Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

24 janvier 2021

Vapeur MOGADOR transports de la guerre direction du port Casablanca Maroc empire chérifien

 Vapeur Mogador transports de la guerre direction du port Casablanca


Sous protectorat français depuis la signature des accords de Fès, en mars 1912, le Maroc est, dès août 1914, automatiquement impliqué dans la guerre. L’ensemble des ressources, humaines et matérielles, est mobilisé pour contribuer à l’effort de guerre de la France. 
Une force armée est rapidement constituée au sein de l’armée d’Afrique, prenant le nom de « troupes auxiliaires marocaines ». En août 1914, deux régiments de marche de chasseurs indigènes sont formés au sein d’une brigade qui, aussitôt envoyée en France, participe à la bataille de la Marne en septembre 1914. Ces troupes sont décimées, ce qui oblige les autorités militaires à accroître le recrutement au Maroc.



En raison des difficultés toujours croissantes qu’elle rencontrait pour assurer le ravitaillement du Maroc pendant la guerre, l’Administration du Protectorat était amenée, dès le mois de Mars 1918, à décider de se constituer une flotte marchande. 
A cet effet : 1° Elle s’est rendue acquéreur de deux bateaux Argentins, de 1.200 tonnes chaque, le « Libertad et « L’Indépendencia » ; 2° Elle s’est substituée à l’autorité militaire pour l’utilisation du vapeur « Mogador », de 3.200 tonnes de portée, réquisitionné au séquestre (le « Mogador » est un vapeur allemand, saisi lors de la déclaration de guerre, et séquestré comme bien ennemi). 

« La Flotte marchande chérifienne.


Le protectorat marocain achète deux navires en Argentine. 
Ce sont l’lndependancia et la Libertad, d’une jauge totale de 1.200 tonnes.
Il convient d’ajouter à ces deux vapeurs le Mogador, navire allemand de la Compagnie Oldenbourg, capturé à Mogador dans les premiers jours de la guerre.





Le MOGADOR attaqué par un sous-marin
Vapeur de 2122 tx JB
Armateur Gouvernement Chérifien. Affréteur : Sous Direction du Transport du Maroc
Capitaine FOREY Fernand
30 hommes d’équipage capitaine inclus
Armement 1 canon de 57 mm
Parti de Casablanca pour Boulogne. A relâché à Brest pour charbonner.
Attaqué par un sous-marin à 7 milles au NNW de Barfleur le 28 Novembre 1916.


Rapport du capitaine
Le 28 Novembre 1916, après avoir quitté l’arraisonneur de Cherbourg à midi, je faisais route sur Boulogne au N65E pour parer les dangers de Barfleur.
Temps brumeux. Calme. Mer très belle. Faible courant de jusant réduisant la vitesse à 4 nœuds.
A 15h40, un coup de canon est tiré sur mon vapeur, venant de bâbord. Le projectile passe entre les mâts et tombe à 100 m à tribord. Un sous-marin est aperçu, débouchant à toute vitesse d’un banc de brume et se trouvant à une distance entre 2 et 4 milles. Ayant donné l’ordre de ne pas répondre, fait donner toute la vitesse à la machine et fait route au Sud en présentant l’arrière. Un second coup est tiré dans les mêmes conditions et je donne alors l’ordre de tirer ce qui est fait rapidement et dans de bonnes conditions. Le sous-marin répond aussitôt par un 3e coup. Mais encadré par les 4 obus que nous lui avons envoyés il vire de bord et disparaît dans la brume.
Un vapeur se trouvait plus au Sud, faisant route à l’Ouest. J’ai hissé le signal de s’écarter et j’ai couru sur lui. Il avait probablement entendu la canonnade et a disparu à son tour dans les bancs de brume (navire neutre avec pavillon rouge). Un quart d’heure après l’attaque, nous avons distinctement perçu 5 coups de canon, de même son que le canon du sous-marin.

Un trois-mâts de construction ancienne, à perroquets pleins, avait coupé notre route une heure auparavant, faisant route grand largue au Nord.

L’équipage s’est bien comporté et l’ordre a été parfait, tant sur le pont que dans la machine.

Rapport de l’officier enquêteur de Boulogne. LV Benier.

Le rapport du capitaine relate exactement les phases du combat pendant lequel le sous-marin tira 3 coups remarquables par leur justesse, et le MOGADOR 4 coups, son tir étant réglé au 3e coup à 6000 m. Le capitaine, supposant une attaque à fond du sous-marin, modéra la vitesse de tir comme le recommandent les instructions, dans le but d’économiser les munitions. C’est ainsi que la MOGADOR ne tira que 4 coups en 10 minutes.


