Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

30 mars 2014

Combats de marins oubliés durant la guerre de 1870 Choisy Le Roi

La Gare aux Boeufs
29 et 30 novembre 1870


Il était habituel, il y a encore quelques années, de récompenser les meilleurs élèves lors de la remise des prix de fin d’année. Rassemblés dans la cour de l’école, les élèves regroupés par classe, en présence des parents, attendaient face à l’estrade la proclamation officielle des résultats.
Prix d’honneur, prix d’excellence, prix de géographie ou d’histoire et pour les plus costauds avec parfois une tête moins pleine que les cuisses ou les biceps, le prix de gymnastique, les meilleurs de chaque discipline repartaient avec un livre. 



Une étiquette était collée en deuxième de couverture portant le nom du lauréat et de la matière.
Je viens d’acheter l’un de ces livres. Les prix sont en général modestes car les auteurs en sont peu connus, la qualité de la reliure est modeste et les textes…
 

Mon livre s’intitule « Souvenirs d’un soldat » et l’auteur en est Lucien Louis-Lande, originaire de Bordeaux et ancien élève de l’école normale supérieure, il s’engagea en 1870 dans les fusiliers marins puis retourna aux études, au professorat et à la littérature. L’édition originale porte la date de 1886 soit une quinzaine d’années après la guerre de 1870 et les événements de la Commune.

Un texte m’intéressait particulièrement « les Fusiliers Marins au siège de Paris ».

Lucien Louis-Laude y raconte sa propre expérience. Beaucoup de ses camarades choisissent de s’engager dans les régiments de ligne, lui choisit les fusiliers marins. C’est en parlant avec le fils d’un ami qu’il choisit « la vie des matelots, de leur rude mais bonne nature, de leur discipline, de leur courage, de leur dévouement à leurs chefs… »


Venus de Brest, de Toulon, de Rochefort, de Cherbourg les marins intègrent la défense de Paris à la fin août 1870. Les Brestois sont dirigés vers le fort d'Ivry.



Pierre Albert Leroux


Il leur est confié l'artillerie. Les pièces de marine sont placés sur les forts après  d'importants travaux de terrassements, d'abattis pour dégager les angles de tir. Les fortifications étaient devenues des lieux de villégiatures pour les Parisiens.



Il va être formé trois bataillons de marche de 600 hommes avec les marins des forts. Les canonniers restant au service des pièces.
L'idée de Napoléon Ier est reprise quand au retour de l'île d'Elbe il ordonne de vider les vaisseaux pour former les régiments de haut-bord.Le fort de Bicêtre fournit un bataillon de 600 hommes, Ivry et Montrouge 300 hommes chacun pour créer le 2e bataillon. Le 3e bataillon provient des forts de l'est, Noisy, Rosny, Romainville.
Les marins reçoivent le sac à dos nommé as de pique, la capote grise des mobiles pour cacher le col bleu trop visible et la peau de mouton contre le froid. le 2e bataillon va être commandé par le CF Eugène Marie Desprez.


Le combat de la Gare-aux-Bœufs eut lieu le 29 novembre 1870, pendant le siège de Paris durant la guerre franco-prussienne. Les troupes françaises sous les ordres du général Vinoy lancent une attaque de diversion afin de suppléer la grande opération à Champigny.





Pour redonner espoir aux habitants de la capitale, le général Louis Trochu, gouverneur de Paris, décide d'organiser une sortie générale afin d'effectuer une percée des lignes allemandes.



La statue réalisé en 1894 est en bronze est de Benoît-Lucien Hercule
et l'architecte est  Léon Bonnenfant

A cet effet, le général Vinoy prend le commandement de toute la rive gauche de la Seine et des 3 divisions qui s'y trouvent en position et qui sont sous les ordres des généraux Corréard, de Maud'huy et du contre-amiral Pothuau. l'ensemble s'élève à 38 100 hommes :


"A ce sujet, dût notre prestige en souffrir un peu, je dois rectifier une erreur trop aisément accréditée. Sur la foi des journaux, l'imagination populaire se plaît à nous figurer courant à l'ennemi, la hache d'abordage à la main. Or nous n'avions pas d'autres armes que la baïonnette et le chassepot." 

