23 mai 2024

Mission AKILA porte-avions Charles de Gaulle 2024 FDA Chevalier Paul Méditerranée OTAN NATO fake-news

Mission AKILA porte-avions Charles de Gaulle 2024



De nombreux internautes assurent sur les réseaux sociaux que la France aurait livré à l’Otan le porte-avions Charles de Gaulle. C’est faux : il s’agit d’une mission opérationnelle temporaire et réversible. Pendant environ deux semaines, le porte-avions Charles de Gaulle va être placé sous contrôle opérationnel de l’Otan, alliance entre des pays européens et nord-américains. Il va obéir aux ordres tactiques d’un amiral américain. Mais à bord, les marins et officiers français seront toujours présents et l’armée française pourra reprendre le contrôle de ce porte-avions à tout moment. "Mais cela reste la première fois que la France n’aura pas le contrôle exclusif du Charles de Gaulle depuis sa construction",


Dans un communiqué, l’armée française explique vouloir "construire une confiance mutuelle à partir d’un savoir-faire commun". En clair, l’idée est de mieux connaitre les autres forces armées de l'Otan pour mieux coopérer. La France entretient ses liens avec les Américains au sein de l’Otan dans un contexte de tensions avec la Russie à cause de la guerre en Ukraine. "La France n’est pas le seul pays à mettre sous contrôle opérationnel de l'Otan un navire de type porte-avions. Les Britanniques l’ont fait l’année dernière avec leur porte-aéronef Queen Elizabeth".


Le 12 mai 2024, un premier transfert de matériel entre le porte-avions Charles de Gaulle et la frégate de défense aérienne (FDA) déployé au sein du groupe aéronaval (GAN) dans le cadre de la mission Akila, a été entrepris avec succès au moyen d’un drone logistique Hercules 20.



Les premières expérimentations de vol de l’Hercules 20 réalisées par le centre d’expérimentations pratiques et de réception de l’aéronautique navale (CEPA-10S) avaient eu lieu à bord du Charles de Gaulle à l’occasion de la mission Antares, au début de l’année 2023. Elles avaient notamment permis d’évaluer son comportement dans l’environnement opérationnel propre au porte-avions et de valider le porteur et le mode opératoire de la manœuvre logistique.
En mesure de transporter des pièces et colis pouvant peser jusqu’à 5 kg, qui représentent une part importante des flux, le drone Hercules 20 permet ainsi de faciliter certains mouvements logistiques entre les unités d’une force constituée à la mer.

Complémentaire, cette nouvelle procédure participe à la préservation du potentiel d’utilisation des hélicoptères de la force pour les missions opérationnelles et évite le recours à un ravitaillement à la mer, manœuvre logistique complexe et chronophage pendant laquelle les bâtiments sont exposés.

https://www.defense.gouv.fr/marine/actualites/mission-akila-premier-transfert-materiel-drone-entre-unites-du-gan

Merci à Joël

22 mai 2024

Mission AKILA FREMM PROVENCE avril mai 2024 GAN OTAN NATO Méditerranée porte-avions Charles de Gaulle

Mission AKILA FREMM PROVENCE avril mai 2024



Après avoir appareillé de Toulon le 22 avril, le groupe aéronaval (GAN) poursuit la mission AKILA. Le 26 avril, la force est entré dans la phase OTAN de l’exercice NEPTUNE STRIKE et réalise depuis de nombreuses activités opérationnelles au profit de la posture de défense et de dissuasion qui permettent de conforter le haut niveau d’interopérabilité des armées de pays de l’Alliance.




Après avoir franchi le détroit de Messine, le GAN a conduit plusieurs exercices aériens en Allemagne, en Roumanie et en Grèce, illustrant la capacité d’action du porte-avions à agir sur plusieurs théâtres simultanément ou dans la même journée.

-un raid à longue distance jusqu’en Allemagne, sous menace aérienne simulée, a été conduit par les Rafale du groupe aérien embarqué avec le soutien d’un avion ravitailleur de l’armée de l’Air et de l’Espace ;

-un exercice combiné de lutte anti-sous-marine particulièrement poussé a été conduit de nuit par les aéronefs du GAE, un SNA français et un sous-marin grec opposés à un pétrolier-ravitailleur français, la Somme, escorté de deux frégates espagnoles et d’une frégate grecque ;


-en Grèce, quatre chasseurs Rafale se sont opposés à quatre F16 de l’armée de l’air grecque dans un scénario de pénétration d’un espace aérien hostile et de frappes

- un entrainement à l’appui feu air-sol a été conduit au profit des JTAC belges et français du bataillon multinational AIGLE le 1e mai.