Le sous-marin semble avoir été un navire de grande dimension (80 m environ) car le kiosque et quelques parties accessoires qui seules émergeaient, paraissaient d’un grand modèle. Il a été impossible de distinguer la pièce qui tirait et qui paraissait unique. Son calibre n’a pu être évalué. La vitesse du sous-marin n’a pu être appréciée et aucun appareil de TSF n’était visible. Petit mât sur l’avant. Sous-marin de couleur grise. Le capitaine pense avoir vu un gros périscope sur l’arrière. Voici la silhouette supposée du sous-marin.

Le capitaine et l’armement de la pièce ont fait preuve de sang froid en la circonstance. Les hommes du pont ont organisé spontanément le passage des munitions. Ceux de la machine sont restés à leur poste.

Il est regrettable que la MOGADOR n’ait pas été pourvu de TSF car il aurait pu informer les patrouilleurs de Cherbourg, ainsi que les 3 grands destroyers anglais qu’il avait croisés vers 12h30 et qui pouvaient encore se trouver dans le voisinage.

23 janvier 2021

Sous-Marin Saïgon Naïade - Lynx - Protée Esturgeon - Perle1906 Marine Indochine Foudre

Sous-Marins  à Saïgon 1906

Les rivalités sont grandes en Extrême-Orient (Angleterre - Pays-Bas - Espagne -Russie - Japon- Portugal). Le Japon et la Russie viennent de s'affronter dans une guerre qui a duré un an et demi (sur l'eau Tchemulpo - Port-Arthur).

La France va protéger ses ports d'Extrême-Orient.

La classe Naïade est une classe de sous-marins construits par les arsenaux à Cherbourg, à Toulon  et à Rochefort-sur-Mer.

 

Cette classe tire son nom du premier sous-marin de la série la Naïade. Emile Bertin les appelera les "Noyades".
Ces vingt sous-marins sont dessinés par l'ingénieur Gaston Romazzotti. Il s'agit en fait de torpilleurs sous-marins surnommés « Les Fritures » ou encore « Les Noyades ». L'ordre de mise en chantier est ordonné le 13 avril 1901.

Une affaire de famille

Gaston Romazzotti est né à Molsheim (Alsace) le 26 juillet 1855 et dècède à Paris le 18 septembre 1915. Ingénieur naval sorti de polytechnique, il est le neveu de Gustave Zédé. Gustave Zédé reprend en 1888 le projet du premier sous-marin le Gymnote selon des plans de son ami et associé Henri Dupuy de Lôme décédé avant de voir aboutir ce projet. Le frère de Gustave Zédé, le général Charles Zédé, épouse Claire Dupuy de Lôme, la fille de l'ingénieur Henri Dupuy de Lôme).

 

Ces submersibles sont spécialement conçus pour la garde des rades et des ports. Ils ont servi de 1905 à 1914 à Dunkerque (Nord), La Pallice (Charente-Maritime), Toulon (Var), Bizerte (Tunisie) et Saïgon (Vietnam).


Les vingt sous-marins de ce type sont :

  • Naïade (Q-015) : 1905 – 1914 – Vendu à Cherbourg

  • Protée (Q-016) : 1904 – 1914 – Vendu à Saïgon (Vietnam)

  • Perle (Q-017) : 1904 – 1912 [1] – Vendu à Saïgon (Vietnam)

  • Esturgeon (Q-018) : 1904 – 1912 [1] – Vendu à Saïgon (Vietnam)

  • Bonite (Q-019) : 1905 – 1914 [1] – Vendu à Toulon

  • Thon (Q-020) : 1905 – 1914 [1] – Coule devant Cap Bon (Tunisie)

  • Souffleur (Q-021) : 1905 – 1914 [1] – Vendu à Bizerte (Tunisie)

  • Dorade (Q-022) : 1905 – 1914 [1] – Vendu à Toulon

  • Lynx (Q-023) : 1904 – 1914 – Vendu à Saïgon (Vietnam)

