Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

9 janv. 2016

Assistance des pêches EE JAUREGUIBERRY le crabe tambour

le Crabe-tambour : 

EE Jauréguiberry


Ayant beaucoup de temps devant moi, et la marche m'étant limitée, j'ai revu une énieme fois le Crabe-Tambour. Voici quelques passages du tournage pris en photo par notre ami Henri Aguilera alors embarqué à bord.
Mais nous avons un autre témoignage celui de Pierre Dubrulle 

- Pierre Dubrulle : « L'histoire remonte à 1975 avec la visite au Sirpa Marine de Pierre Schoendoerffer, écrivain et réalisateur déjà connu et reconnu. A cette époque, il a notamment déjà publié en 1963 La 317e section et réalisé le film éponyme en 1965 avec Jacques Perrin et Bruno Cremer.

Pierre Dubrulle va raconter l'histoire du tournage du film dans Cols Bleus
vous pourrez lire la suite sur le site du ministère la défense


Le "JOJO" à Saint-Pierre
Ayant beaucoup de temps devant moi, et la marche m'étant limitée, j'ai revu une énieme fois le Crabe-Tambour. Voici quelques passages du tournage pris en photo par notre ami Henri alors embarqué à bord.
Merci pour avoir ouvert tes archives 


Dix-septième d'une série de 18 escorteurs d'escadre, le Jauréguiberry (T53 R5) est conçu comme escorteur d'escadre anti-aérien (détection aérienne et conduite de missions aériennes). Mis sur cale à Bordeaux en septembre 1954 aux Forges et Chantiers de Gironde, lancé le 5 novembre 1955, il est admis au service actif le 15 juillet 1958.

Il participe en 1966 et 1968 avec la force Alpha dans l'Océan Pacifique à deux campagnes d'expérimentations nucléaires, puis à une troisième campagne en 1970, au coté du croiseur De Grasse (force Alpha non reconstituée). 





Il effectuera également en 1974 une longue mission en océan Indien en compagnie de la frégate Duquesne.





En 1977, quelques semaines avant son désarmement, le Jauréguiberry sert de cadre au tournage du film « Le Crabe Tambour » de Pierre Schoendoerffer.








Il est désarmé le 16 septembre 1977, après avoir parcouru 480000 milles, et devient le Q580. Il servit de cible d'expérimentation pour un un tir de missile MM40 et fut coulé le 30 mai 1986 au large de l'île du Levant.





En 1977, le Jauréguiberry va terminer sa carrière comme vedette de cinéma, en effet de janvier à mars l'escorteur embarque six acteurs et une quinzaine de techniciens pour tourner à bord des scènes du film tiré du livre de Pierre Schoendoerffer "le Crabe Tambour". à cette occasion de superbes images du Jauréguiberry "le nez dans la plume" seront filmées depuis un Super Frelon en mer d'Iroise. 



Rochefort, Rich, Dufilho couchaient dans les chambres d'officier dont une banette était disponible; les repas étaient pris au carré commandant et carré officiers. Schoendorffer, Raoul Coutard, ont préféré la plupart du temps venir manger au carré OMS, le chef électricien, chef machiniste, et ingénieur du son étaient admis à notre table et tous les soirs c'était la fête avec les OMS qui n'étaient pas de quart cette nuit là. Dufilho quelques fois, Rochefort Rich sont venus une fois manger.

Outre l'appareillage tourné à Lorient, de nombreuses scènes seront tournées sur le grand banc de Terre Neuve


TAD Bâtiment assistance des pêches 1-3-1977 Pli réalisé à Halifax avec l'agence postale du Centaure plis réalisés à 7 exemplaires


Escales 1977 : Lisbonne, Lorient, Saint Pierre, Saint Jean de Terre Neuve, Halifax .

Le "JOJO" quitte Toulon le 11 janvier 1977 et accoste à Lorient le 19 pour une durée de 11 jours. Le début du tournage commence à quai et à la mer après embarquement de l'équipe de tournage, du matériel et de l'officier des pêches. L'appareillage pour l'Atlantique nord a lieu le 29 janvier après-midi. 


