Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

14 mars 2016

la FLF Courbet à Clipperton

la FLF Courbet à Clipperton




Lors du GEAOM 2009 2010 le pétrolier-chimiquier Sichem Osprey (IMO 9396024) s’échoue sur l’atoll de Clipperton (île de la Passion) à 585 milles des côtes mexicaines le 10 février 2010.



La FLF Courbet en escale à Callao de Lima au Pérou quitte le GEAOM pour rejoindre l'atoll après avoir embarqué gendarmes et enquêteurs

Callao de Lima la FLF Courbet appareille pour Clipperton (c) JM Bergougniou

Callao de Lima la FLF Courbet appareille pour Clipperton (c) JM Bergougniou









L’île de Clipperton anciennement île de la Passion, est une possession française composée d'un unique atoll situé dans l'océan Pacifique, à 12 000 kilomètres de la France métropolitaine, à 6 000 kilomètres de Tahiti et à 1 300 kilomètres au sud-ouest du Mexique. 





Son lagon représente le seul lagon d'eau douce au monde. L'Île de Clipperton représente aussi la seule possession française du Pacifique nord. Cette île est le quatrième territoire français du Pacifique et le cinquième de l'outremer français par son extension maritime.





L'île fut découverte le vendredi saint 3 avril 1711 par les Français Mathieu Martin de Chassiron et Michel Dubocage, commandant respectivement les frégates la Princesse et la Découverte, qui en dressèrent la première carte. En souvenir de cette journée, ils la baptisèrent île de la Passion. Bien que n'étant pas chef d'escadre, c'est Dubocage qui a conseillé la route à suivre et qui le premier a découvert l'atoll ne figurant pas sur ses cartes.





Le nom de l'île de Clipperton lui vient du flibustier et naturaliste anglais John Clipperton (ou Clippington) qui, pour certains, aurait croisé au large de cette île, et, pour d'autres, y aurait même débarqué en 1704 après avoir fait sécession et quitté l'expédition de William Dampier. Bien qu'aucune trace écrite de son passage n'ait été retrouvée, l'histoire retint le nom de l'île de Clipperton sans que l'on sache vraiment pourquoi, peut-être à cause d'une légende de trésor.








La découverte d'une grande quantité de guano sur l'île incita le Mexique, plus proche, à revendiquer l'île de la Passion et à l'occuper dès 1897. L'exploitation du guano fut concédée à la Pacific Islands Company. 

 On a aussi parlé, en 1895-1896, d'une occupation de l'île par les États-Unis mais sans suite. Par suite de la révolution mexicaine, les bateaux chargés d'approvisionner l'île tous les deux mois ne vinrent plus.


En 1914, le gouvernement du Mexique oublia la garnison de soldats avec femmes et enfants installés sur place depuis 1906. Ils y moururent du scorbut et de naufrages, à l'exception de trois femmes, une adolescente et sept enfants qui furent sauvés par le navire américain Yorktown le 18 juillet 1917. 



C'est l'histoire des célèbres « Oubliés de Clipperton ». On retrouva sur l'île le gardien du phare, mort la veille, assassiné par les femmes dont il avait abusé pendant plus de deux ans, selon les dires des survivantes.  Certaines encyclopédies ont longtemps indiqué que l'île de Clipperton avait une cinquantaine d'habitants, restant à ce chiffre de 1914.










































































photo (c) Marine nationale FLF Courbet


http://www.legrandjournal.com.mx/2010/03/un-chimiquier-echoue-sur-le-joyau-francais-de-clipperton-a-1300-kms-au-large-du-mexique/

2 commentaires:

harley davidson chapterducs a dit…

Compliments pour cette magnifique présentation et la recherche historique. Un vrai plaisir de regarder cette rétrospective.
Alain Duchauchoy
Historien Chercheur sur Clipperton depuis 1975
Vice Président de l'association "Clipperton- Projets d'Outre-Mer

Jean-Michel Bergougniou a dit…

Merci à vous
JMB