  • Ludion (Q-024) : 1904 – 1914 [1] – Vendu à Cherbourg

  • Loutre (Q-025) : 1904 – 1914 [2] – Vendu à Rochefort-sur-Mer

  • Castor (Q-026) : 1904 – 1914 [2] – Désarmé

  • Phoque (Q-027) : 1905 – 1914 [2] – Vendu à Rochefort-sur-Mer

  • Otarie (Q-028) : 1905 – 1914 [2] – Vendu à Rochefort-sur-Mer

  • Méduse (Q-029) : 1905 – 1914 [2] – Vendu à Rochefort-sur-Mer

  • Oursin (Q-030) : 1905 – 1914 [2] – Vendu à Brest

  • Grondin (Q-031) : 1906 – 1913 [1] – Vendu à Bizerte (Tunisie)

  • Anguille (Q-032) : 1907 – 1914 [1] – Vendu à Toulon

  • Alose (Q-033) : 1907 – 1914 [1] – Désarmé

  • Truite (Q-034) : 1905 – 1914 [1] – Vendu à Bizerte (Tunisie)


(1) bâtiment construit à Toulon
(2) bâtiment construit à Rochefort

Caractéristiques

Caractéristiques

Type de coque

Sous-marin à simple coque


Tonnage surface

70,24 t


Tonnage en plongée

73,32 t


Longueur

23,76 m


Largeur

2,26 m


Tirant d'eau

2,62 m


Vitesse en surface

7,20 nœuds


Vitesse en plongée

5,98 nœuds


Immersion maximale de sécurité

30 m


Équipage (off + s-off + mat.)

2 + 11


Armement

2 tubes de 450 mm + 2 torpilles de 450 mm


Motorisation | 1 moteur au benzol de 80 ch + 1 moteur électrique de 92 ch



Propulsion

1 hélice


Source : - Caractéristiques, histoire et destin des sous-marins français


A Saïgon : Protée / Lynx/Esturgeon/Perle

Le Protée est  construit à Cherbourg.


De classe Naïade, le submersible est mis sur cale le 3 avril 1901. Il est lancé le 8 octobre 1903
Il est affecté à la défense des rades et des mouillages de l'Indochine du Sud. 

Le Protée et le Lynx seront transportés à Saïgon par la Foudre.
Condamné le 27 mars 1914, il est désarmé puis vendu à Saïgon le 3 mars 1920








Torpilleur sous-marin type Naïde (1904 - 1914)

Chantier Cherbourg
Commencé : 03.04.1901
Mis à flot : 08.10.1903
En service : 12.04.1904
Retiré : 21.05.1914
Caractéristiques : 70 t ; 23,76 x 2,26 m ; Romazzotti ; 73t.pl ; 1 moteur benzol 57 cv ; 1 moteur électrique 92 cv ; 8 nds ; 12 h ; II TLT. 450 à déclenchement + 11 torp.

Transport vers Saïgon du 22.04 au 15.06.1904 : De Cherbourg pour Saïgon avec la "LYNX", embarqué sur le transport "FOUDRE"
27.03.1914 : Condamné
21.05.1914 : Rayé
03.03.1920 : Vendu à Saïgon à M. Tran Song Fay pour 810 piastres

Sources :
Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005

En 1906, affecté à la 1ère Flottille de sous-marins des mers de CHINE.
Commandant (du 16 septembre 1905) : Lucien ANCELIN, Lieutenant de vaisseau.
Second (du 5 janvier 1906): Jules BERGEON, Enseigne de vaisseau.

En 1908, même affectation.
Commandant (du 1er juin 1907) : Eugène MORRIS, Lieutenant de vaisseau.
Second (du 26 septembre 1906) : Georges DESMAZURES, Enseigne de vaisseau.

En 1909, Flottille de sous-marins des mers de CHINE.
Commandant (du 8 janvier 1908) : Jean VINSOT, Lieutenant de vaisseau.
Second (du 1er juillet 1908) : Eugène DEFFORGES, Enseigne de vaisseau.

En 1911, Station des sous-marins de SAÏGON.
François BOLUIX (du 1er mars 1911), Lieutenant de vaisseau, Commandant un sous-marin armé et le groupe de sous-marins en réserve ("PROTÉE", "PERLE", "ESTURGEON", "LYNX").
Second (du 8 mars 1911) : Louis BARTHÉLEMY de SAIZIEU, Enseigne de vaisseau.




22 janvier 2021

Voeux 2021 SNA SUFFREN barracuda sous-marin ALFOST Toulon équipage bleu

Voeux 2021 

SNA SUFFREN

et équipage bleu


Les forces sous-marines et la force océanique stratégique sont composées d'environ 4000 marins, militaires et civils, qui mettent en œuvre 4 sous marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE), 6 sous marins nucléaires d’attaque (SNA) et des unités assurant leur commandement et leur soutien : état-major, base opérationnelle de l'Ile Longue, stations de transmissions, escadrilles, écoles de navigation sous-marine et centre d'interprétation et de reconnaissance acoustique. Ces forces sont placées sous l'autorité de l'amiral commandant les forces sous-marines et la force océanique stratégique (ALFOST), actuellement le vice-amiral d’escadre Jean-Philippe


Par Le Parisien avec AFP
Le 21 octobre 2020 à 08h08


La France a effectué pour la première fois mardi un tir de missile de croisière depuis un sous-marin, a annoncé le ministère des Armées.


Le Suffren - nouvelle génération de sous-marins nucléaires d'attaque (classe Barracuda) - a « réalisé avec succès » ce tir d'essai de Missile de croisière naval (MdCN) au large de Biscarrosse (Sud-Ouest), a-t-il précisé dans un communiqué.

https://www.leparisien.fr/politique/decouvrez-les-entrailles-du-suffren-le-nouveau-sous-marin-nucleaire-francais-08-07-2019-8111850.php


LES SOUS-MARINS NUCLEAIRES D’ATTAQUE (SNA) type Suffren

Missions : Outre les missions actuellement remplies par les SNA de type Rubis, les SNA de type Suffren auront notamment la capacité de frapper dans la profondeur grâce à la mise en œuvre du missile de croisière naval. Ils auront également des moyens accrus de mise en œuvre de forces spéciales.

Les futurs bâtiments : Suffren, Duguay-Trouin, Tourville, De Grasse, Rubis et Casabianca

Port d’attache : Les six sous-marins seront basés à Toulon, assurant la suite de SNA de type Rubis.

Caractéristiques :
Longueur : 99,50 m
Largeur : 8,8 m
Poids : 5 300 tonnes en plongée
Propulsion : un réacteur nucléaire
Vitesse : 25 nœuds en plongée
Immersion : 300 m
Équipage : 2 équipages de 60 marins
Autonomie : 70 jours
Armement : 4 tubes lance-torpilles de 533 mm pour torpilles F 21 et missiles antinavire (type SM-39 EXOCET ) ; missiles de croisière naval (MDCN)


Sources

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/armee-et-securite/silencieux-propre-sans-periscope-huit-choses-a-savoir-sur-le-suffren-la-formule-1-des-sous-marins-nucleaires-francais_3533363.html




SPID V A 400 Jordanie Al Safawi Chammal Inherent Resolve RafaleM Atlantique 2 aéronavale Mirage 2000D

DES RAFALE M EN JORDANIE 

SPID  V A 400

Quelques infos déjà anciennes qui expliquent la présence de la Marine nationale (aéronavale) en Jordanie sur la base Al Safawi avec des RafaleM et un Atlantique 2. Et donc ce cachet SPID V A 400 fait partie de nos collection Marcophilie navale 

C'est le 19 septembre 2014, à la demande du gouvernement irakien et sur ordre du Président de la République, la France s'est engagée dans la lutte contre Daech avec l'opération "CHAMMAL", nom de la participation française à l'opération internationale "INHERENT RESOLVE".
Depuis la fin 2014 six Mirage 2000D de la 3e escadre de chasse sont déployés sur la base. Les Mirage 2000D sont utilisés dans le cadre des missions contre l'Etat Islamique (raid du 15-11-2015 suite aux attentats du 13-11-2015 en France.

En octobre 2017 quatre Rafale de l'Armée de l'Air et quatre Rafale M de l'aéronautique navale y étaient basés



 les aviateurs français opèrent de Jordanie depuis la fin novembre 2014 sur une base aérienne projetée (BAP) logée sur un site militaire de l’armée jordanienne

Car la base d’Al-Safawi n’a hébergé jusqu’alors que des Mirage 2000D et 2000NK3, jusque'à l'arrivée des Rafale. ( peu d’éléments communs entre les Mirage et les Rafale, à part le… kérozène, les bombes guidées GBU-12 (250 kg) et GBU-24 (1000 kg), ainsi que les pods de ciblage Damocles.)
 Les systèmes de préparation de mission ou d’exploitation de la guerre électronique sont radicalement différents et le Rafale est aussi le seul à emporter le pod de reconnaissance numérique Reco-NG.





Il a fallu installer un nouveau détachement chasse, tout en continuant à faire fonctionner le précédent : des frappes ont été menées à la fois par les Rafale et les Mirage 2000D
Il a aussi fallu remplir le dépôt de munitions avec celles spécifiques au Rafale : les AASM, les obus de 30 mm pour le canon, et peut-être, des missiles de croisière Scalp-EG. En quelques mois, les Rafale de la marine et de l’armée de l’air en ont tiré une cinquantaine.

L’arrivée des Rafale Air en Jordanie annonce aussi le détachement futur de celui de la marine, une fois le port-avions parti pour son deuxième arrêt technique majeur (ATM), en février prochain. Le chantier doit durer 18 mois.

Sources :




21 janvier 2021

Visite du Président de la République à Brest 19 janvier 2021

Visite du Président de la République à Brest 19 janvier 2021


Le Président de la République Emmanuel Macron s'est rendu à Brest pour présenter ses vœux aux armées. Il était accompagné de Mme Florence Parly, ministre des Armées et de Mme Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants.



Le programme 
Voici le programme prévisionnel de la visite d’Emmanuel Macron à Brest. 

  • 13h35 : Accueil républicain au centre d’instruction navale de Brest.


  • 14h : Honneurs militaires, revue des troupes.




  • 14h15 : Échanges avec des élèves des écoles de formation initiale des armées, notamment l’école des Mousses.


  • 15h30 : Visite de la frégate multi-missions Bretagne.





  • 16h45 : Vœux du président de la République aux armées, à la préfecture maritime de l’Atlantique.  À l’occasion de ses vœux, le Président Emmanuel Macron a échangé avec des militaires de tous âges, à différents stades de leur carrière : en école, comme en unité opérationnelle, pour évoquer le parcours de carrière dans les Armées, entre diversité du recrutement, formation et développement des compétences opérationnelles.

Au Centre d’Instruction Naval (CIN) de Brest, les honneurs ont été rendus au Président par la garde au drapeau de l’École des mousses, en présence des drapeaux des autres écoles des Armées. Formant chaque année plus de 2 300 élèves, le site du CIN de Brest accueille trois écoles de formation initiale : l’École de maistrance, l’École des matelots et l’École des mousses. Quel que soit son niveau, le militaire débute sa carrière dans une école de formation initiale, dont le rôle est de transformer les jeunes civils d’hier en soldats, marins ou aviateurs de demain.


Sources:



Bruno Le Floc'h BD association des amis Trois éclats blancs - Une après-midi d'été Pont-L'Abbé au bord du Monde

Bruno Le Floc'h 

BD - Au bord du Monde 

Par cette carte de voeux je vous invite à découvrir ou redécouvrir l'oeuvre de Bruno Le Floc'h. 

Si vous aimez la Mer, les belles histoires, si vous aimez le beau dessin, les belles couleurs, si vous pratiquez la planche à voile du côté de l'ïle-Tudy, si vous aimez les costumes du pays Bigouden alors procurez-vous vite une de ces B.D. En période de couvre-feu, confinement un bon momement assuré


D'abord Une après-midi d'été

L'après-guerre. La vie a repris son cours dans le petit port de pêche bigouden, mais le souvenir de la "Der des ders" reste présent. Trop présent, même…

Pour Perdrix et Nonna, les jours heureux sont loin : la jolie jeune femme attend que son bien aimé la demande en mariage, mais lui n'est que silence, mutisme et solitude. En effet, il ressasse sans fin l’horreur vécue dans les tranchées...

Suite indirecte de Trois éclats blancs, Une après-midi d'été permet à Bruno Le Floc'h de rendre un très bel hommage aux "poilus" bretons qui allèrent se battre (et se sacrifier) pour une cause qui les dépassaient totalement.


Peu avant la Première Guerre mondiale, un jeune ingénieur parisien est chargé de construire un phare sur une côte bretonne.

Le chantier s'avère colossal, inhumain : le rocher sur lequel l'édifice doit se dresser n'est à découvert que trente jours par an. L'ingénieur devra se faire à la vie d'un petit port de pêche et aux attachants personnages qui le peuplent...


Deuxième album de bande dessinée de Bruno Le Floc'h, après son recueil de nouvelles bigoudènes Au bord du monde, le récit en images Trois éclats blancs est récompensé par le prestigieux Prix René-Goscinny 2004, prix du meilleur jeune scénariste. Bruno Le Floc'h s'est vu remettre son trophée (une sculpture en bronze signée Philippe Druillet) par André Juillard sur la scène du théâtre d'Angoulême lors du Festival international de la bande dessinée en janvier 2005.


