généraux et les bouleversements dont il fut le témoin à Brest, ne le disposèrent pas à dépenser sa vie dans les luttes stériles de la politique. Peut-être aussi sa situation de fortune assez précaire avait-elle rendu son séjour en France plus onéreux qu'il ne l'avait pensé d'abord. Une lettre adressée le 13 mars 1791 à M. Dufresne de Saint-Léon, commissaire du roi pour la liquidation de la dette publique, donne une certaine vraisemblance à cette hypothèse.

Louis XVI donnant ses instructions à La Pérouse, 29 juin 1785, Nicolas Monsiau (1817

A la recherche de LA PEROUSE

«- Décrète en outre que le roi sera prié de faire armer un ou. plusieurs bâtiments, sur lesquels seront embarqués des savants, des naturalistes et des dessinateurs, et de donner aux commandants de l'expédition la double mission de rechercher M.. de Lapérouse, d'après les documents, instructions et ordres qui leur seront donnés, et de faire en même temps des recherches relatives aux sciences et au commerce, en prenant toutes les mesures pour rendre, indépendamment de la recherche de M. de Lapérouse, ou même après i'avoir recouvré ou s'être procuré de ses nouvelles, cette expédition utile et avantageuse à la navigation, à la géographie, aux arts et aux sciences

Le 28 mai 1791, d'Entrecasteaux reçut du ministre de la Marine, qui était alors M. Thévenard et non pas M. de Fleurieu, comme le croit M. de Rossel, une lettre conçue dans les termes les plus flatteurs Nous en détachons les principaux fragments

« Je vous annonce avec plaisir, monsieur, que le roi a bien voulu vous nommer au commandement des deux bâtiments qui vont être armés à Brest pour aller à. la recherche de Lapérouse. Sa Majesté, en vous confiant une expédition aussi importante, s'est rappelée que, dans la campagne que vous avez faite en 1785 et 1786~ sur les eûtes de la Chine et de la Cochinchine, vous avez déployé des talents supérieurs, et qu'ayant fait votre partance à contre-mousson, vous avez affronté les dangers d'une navigation périlleuse, en vous frayant une route nouvelle à travers des mers inconnues. C'est à la fois une marque de confiance et une preuve de satisfaction que vous recevez aujourd'hui de Sa Majesté. Elle a daigné en même temps m'autoriser à vous mander que son intention était de vous élever au grade de contre-amiral avant votre départ; bien entendu que, si l'organisation du corps de la marine n'était pas faite à cette époque, vous tiendriez secret cet avancement, et vous n'arboreriez le pavillon de ce nouveau grade qu'à une certaine distance d'Europe. Le roi laisse à votre disposition le choix des officiers, hommes d'équipages et autres individus qui seront employés dans cette expédition. Vous voudrez bien, en conséquence, proposer à Sa Majesté, les officiers et élèves qui vous paraîtront le plus propres à vous seconder.


ÉTAT NOMINATIF DES OFFICIERS, SAVANTS ET ARTISTES EMBARQUÉS SUR LES FRÉGATES LA RECHERCHE ET L'ESPÉRANCE, AUX ORDRES DE M. D'ENTRECASTEAUX.

LA RECHERCHE.

MM. BRUNY-D'ENTRECASTEAUX chef de division, commandant l'expédition, fait contre-amiral.

LIEUTENANTS.
D'HESMIVY-D'AURIBEAU, fait capitaine de vaisseau.
DE ROSSEL. De CHÉTIN.
LA FRESNAYE DE SAINT-AIGNAN.
SINGLER DE WELLE.
WILLAUMEZ CHIRURGIEN MAJOR  RENARD.
AUMONIER VENTENAT, chanoine régulier, naturaliste.

ÉLÈYES ET VOLONTAIRES.

MÉRITE, volontaire, fait enseigne
ACHARD DE BONVOULOIR, élève, fait enseigne.
DE LONGUERUE, élève, fait enseigne.
FORESTIER, fait volontaire.
DE LAMBERT (Henri), fait volontaire.
DESLACS (Hippolyte), fait volontaire.

INGÉNIEUR, SAVANS, ARTISTE ET JARDINIER.

BEAUTEMPS-BEAUPRÉ, ingénieur-hydrographe.
L'ABBÉ BERTRAND, astronome débarqué au cap de Bonne-Espérance.
LA BILLARDIÈRE, naturaliste.
DESCHAMPS, naturaliste.
PIRON, dessinateur.
LA HAYE, jardinier-botaniste.

MM. HUON DE KERMADEC, commandant, fait capitaine de vaisseau.

LIEUTENANTS.
DENIS DE TROBRIAND.
LA SEINIE.
LAGRANDtÈRE.
DE ILUZANÇAY.
LA MOTTE DU PORTAIL.
LE GRAND. 
CHIRURGIEN-MAJOR. JOANET. 
AUMONIER. PIERSON, bénédictin, astronome.

ÉLÈVES ET VOLONTAiRES.

LEIGNEL, volontaire, fait enseigne.
JURIEN, volontaire, fait enseigne.
DE BoYNES, élève, fait enseigne.
FILTZ, fait volontaire.

INGÉNIEUR, SAVANTS ET ARTISTE.

JOUVENCY, ingénieur-géographe.
RICHE, naturaliste.
BLAVIEN, naturaliste, débarqué au cap de Bonne-Espérance. 
ËLY, dessinateur, débarqué au cap de Bonne-Espérance.

Le voyage étant prévu pour trois ans, l’avitaillement s’avère une opération minutieuse. 350 tonneaux de vivres sont chargés sur chaque bateau, ainsi que 1 000 tonnes de matériel et des objets destinés à être échangés lors des escales. De 1785 à 1788, les frégates parcourent tous les océans du globe, avant de faire toutes deux naufrage.

 
Le 16 février, il quitta le Cap, où il eut à déplorer la perte de l'astronome Bertrand, mort à la suite d'une chute, puis il côtoya l'extrémité sud de l'Afrique jusqu'à la baie de Lagoa.

Le canal de Mozambique dépassé, l'amiral pensait gouverner directement, par le nord de la Nouvelle-Guinée pour atteindre les îles de l'Amirauté. Mais, ne se trouvant, le 6 mars, que par 44° longitude est et 35° latitude sud, il vit qu'il lui serait impossible avec de mauvais voiliers d'aller au delà de Timor avant le renversement de la mousson. II prit donc parti d'atteindre les îles de l'Amirauté par le sud de l'Australie.



En conséquence, il dirigea sa route au sud-est pour reconnaître l'île d'Amsterdam dont il fixa la position sur le même méridien que Saint-Paul.

Le 28 mars, à deux heures et demie, l'île était en vue. Son sommet qui n'avait pas encore été déterminé paraissait couvert de nuages. 

« A mesure que nous approchions, ils nous parurent produits par une très épaisse fumée; nous ne tardâmes pas à voir des flammes c'est dans la partie du nord que l'embrasement étoit le plus fort; mais le vent, qui souffloit du nord-ouest, poussoit la flamme dans le sud-est, et nous apercevions distinctement les progrès de l'incendie par les traces de fumée et de feu que l'on voyoit s'étendre successivement sur toute la partie orientale de l'ile. 

Cet incendie, sur une terre inhabitée, fit conjecturer à quelques personnes que ce feu ne pouvoit être qu'un signal fait par des malheureux qu'un naufrage auroit fait aborder à cette île, et qu'ils demandoient du secours mais il étoit évident que cette masse de feu étoit trop considérable pour faire supposer que l'incendie eût commencé au moment où nous avions été aperçus; d'ailleurs un pareil signal, fait au hasard, étoit inutile dans des parages où il est si rare qu'il passe des navires. 


Le plan de l'île d'Amsterdam, dressé par M. Beautemps-Beaupré, ingénieur hydrographe, fera connaître tous les détails de la partie dé l'île que nous avons visitée

Photo JM Bergougniou


La latitude de la pointe occidentale de l'île est de 37°47'46" australe; sa longitude est de 75° 4'56" orientale. « Je n'ai pas cru devoir m'arrêter à l'île d'Amsterdam; le ciel y est généralement trop couvert, dans cette saison, pour permettre d'y faire des observations d'ailleurs notre traversée commençoit à se prolonger, et nous devions profiter du premier temps favorable à notre router » Bientôt le ciel s'assombrit. Le 14 avril, tandis qu'éclatait un orage, la mer devint phosphorescente et en même temps le météore nommé feu Saint-Elme se manifesta au sommet des mâts. « Pendant des grains redoublés et très violens de vent et de grêle qui eurent lieu cette même nuit, la mer parut encore plus enflammée; et, dans les mêmes instans, on aperçut très distinctement des aigrettes électriques autour de la pointe des paratonnerres notre baromètre étoit alors à vingt-sept pouces six lignes. C'est, jusqu'à présent, le point le plus bas où il soit descendu. La violence des vents ne permit pas d'entreprendre alors la reconnaissance de la côte sud-ouest de la Nouvelle-Hollande... A suivre

Sources

Cols bleus
Château de Versailles
Gallica BnF


EE FORBIN Kerguelen TAAF PH Jeanne d'Arc Claude Forbi Crozet Des noms sur la mer

 EE FORBIN Kerguelen TAAF PH Jeanne d'Arc Claude Forbin Crozet Des noms sur la mer  Un certain Forbin, marchand de timbres fit parler de...