Par ailleurs, des vols opérationnels ont également été menés, dont -un vol de E-2C HAWKEYE a eu lieu en Roumanie le 30 mai au profit de l’appréciation de situation de l’Alliance, au titre des missions Air Shielding.

Durant cette première semaine de mission AKILA, le Bâtiment ravitailleur des Forces (BRF) Jacques Chevallier a notamment réalisé 5 ravitaillements à la mer (RAM), dont 3 doubles, au profit des bâtiments de la mission AKILA et du groupe espagnol constitué autour du porte-aéronefs Juan Carlos 


21 mai 2024

Par estafette Paris Le Havre Bureau de Poste Assemblée nationale chambre des députés

 Estafette Bureau de Poste Chambre des députés

Courrier par Estafette pour Le Havre expédié depuis le bureau de poste spécial de la chambre des députés. La marque était appliquée sur le recto de la lettre.


1834 Marque linéaire avec mention : BEAU DE POSTES CHBRE DES DEPUTES

Si les estafettes étaient d'abord chargées de courriers officiels, à partir des années 1820 le courrier du public sur certaines liaisons (moyennant surtaxe ou non), proposaient un service postal par cavalier plus rapide que les malles-poste du même trajet.


Le service d'estafette Le Havre - Paris  est créé en 1818, sans surtaxe, suite aux demandes réitérées du négoce havrais. Partant du Havre chaque jour à 16 h, le courrier  était à Paris le lendemain matin vers 7 h. 






Et Aujourd'hui qu'en est-il du courrier de nos élus?

Affranchissement du courrier et impressions

Les correspondances (courrier, portage, méls et SMS en nombre) de nature parlementaire, c’est-à-dire adressées par un député dans le cadre de l’accomplissement de son mandat, sont prises en charge dans le cadre de la DMD. Enfin, est aussi éligible à la DMD la dépense relative à l’impression d’un document de communication parlementaire.

Par ailleurs, les députés peuvent faire appel à l’atelier de reprographie du Palais Bourbon où ils disposent chacun, pour leurs besoins parlementaires, d’un droit de tirage maximal de 20 000 copies par an, dont 5 000 copies en couleur.

20 mai 2024

Camille Pelletan Gaston THOMSON ministres de la Marine croiseur-cuirassé Sully Baie d'Along 1905 Marine nationale

Camille Pelletan et Gaston THOMSON ministres de la Marine 

Les ministres de la Marine ont souvent été l'objet de railleries, de critiques et les caricaturistes s'en sont donnés à coeur joie. Deux d'entre eux dans les années 1900 ont été la cible des illustrateurs avec notamment le nauffrage du Sully.





LE « SULLY » ÉCHOUÉ DANS LA BAIE D’ALONG 
Un câblogramme du vice-amiral Bayle, commandant en chef l’escadre d’Extrême- Orient, annonce que le croiseur Sully, commandé par le capitaine de vaisseau Guiberteau, s’est échoué mardi matin, dans la baie d’Along, sur des rochers. La dépêche ajoute, qu’il n’y a aucun accident de personne. Ce malheureux croiseur joue vraiment dt malchance. On se souvient dans quelles déplorables conditions, l’an dernier, M. Pelletan le fit partir pour l’Extrême-Orient, à peine terminé et sans armement complet L’accident qui vient de survenir n’est certainement qu’une conséquence de ce départ ordonné contrairement à l’avis autorisé de tous les hommes de métier. Le Sully est un croiseur cuirassé de 10000 tonnes de déplacement. Son armement comprend 8 canons de 164 millimètres, 4 de 100 millimètres placés en tourelles, 2 de 65 millimètres, 18 de 47 millimètres en tourelles, 6 de 37 millimètres; il a en outre 5 tubes lance-torpilles.



CHOSES MILITAIRES

L’éçhouement du « Sully »

Le départ du croiseur Sully qui, sur l'ordre de M. Peiletan, a quitté Toulon pour aller renforcer l’escadre d’Extrême-Orient, n’aurait pas dû prendre le large avant d’avoir été « mis au point », comme le demandait la commission de réception du bâtiment.