L. Louis-Lande


La division Maud'huy forte de 16 500 hommes était positionnée aux redoutes des Hautes-Bruyères et du Moulin-Saquet. La division Corréard forte de 7 bataillons de la Garde nationale mobile était positionnée à Montrouge, Vanves et Issy. La division était renforcée de 3 000 hommes de la garde nationale.



La gare aux boeufs et la Tuilerie

La division Pothuau forte de 8 700 hommes se répartissant en 4 bataillons de la Garde nationale mobile avec 5 700 hommes et 4 bataillons de fusiliers marins de la  marine avec 3 000 hommes était positionnée à Vitry et à Ivry. La division était renforcée de 3 000 hommes de garde nationale.



Amiral Pothuau



Plusieurs attaques de diversion sont lancées l'effort principal étant dirigée sur Champigny-sur-Marne. Sur la rive gauche, la division Maud'huy doit attaquer l'Haÿ et la division Pothuau la Gare-aux-Bœufs.




Les troupes de la division Pothuau devant passer très à découvert sous le feu de l'ennemi, les colonnes reçurent l'ordre de partir de très bonne heure, se dirigeant avant le jour afin de prendre l'objectif aussitôt.

                                          Les troupes de l'amiral Pothuau, renforcées des 17e et 116 bataillons de la garde nationale, sous le commandement du colonel Édouard Roger du Nord enlèvent par un vigoureux coup de main la Gare-aux-Bœufs ainsi que le poste ennemi qui le défendait et qui fut fait en partie prisonnier, dont un officier, et s'y retranche fortement. Les prussiens ne cherchent pas à reprendre la position.

A 8h35, une dépêche télégraphique émanent du gouverneur de Paris, arrive au général Schmitz indiquant :« Prévenez Vinoy, La Roncière, Beaufort et Liniers que la grande opération est ajournée par suite de la crue de la Marne et rupture du barrage. La suite de leur opération doit se mesurer sur cet incident. Ils seront juges ».



Choisy le Roi La gare aux boeufs et la Tuilerie




A 9h40 une seconde dépêche télégraphique indique : « Opération transformée. Par suite de l'impossibilité de faire parvenir des instructions coordonnées à la masse des troupes réunies sur la Marne, nous restons dans nos positions prêt à agir du côté d'Avron ou la présence d'une nombreuse artillerie peut nous engager ».




Suite à ces dépêches, le général vinoy jugeant sa possession inutile donna l'ordre de la faire évacuer. Les troupes entamèrent alors, dans l'après-midi sans comprendre, une retraite qui ne fut aucunement inquiétée par l'ennemi.




Le 30 novembre .... Les canonnières reçurent l'ordre de se porter dans le secteur et d'ouvrir le feu pendant que les pièces d'artillerie des redoutes de Vitry concentraient la leur sur la Gare-aux-Boeufs et Choisy-le-Roi. Des colonnes composées de troupes de marine, se dirigèrent sur la Gare-aux-Boeufs pendant qu'une batterie d'artillerie de campagne quittant la redoute de Vitry s'avance au galop vers Choisy et qu'une colonne de moblots se porte sur un avant-poste Prussien.


Maurice Toussaint

À la tête des ses troupes, l'amiral Pothuau, à cheval et l'épée à la main, s'empare de la Gare-aux-Boeufs que l'ennemi quitte précipitamment pour se jeter en désordre dans Choisy-le-Roi et permettant aux troupes française de réoccuper la gare abandonnée la veille. Les troupes de marine continuent sur leur lancée à la poursuite des fuyards soutenue par l'artillerie de campagne, l'artillerie des forts, des redoutes et par les canonnières et les wagons blindés.
Ce mouvement vigoureux oblige la colonne prussienne à arrêter les combats permettant à la division Susbielle de se dégager.

Aucun commentaire: