Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

11 févr. 2018

Rochefort en Terre le village préféré des Français par Elsa Catelin épreuve artiste

Rochefort en Terre le village préféré des Français par Elsa Catelin

ELSA CATELIN est née en 1975 à Coutances, dans la Manche. Elle obtient une licence d'arts plastiques en 1997 à l'Université de Haute Bretagne ; ces études lui permettent de faire connaissance avec la taille douce. Elle va régulièrement à l'atelier de l'université et s'inscrit à un atelier collectif où elle fait plus ample connaissance avec les différentes techniques.
En 2000, elle est diplômée en gravure de l'École Estienne après une formation de deux ans, à Paris. Après quelques expériences professionnelles, elle est employée par l'ITVF début 2004 où elle est formée à la conception de timbres-poste et autres produits philatéliques par les graveurs Claude Jumelet et Jacky Larrivière.


En novembre 2005, elle signe sa première émission en gravant avec Claude Jumelet le bloc-feuillet de Monaco sur « la Salle Garnier ». Dès septembre 2006, elle dessine et grave son premier timbre de France sur un des ponts-écluses de Thionville.

Rochefort en Terre



Située à 35 km à l’est de Vannes, sur une butte rocheuse dominant la vallée du Gueuzon, la cité bretonne de Rochefort-en-Terre donne une impression d’homogénéité malgré la diversité des courants architecturaux qui s’y sont exprimés : maisons à pans de bois, bâtiments de style gothique, demeures Renaissance, hôtels classiques, architecture XIXème... C’est la pierre, ici omniprésente, qui fait le trait d’union entre ces différents témoignages de l’Histoire.

Les Epreuves d'Artistes 

Pour les timbres-poste français, la taille-douce est utilisée depuis 1928. Un poinçon en acier est gravé en creux pour cet usage. A partir de ce poinçon, des épreuves sont obtenues après leur impression sur une presse taille-douce. L’encre est déposée sur les tailles de la gravure avec une "poupée" de chiffon, puis le poinçon est essuyé à la main avec des toiles de plus en plus fines pour ne laisser l’encre que dans les tailles, la surface du poinçon où l’encre est enlevée restera blanche après la pression du cylindre de la presse à bras sur le papier humide.

Ainsi apparaissent les premières épreuves d’artiste. D’abord des épreuves d’état sont tirées par le graveur pour voir le résultat, au fur et à mesure de l’avancement de son travail
Une fois le résultat accepté, le graveur tirait lui-même ses épreuves d’artiste sur des feuilles de papier à sa convenance.
Le format des épreuves pouvait varier selon les graveurs.


Il ne faut d'ailleurs pas confondre les épreuves d'artiste, signées au crayon par le graveur, avec certaines épreuves tirées avec un poinçon transfert plus petit, et des perforations de sécurité, que l'on pourrait appeler "essais de couleurs".



Une fois le résultat accepté, le graveur tirait lui-même ses épreuves d’artiste sur des feuilles de papier à sa convenance.
Le format des épreuves pouvait varier selon les graveurs.

Il ne faut d'ailleurs pas confondre les épreuves d'artiste, signées au crayon par le graveur, avec certaines épreuves tirées avec un poinçon transfert plus petit, et des perforations de sécurité, que l'on pourrait appeler "essais de couleurs".

Le nombre de ces épreuves n’était pas contrôlé et pour certains graveurs, il est arrivé que le poinçon original soit déjà usé avant de servir à l’imprimerie pour les timbres. C’est pourquoi l’Administration en prit le contrôle en 1962 avec ce type de marque, gaufrage à sec, utilisé une fois le papier sec.
En 1964, apparaît un nouveau timbre sec avec la gravure d’une presse typographique d’imprimerie, il est encore en usage.










En fait, il y a un double gaufrage : le timbre sec de contrôle, mais aussi une marque en relief sur le papier obtenue sur la feuille humide de papier avec une gravure de la plaque qui maintient en place le poinçon du timbre, la "frette"









Le tirage se fait à l'Imprimerie de Boulazac, sur le poinçon d'acier non signé, donc avant la gravure du nom du graveur. Le tirage de ces épreuves est de 21 pour la France si le graveur est le dessinateur de la maquette, sinon 2 épreuves supplémentaires sont pour le dessinateur. Ce nombre d'épreuves peut varier selon le pays du timbre.



sources 

http://blog-impressions-timbrees.blogspot.fr/2012/11/epreuves-dartiste-en-taille-douce.html

1 commentaire:

franche-comte.philatelie a dit…

Superbe epreuve d artiste!
Je renouvelle mes felicitations a Elsa , amie de longue date.
Concernant le tirage des « epreuves d artiste moderne »
de ce timbre Rochefort en Terre, celui ci est de 9 exemplaires.
Dont 8 exemplaires reviennent à l artiste.
Le tirage se compose de :
5 epreuves en noir
2 epreuves en brun
2 epreuves en bleu.

Un exemplaire TOUJOURS EN NOIR est conservé au Musée de La Poste PARIS