Le commandant du Sully, le capitaine de vaisseau Farret, à qui l’ancien ministre de la marine enleva aussitôt son commandement, estimait que ce navire de guerre n’était pas dans les conditions voulues pour aller faire campagne dans des mers aussi lointaines. M. le vice-amiral Bienaimé, alors préfet maritime à Toulon, devenu, par une conséquence directe des incidents du Sully, député du deuxième arrondissement de Paris,partageait la manière de voir du capitaine de vaisseau Farret et couvrait complètement son subordonné.

Les techniciens de la marine craignaient de voir le Sully commencer en Extrême- Orient une campagne malheureuse. Or, le croiseur s’est — suivant l’expression des marins — mis au plein dans la baie d’Along (golfe du Tonkin), sur un banc de rochers sous-marins.

Un scaphandrier a visité la coque qui porte une légère déchirure. Le Sully a des tôles défoncées et une voie d’eau que l’on a aveuglée. Les pompes d’épuisement ont bien fonctionné. Aucun organe essentiel ne paraît atteint.

La mer est démontée dans le golfe, houleuse dans la baie ; le baromètre monte. Le commandant de la marine est parti pour la baie d’Along avec deux torpilleurs et une grue flottante.

Le Sully a reçu ses principales avaries à l’avant et le heurt a été tellement violent que l’avant du croiseur incline dans l’eau.

Après l'affaire Dreyfus, Camille Pelletan est ministre de la Marine de juin 1902 à janvier 1905 dans le cabinet Émile Combes, dont il est une des personnalités majeures. Très influencé par les théories de la Jeune École de l'amiral Aube, et à l'encontre des enseignements de l'affaire de Fachoda en 1899, il freine la construction des cuirassés décidée lors du « programme de 1900 » et multiplie le nombre des torpilleurs et des sous-marins.

Par l'important décret du 7 octobre 1902, il crée le corps des administrateurs des Affaires Maritimes. Il favorise les carrières des jeunes officiers issus de famille modestes, des officiers sortis du rang et des officiers mécaniciens, jusqu'alors tenus en mépris par ceux issus de l'École navale.

Il introduit la journée de huit heures dans les arsenaux. Durant les grandes grèves de Marseille en 1904, il montre une sympathie prononcée pour les revendications et les méthodes socialistes des grévistes. Sa politique est très critiquée, y compris par les radicaux entrés en dissidence contre le gouvernement Combes, à savoir ses prédécesseurs Jean-Marie de Lanessan et Édouard Lockroy et le futur président de la République Paul Doumer. Une controverse violente s'ensuit, et il devient une cible privilégiée pour les caricaturistes, qui moquent sa pilosité broussailleuse et son manque d'élégance. Ses adversaires s'inquiètent du risque d'affaiblissement de la Marine et de destruction de la discipline. La création d'une commission d'enquête extra-parlementaire est décidée par la Chambre des députés, mais après quelques auditions celle-ci cesse de se réunir et ne remet pas de rapport final


Gaston Thomson fut ministre de la Marine du 24 janvier 1905 au 22 octobre 1908

PINTES DE BON SANG 

Les journalistes, par ma foi, sont des gens bien extraordinaires.

Je n'ai pas l'honneur de les connaître, et je le regrette, bien qu'ils me paraissent d'humeur fort irascible, de fréquentation difficile, de commerce désagréable, et de caractères vraiment insupportables.

Pour un rien ils poussent les hauts cris et remplissent l'air de leur colère.

Ainsi l'autre jour, un bateau qui s'appelle le Sully tout comme M. Mounet ou M. Prudhomme, s'est échoué doucement sur un rocher là-bas, je ne sais où, dans les mers de l'Orient extrême.

Je vous demande s'il y a là de quoi fouetter le schah de Perse.

Eh bien, immédiatement, les journalistes ont poussé des cris d'orfraie.

M. Pelletan qui est un homme sérieux, et qui en fait de bateaux en remontrerait à quiconque — il en a tant monté M. Pelletan n'a fait qu'en rire.

C'est le sort des bateaux de s'échouer sur des rochers, et il est évident que cet accident ne leur arriverait jamais si on les faisait évoluer dans le bassin de la place Pigalle.