Toute l'équipe de tournage, Schoendorffer, Coutard en tête qui ne voulait pas faire déménager les OMS en chambre pour prendre leur place couchaient, tous, dans le poste équipage N° 3 qui avait été libéré de tout occupant. Les techniciens mangeaient à la cafétéria ou au carré OM. Le CDT devait accéder dans la mesure du possible à toutes les demandes de Schoendorffer. Le second faisait en sorte que tout se passe bien dans le meilleur des mondes, et ça c'est très bien passé grâce à Schoendorffer et Coutard qui avait constitué son équipe en fonction de celà. Schoendorffer et Coutard, deux complices , hommes remarquables, aventuriers d'une grande finesse, d'une analyse et d'un jugement sûr.




Concernant la traversée : Pas plus de malades chez eux que chez nous et puis au bout de deux jours tout le monde étalait, même moi!
L'équipe était composée d'une douzaine de personnes en tout.
Aurore Clément et Odile Versois ont rejoint SPM par voie aérienne avec le producteur et quelques autres personnes



La traversée est éprouvante pour le personnel et le bâtiment sera mis à la cape pendant une dizaine d'heures. Le réalisateur Pierre Schoendoerffer est satisfait, le visage des acteurs portera les stigmates de la traversée.


L'équipage participaient en tant que figurants et tous tenaient leur rôle réel. 
Lors du tournage à St Pierre, une équipe d'une douzaine de marins volontaires sont restés à terre quelques jours, aux frais de la production, comme figurants, pendant que le Jojo est allé sur les bancs de pêche rejoindre un chalutier et en escale à Halifax. 
De nombreuses prises de vues ont été faites et refaites, Pierre était exigeant. Nous pouvions assister aux prises de vues en restant derrière la caméra.




Présent sur zone du 5 février au 8 mars 1977, le Jaureguiberry fait escale à Saint-Pierre et Miquelon, 





Au départ nous appréhendions cette cohabitation, mais tout c'est très très bien passé et a laissé de très bon souvenirs à tous. Le chef électricien en particulier, très anti-militariste, à vite mis de l'eau dans son vin pour finalement avoir les larmes aux yeux lors de la séparation à Lorient. 




Halifax, 




St Jean de Terre Neuve. 



Il assure son rôle d'assistance, contacts radio avec les chalutiers, soins médicaux, délivrance et collecte du courrier, petits ravitaillements et même un exercice de tir au canon sur un iceberg.






St Pierre 5, 10, 26 février, du 4 au 7 mars 1977

Halifax 7, 8 et 28 février et les 1er, 2 et 8 mars

St Jean 17, 18 et 24 février

Le 1er mars lors d'une escale à Halifax, il rencontre le RHM Centaure venu le remplacer. La relève s'effectue les 4 et 5 mars à Saint-Pierre. Le départ s'effectue le 7 mars et l'arrivée à Lorient le 14. Encore quelques jours de tournage et de détente à Lorient. Il appareille le 21 et rallie Toulon le 25 mars pour entrer en période de désarmement.



Plusieurs membres de l'équipage ont été figurants, notamment le maître timonier Wagner qui joue son propre rôle.



TAD Bâtiment assistance des pêches 5-3-1977 Pli réalisé à St Pierre avec l'agence postale du Centaure plis réalisés à 7 exemplaires


Le lieutenant de vaisseau Guillaume, dont le film s'inspire, a participé au tournage du Crabe-tambour comme conseiller technique. Lors de la scène du procès, il passait si souvent dans le champ de la caméra que Schoendoerffer a fini par lui demander de revêtir une robe de procureur. C'est ainsi qu'il s'est retrouvé figurant. Il y a notamment un gros plan sur lui après la réplique du « pacha » à Willsdorff.





L'ambiance sur la passerelle est très réaliste. Les ordres sont réglementaires et quelques phrases sont criantes de vérité : "trop de monde sur cette passerelle" ou "le commandant n'aime pas que l'on parle sur sa passerelle en dehors du service". 








A Lorient tous les OMS disponibles ont été invités au restaurant par les cadres de l'équipe de tournage et bien des gorges étaient nouées à la séparation.



l'auteur des photos Henri Aguiléra
Quant au débarquement du commandant ("Le commandant quitte le bord"), cette cérémonie est tout à fait conforme au cérémonial militaire avec la garde d'honneur qui présente les armes et les honneurs rendus au sifflet par le gabier siffleur.







http://www.defense.gouv.fr/marine/interview/confidences-de-pierre-dubrulle-conseiller-technique-du-crabe-tambour#


Récit et photos  (c) Henri Aguilera

Aucun commentaire: