Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

22 oct. 2018

Dragueur Tourterelle TOULON 17 juin 1941 Congé Armistice Oran sabordage 9 novembre 1942 Thierry d'Argenlieu

Dragueur Tourterelle 

Sabordage Oran 9 novembre 1942


Nous avons à plusieurs reprises parlé de l'armistice signé le 22 juin1940 
Nous parlerons d'un épisode peu connu : le sabordage d'une partie de la flotte à Oran les 8 et 9 novembre 1942 et du congé d'armistice.

La délégation française considère que les conditions qui sont imposées à la France par l'Allemagne, bien que dures, sont toutefois acceptables car elle garde sa flotte et ses colonies — conformément aux souhaits de Pétain — et n'est pas entièrement occupée.

Dans le wagon à Rethondes signature de l'Armistice 
Le choix de Hitler de laisser à la France vaincue sa souveraineté et son empire peut paraître aujourd'hui surprenant. À l'époque, dans une lettre au Duce et lors de la réunion du 18 juin à Munich, Hitler a justifié ce choix (ainsi que celui de maintenir une zone non occupée) par le souci de ne pas pousser la France et sa puissante flotte à continuer la guerre à partir de ses colonies. La Marine allemande n'était pas en mesure de conquérir le vaste empire colonial outre-Méditerranée, et l'envoi de troupes dans des contrées éloignées n'entrait pas dans la stratégie de Hitler. Dans les faits, à l'exception de l'Afrique-Équatoriale française et de la Nouvelle-Calédonie, les colonies françaises ne se rallient ni à de Gaulle ni aux Alliés dans les mois qui suivent l'armistice, malgré la bataille de Dakar.
L'amiral Darlan avait, par avance, refusé de diriger vers les ports occupés les unités qui y avaient leur base. Il ordonna à la totalité de la flotte de se replier en Afrique du Nord. L'attaque de Mers el-Kébir l'incita à la baser à Toulon dès la fin de l'année 1940.


Le personnel est mis en congé d'Armistice. 


Après l’Armistice du 22 juin 1940, le gouvernement de Vichy a opéré un dégagement des cadres de l’armée avec le bénéfice d’un congé d’Armistice rémunéré. Les personnels non concernés et démobilisés ont alors pu s’engager dans l’Armée d’Armistice. 

Lors de la dissolution de cette armée, le 8 novembre 1942, les militaires ont pu être placés à leur tour en congé d’Armistice.

Le service est Vals Les Bains Ardèche 




Le TOURTERELLE est un remorqueur-patrouilleur de type Pluvier construit aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes et mis à flot en 1917. 
Déplaçant 790 tonnes pour une puissance motrice de 830 Cv, il réalise sa carrière à Bizerte. 

En 1941 il est à Toulon puis gagne Oran 

Flamme TOULON Côte d'Azur sa rade incomparable Type Paix 90 c surcharge FM

Carrière à Bizerte.
1917 - 1918 : armé en patrouilleur. 
01 juillet 1918 : figure à l’effectif de l’Armée Navale, affecté à la division des patrouilles d’Algérie.



Thierry d'Argenlieu
en mai 1918, commande le patrouilleur "TOURTERELLE" sur les côtes d'ALGÉRIE, il reçoit un témoignage de satisfaction pour avoir participé au renflouage du transport "ABDA"
.

04 – 09 janvier 1930 : tentative de renflouement du croiseur cuirassé Edgar Quinet échoué près d’Oran, en compagnie des remorqueurs Méhari, Samson, Taillebourg et Goliath.
04 juillet 1940 : recueille des rescapés du Rigault de Genouilly après son torpillage par le sous-marin HMS Pandora devant Alger.
Au matin du 7 novembre 1942, les forces françaises de Vichy sont déjà en état d’alerte alors que la flotte alliée apparaît. Mais devant la supériorité numérique des Alliés, l’amiral Michelier hésite un long moment avant de faire appareiller la flotte française. La différence entre les navires alliés et français est flagrante notamment, à cause de l’absence de radars et de sonars pour les marins de Vichy. Malgré le caractère combatif des Français, le combat est inégal.


Le 8 novembre 1942, les troupes américaines, soutenues par la flotte et l'aviation anglaises, attaquent les installations françaises d'Afrique du Nord. Le Maréchal pétain ordonne de rompre les relations politiques avec les Etats-Unis. Les Américains sous les ordres du général Eisenhower procèdent aux débarquements à Sidi-Ferruch près d'Alger et à Oran 
(débarquement des troupes alliés à Arzew, à la baie des Andalouses, et à Mesa-Bou-Zedjar, il est sabordé le 9 novembre 1942).

1943 : renfloué et réparé. 23 octobre 1944 : basé à Ajaccio. 

05 octobre 1945 : versé à la Direction du Port de Toulon.06 janvier 1955 : condamné, puis réutilisé par la DP de Toulon comme ponton-chaufferie.

le remorqueur dragueur Tourterelle

28 février 1956 : mis en vente pour démolition sous le n° de coque Q 39.