Comme l'a fait justement remarquer M. Thomson : — S'il y avait une guerre maritime, vous en verriez bien d'autres !

Somme toute, l'accident n'a rien de désagréable que pour notre grand tragédien national : il est vexant en effet de voir le (Mounet)-Sully échouer dans la baie d'Along quand M. Coquelin a tant de succès dans l'abbé Constantin.

Et puis, il faut se ranger à l'avis de M. Lockroy — le Lockroy de sa mer — l'homme le plus versé sur les choses de la marine.

Comme on l'interrogeait sur l'événement, il répondit par ce mot si finement spirituel, dont on vend douze pour un sou dans les librairies les mieux achalandées : — Après tout, un bateau n'est jamais si bon que lorsqu'il échoue!

Gaston Thomson est un homme politique français né le 29 janvier 1848 à Oran (Algérie) et décédé le 14 mai 1932 à Bône (Algérie). Député sans discontinuer de 1877 à 1932, il détient la palme de la longévité parlementaire en France, avec 54 ans et 320 jours.

Aujourd'hui encore, l'action de Camille Pelletan en tant que Ministre de la Marine reste très critiquée parmi les milieux militaires maritimes. Son application des théories de la Jeune École et de son inspirateur, l'amiral Aube, au moment où celles-ci sont de plus en plus discréditées, ont en effet conduit à remplir les ports français et algériens, aussi bien militaires que civils, de petits torpilleurs « numérotés » dont la longueur n’excède pas 27 à 38 mètres suivant la classe, dont le franc-bord est trop faible pour opérer en haute mer et qui pour partie sont incapables de mener à bien les missions qui leur sont dévolues. Les décisions de Camille Pelletan en tant que Ministre de la Marine contribuent ainsi au retard que la Marine Française accumule à partir du milieu des années 1880 et lui font pour partie rater la « révolution » du Dreadnought et son concept du « All big guns »

La Croix des Marins 12-02-1905

Le Mémorial des Vosges 11-02-1905

https://envelopmer.blogspot.com/2017/03/un-ministre-de-la-marine-meconnu.html

https://envelopmer.blogspot.com/2021/09/echouage-du-cuirasse-sully-1905.html

19 mai 2024

TERIIEROO A TERIIEROOITERRAI Passage du Cap Horn avril 2024 Ushaia Argentine

 TERIIEROO A TERIIEROOITERRAI Passage du Cap Horn

26 avril 2024

Pour la première fois depuis près de 15 ans, un bâtiment de la Marine nationale franchit la latitude 56 et passe au sud du Cap Horn.


Après une traversée mouvementée qui a permis d’évaluer la capacité des patrouilleurs outre-mer à naviguer par mer très formée, c’est dans des conditions plus clémentes que le deuxième POM a franchi le cap mythique.


En effet, avec un soleil radieux et un léger vent d’ouest, le Teriieroo a Teriierooiterai est passé au plus près du roc qui culmine à 425 mètres. La température extérieure était alors de 4° et celle de la mer de 8°. Des conditions qui tranchent nettement avec les jours précédents, où le POM naviguant sous les 40ème rugissants puis les 50ème hurlants a traversé une mer 6 pendant plusieurs jours.

L’occasion pour l’ensemble des marins présents à bord d’ajouter une nouvelle case à leur CV de marin en devenant cap-horniers, gagnant le droit de porter la célèbre boucle d’oreille d’or à l’oreille gauche.

Après ce point d’orgue du déploiement vers la Polynésie française, le navire et son équipage ont mis le cap sur Ushuaia, leur prochaine escale. Puis commencera une remontée du Pacifique « côté terre », avec quatre jours de navigation cap au Nord dans les chenaux de Patagonie.

https://www.defense.gouv.fr/marine/actualites/teriieroo-teriierooiterai-passe-cap-horn

Cols bleus

Un grand merci à Romu et à l'équipage du TERIIEROO A TERIIEROOITERRAI

18 mai 2024

Aviation maritime Philippeville Algérie 1914-1018 guerre Bône hydravion Méditerranée

Aviation maritime Philippeville Algérie 



Les principales missions de l’Aviation maritime sont la surveillance des routes d’accès aux ports, l’escorte et l’éclairage des convois, reconnaissance, la recherche des mines et l’attaque des sousmarins.


Au début de la guerre, la Marine ne possède que huit appareils de marques disparates, onze pilotes et un navire transporteur d’hydravions. Une seule base est en service : le Centre d’études de Saint-Raphaël. A la fin de la guerre, l’Aviation maritime aura 702 pilotes et 1 264 appareils. A partir de 1917, devant l’accroissement considérable de la force sous-marine allemande, l’Aviation maritime se développe. L’organisation territoriale côtière comprend les secteurs partagés en 1916 en divisions de patrouilles aériennes. Sur toutes les côtes océaniques et méditérranéennes sont créés trente-cinq centres (patrouilles aériennes) équivalents à une ou plusieurs escadrilles de douze, puis seize hydravions, et trente Postes de combat, détachés des Centres, de quatre à six hydravions, plus des Postes de relâche pour le ravitaillement et des bases de combat, non occupées en permanence, prévues pour une section de deux hydravions. 



Des centres et des postes de combat partent des sections d’en principe deux hydravions (FBA H4, Donnet-Denhaut et Tellier) dont le rayon d’action atteint 300 kilomètres. Le terme de centre aéronautique disparaît en juin 1917 au profit de patrouilles aériennes. 


Le 10 novembre1916, la décision est prise de créer le centre d’aviation du port d’Alger, près de
l’usine électrique, dans un étroit plan d’eau entre le quai de Sète, sur le Grand Môle, et le quai de
Caen. L’Entreprise Gregor se charge des travaux et le centre sera agrandi en avril 1917.


Les patrouilles aériennes d’Algérie-Tunisie dépendant du secteur de la Méditerranée, comportent
d’ouest en est le centre d’Oran (dont dépendent les postes de combat de Nemours et Mostaganem,
le centre d’ Arzew, poste de combat : Cherchell, le centre d’Alger, postes de combat : Ténès et
Bougie, le centre de Djidjelli, le centre de Bône, postes de combat : Collo, le centre de Bizerte,
postes de combat : Tabarka et Kélibia ; le centre de Sousse, postes de combat : Sfax et Lampedusa
et le centre de Marsala.

Les postes de combat (également dénommés postes de relâche lorsqu’ils sont utilisés de façon
temporaire) sont généralement équipés d’un hangar Bessonneau et d’un mât de mise à l’eau.
L’activité des postes de relâche est assez irrégulière, elle dépend du passage des convois et des
difficultés de mise en oeuvre qui demandent quelquefois des pilotes habiles. 



D’une manière générale, l’effectif complet des centres et des postes ne sera jamais atteint. Il n’y aura jamais guère plus
de dix hydravions opérationnels à Alger et à Bône et deux à quatre à Cherchell, Ténès, Bougie et
Djidjelli. Des postes de combat provisoires, comme Béni-Saf, sont quelques fois activés.


Le 20 septembre 1917, une section de Bône découvre un sous-marin camouflé en voilier qui attendait un important convoi. Le 9 octobre 1917, une section de Bône dégage et sauve une goélette italienne canonnée par un sous-marin et le 10 octobre 1917, une autre section de Bône découvre
un sous-marin à l’avant d’un convoi et le fait plonger. Le 4 décembre 1917, une section de Bône attaque un sous-marin qui attend un convoi.

Le 21 mars 2018, le quartier-maître charpentier Bellan écrit un courrier à Marie-Louise de Rians dans le Var.

Aviation Maritime Philippeville  - TàD Philippeville  23-3-1918

TàD arrivée RIANS VAR 1-4-18
Après avoir philosophé sur le mariage et précisé qu'en ce moment il est "neutre" il précise qu'en ce moment, il n'est plus à Bône... "Le centre de Bône m'a envoyé à Philippeville comme chef de poste au centre de ravitaillement pour avions. Mon plus gros travail c'est de m'embêter". 

INSTRUCTION sur le recrutement, la formation, l'avancement du personnel spécialisé dans l'aviation maritime du 9 janvier 1918.


"Les appareils ne viennent pas souvent depuis huit jours que j'y suis aucun appareil n'est arrivé. C'est presque l'Amérique. Souhaitons voir la fin de la guerre dans ces conditions."


Sources
ARDHAN

INSTRUCTION sur le recrutement, la formation, l'avancement du personnel spécialisé dans l'aviation maritime du 9 janvier 1918.

17 mai 2024

Bombardement de Philippeville Algérie croiseurs Goeben Breslau Kaiserliche Marine août 1914

Bombardement de Philippeville Algérie croiseurs Goeben Breslau Kaiserliche Marine août 1914


Bône et Philippeville : les premiers morts de la guerre mondiale avec les bombardements des croiseurs allemands Breslau et Goeben, le 4 août 1914.

TàD du croiseur allemand GOEBEN réfugié en Turquie
Kais Deutsche Marine Schiffpost n° 29 3012


Sur ordre du contre-amiral Wilhem Souchon, commandant la division méditerranéenne de la "Kaiserliche Marine", les deux croiseurs Goeben et Breslau regagnent Messine le 2 août où ils sont ravitaillés, en charbon et vivres, par les navires allemands en rade. Le 3 août 1914, à 1 heure du matin, les deux croiseurs quittent Messine, destination les côtes algériennes alors que la guerre ne sera déclarée qu’à 18 heures ! 

Leurs missions : « attaquer l’ennemi, sur les côtes d’Algérie pour l’empêcher de transporter ses troupes nord-africaines en France », et montrer également aux indigènes que la France est vulnérable…



Il est 5 heures du matin, quand le Goeben, battant pavillon russe, arrive à grande vitesse devant Philippeville, présente son flanc tribord et avec son artillerie moyenne, dirige son feu sur la ville.

Au premier tir, à bord du croiseur, le pavillon russe est amené et remplacé par celui de l’Allemagne. Aussitôt la batterie d’El Kantara, la seule opérationnelle, réplique. Quatre obus, mais trop courts sont tirés. Le croiseur qui n’est qu’à 4 500 m, devant cette réaction inattendue, prend rapidement le large, après un tir de 36 obus de 150mn qui n’a duré que quatre à cinq minutes environ.




Les objectifs visés étaient : la gare, le port, la caserne et l’usine à gaz. Le nombre des victimes aurait pu être réduit si un obus n’était pas tombé sur un hangar abritant un détachement du 3e zouave en partance pour la métropole, celui-ci fit treize morts et une vingtaine de blessés. Trois civils ont également trouvé la mort au cours de ces bombardements. Dans le port, trois balancelles furent détruites et le vapeur anglais "Isle of Hastings" reçut un obus au pied de sa cheminée.

Après s’être ravitaillés à Messine le 5 août, les deux croiseurs allemands font route, dans l’après-midi du 6 août, en direction de Constantinople. Ils sont pris en chasse par le croiseur léger "Gloucester" qui engage ses deux adversaires le lendemain vers midi. Touché à deux reprises et manquant de combustible, le croiseur anglais abandonne la poursuite vers 16 heures. Après un ravitaillement en mer Egée près de Naxos, le 10 août au matin, le Goeben, sous les ordres du Vice-amiral Souchon se présente à l’entrée des Dardanelles où un torpilleur turc lui fait franchir les barrages de mines. La Turquie étant en paix avec l’Angleterre, Londres proteste. La Turquie étant officiellement un État neutre, ne pouvait abriter les navires belligérants plus de vingt-quatre heures selon les traités internationaux. Pour contourner cette obligation, et sous le couvert d'une vente fictive, le Goeben et le Breslau passèrent sous pavillon ottoman.


Le Goeben est rebaptisé Sultan Yavouz Selim et le Breslau, Midelly ; les deux croiseurs conservent leurs équipages, leurs officiers. Le vice-amiral Souchon est nommé commandant en chef de la flotte impériale turque. Il s’efforcera par tous les moyens possibles de faire entrer la Turquie en guerre aux côtés de son pays et prendra l’initiative de commencer les hostilités sans motif valable. La riposte ne tarde pas et le 26 septembre 1914, la Turquie se range officiellement aux côtés des Allemands.


Sources

https://www.cdha.fr/

Ouest-Eclair 

BnF Gallica

Mission AKILA porte-avions Charles de Gaulle 2024 FDA Chevalier Paul Méditerranée OTAN NATO fake-news

Mission AKILA porte-avions Charles de Gaulle 2024 De nombreux internautes assurent sur les réseaux sociaux que la France aurait livré à l’Ot...