Si vous désirez adhérer à l'Association vous trouverez ci-dessous le bulletin ad-hoc (en référence au capitaine du même nom)


Sources

Armelle Le Floc'h
Brieg Haslé-Le Gall

Association des Amis de Bruno Le Floc'h


Pont-Réan Certificat de présence au corps 1953 Guichen Ille et Vilaine Bretagne Marine nationale


Pont-Réan - Certificat de présence au corps 1953

Après la deuxième guerre mondiale, furent créés pour la Marine, deux Centres de Formation Maritimes, implantés dans d’anciens camps militaires allemands. Le C.F.M. de Pont-Réan était destiné à recevoir le personnel de la zone située au nord d’une ligne fictive allant de Lyon à Bordeaux et celui de Mimizan, dans les Landes près de Biscarosse, les futurs marins venant de la zone située au sud de cette ligne. Une arrivée au CFM PONT-REAN 
ou le centre d'incorporation était appelé "TAHITI" les baraquements portaient le nom de navires découvreurs, LA BOUDEUSE, LA BOUSSOLE, etc...


Le 15 décembre 1944, le Centre de Formation Maritime de Pont-Réan voit le jour sous le commandement du Capitaine de V aisseau Brannelec. Des travaux importants sont réalisés : aménagement d’un vaste terrain de sport, piste d’obstacles, construction d’ateliers, de logements, infirmerie, cinéma et piscine (un luxe pour l’époque !), un foyer, une station de pompage et d’épuration et même... une église.

Ce fut le premier contact avec le monde Militaire. L'appel la mise aux normes l'ouverture des valises, éjections des bouteilles vers le caniveau, sourires des gradés et grises mines des contrevenants, habillement, délivrance des couverts, immatriculation de tous nos vêtements, brodequins à clous. Une semaine bien chargé et le summum le "BINIOU" qui nous appelle tous mon Pays, nous met la boule à zéro disons 1 cm devant et rien derrière. 

Rattachée au bureau de Rennes R.P. l’agence postale de Pont-Réan est ouverte ler janvier 1946, et fermera le 8 août 1958. Elle utilisera deux types de TàD manuels hexagonaux. Les effectifs du C.F.M. ne cessant de croître (2400 personnes en 1953) et compte tenu du volume de courrier à traiter au départ de la base, l’agence postale sera dotée d’une machine à oblitérer de marque SECAP, la première utilisée dans la Marine..

Mais qu'importe nous sommes là et heureux d'y être et comme disent les permanents après TAHITI c'est SAIGON et là ce n'est plus la même chanson mais bon pas le temps de souffler la marche au pas en chantant dans l'allée EST avec un maître de cérémonie ZIMMERMANN d'aucun s'en souviennent encore le passage devant le réfectoire deux fois pour nous apprendre a chanter juste et en cadence enfin presque, surtout le jour des frites !! 


La cour d'honneur là où toutes les compagnies, avec son rituel chaque matin, leur gradés devant le château et son état major assistent à l'envoie des couleurs et cela tout au long de notre séjour. Les séances de tirs, la navigation sur la VILAINE, "qu'elle était belle", l'inspection de sac la semaine de corvée, le lavage du linge, les tours de garde au séchoir avec vérification du matricule de ceux qui venaient récupérer leur linge avec leur plaque d'identité j'en passe et des meilleurs réussir en si peu de temps a former des jeunes à toutes les tâches Militaire Marine et ménagère il faut le faire! Mais aussi les bons cotés avec une sortie à RENNES le repas au foyer du soldat près de la gare, une virée au bal pince c..., 


la balade au MAIL une grande avenue bordée d'arbres fier d'être MARIN. Et puis à l'intérieur du CFM le foyer avec sa bolée de cidre à cinq francs anciens, l'étang la pêche aux grenouilles avec un bout de pompon rouge les douves du château les courses à la godille et puis les tests d'aptitudes, les piqûres TABDT "aie...!" le choix d'une spécialité et puis la fin La présentation individuelle au Cdt (un test de plus) le Capitaine de Vaisseau PICHEVIN "si ma mémoire est bonne". La photo au final avec tous les collègues et nos Instructeurs qui m'ont laissé que de très bons souvenirs...... MERCI A TOUS - Jean BOUGER

sources :

Collection historique de la Marcophilie navale H. Aguilera - Cl. Arata