Sources :

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/sites/default/files/editeur/MC29.pdf

Netmarine 

http://www.netmarine.net/f/bat/remorqueur250cv/tourterelleanciens.htm

http://algeroisementvotre.free.fr/site0301/guer3945/debafn00/afn42015.html

http://www.cerclealgerianiste.fr/index.php/archives/encyclopedie-algerianiste/histoire/histoire-militaire/la-seconde-guerre-mondiale/253-operation-torch-a-oran

https://baseircantec.retraites.fr/conge-d-armistice-et-conge-de-non-disponibilite.html

http://ecole.nav.traditions.free.fr/officiers_argenlieu.htm

21 oct. 2018

Centre de Formation Maritime de Pont-Réan sénat budget et dégâts de la Marine Statue Duguay Trouin CFM Guichen Massaye Massais Ille et Vilaine Bretagne Marine nationale

Centre de Formation Maritime  Pont-Réan sénat 1950 budget de la Marine

Je continue mes recherches sur le centre de formation Maritime de Pont-Réan en Ille et Vilaine (C'est pas loin de chez moi) et je suis tombé (sans me faire mal, rassurez-vous!) sur le journal officiel du 14 juin 1950 relatant l'analyse du budget de la Marine par les sénateurs et notamment le budget de fonctionnement du CFM de Pont-Réan.



La statue de Duguay-Trouin y est évoquée ainsi que la Marine à la Campagne...




L'entrée du CFM Pont-Réan 

M. le secrétaire d 'Etat. Mesdames, messieurs, sur ce chapitre 909 qui concerne les travaux maritimes et acquisitions immobilières, la commission des finances a proposé un abattement indicatif de 1.000 francs, pour inciter la marine à un règlement rapide de la question de Pont-Réan, que je vais exposer et pour marquer sa désapprobation des constructions et des aménagements réalisés sur des terrains qui n'appartiennent pas à la marine... 

tout d'abord, je rappelle que la marine a besoin de centres de formations où les recrues — non seulement les recrutés proprement dits, mais les inscrits et les engagés arrivant au service — reçoivent pendant deux mois une première formation militaire avant d'être envoyés dans les écoles de spécialité à bord des bâtiments. ou, comme cela se faisait autrefois, mules dans les dépôts des équipage?


le château de la Massaye (Massais) et la cour d'honneur du CFM où trône Duguay-Trouin


Les installations des ports avant été détruites, la marine a cru pouvoir utiliser, en octobre 1945. le domaine de la Massaye, à Pont-Réan, près de Rennes, appartenant à l'association vétérinaire de France.
" Ce domaine, je tiens à vous le faire remarquer, avait été occupé, successivement par les forces allemandes, anglaises et américaines, qui avaient fait des transformations importantes. 


La drome 
L'objet d'un centre de formation : il y a un plan d'eau; l'aspect
exclut l'ambiance d'une caserne qui est toujours quelque peu
morose, Pont-Réan est au coeur de la Bretagne — vous savez
que c'est une région qui offre une source de recrutement privilégiée
à la marine — en outre, ce domaine est situé près de Rennes et les communications sont faciles avec cette ville.
C'est cet ensemble de raisons qui a amené la marine à succéder à d'autres occupants.

L'accès aux baraques 
Nous n'avons réquisitionné que ce qui était strictement indispensable.
Le reste du domaine est exploité en ferme et demeure à la disposition de l'association des vétérinaires. L'effectif moyen des recrues qui se trouvent là pour une première période de deux mois s'élève à 1.200. La formule du centre de formation, adoptée après la guerre — il y a deux centres : celui de Pont-Réan et celui de Mimizan dans les Landes, qui a été transporté à Hourtin, dans la Gironde — la formule du centre de formation et l'emplacement de Pont-Réan se sont avérés l'un et l'autre excellents.
...  
L'aubette 
Je précise que, si nous quittions Pont-Réan, il n'y aurait vraiment pas d'autre endroit où nous pourrions mieux nous installer et, dans tous les cas, il faudrait renouveler des dépenses qui ont déjà été consenties.


J'ajoute que le Parlement a accepté l'opération ... et qu'il a voté l'autorisation de programme nécessaire pour l'acquisition de ce domaine. C'est pourquoi la marine. assurée d'avoir les crédits
nécessaires pour l'achat de Pont-Réan, y a entrepris des travaux.
CFM Pont-Réan le foyer
Je réponds aux observations présentées tout à l'heure à cette tribune par M. Courrière, c'est dans ces conditions que la marine a entrepris des travaux qui étaient indispensables dans l'intérêt même des recrues, de leur santé et de leur formation.
Ces travaux portaient sur l'adduction et l'épuration de l'eau, sur l'évacuation des eaux usées, sur la construction d'un terrain de sports nécessaire à ces jeunes hommes et des baraquements indispensables ...

Le château de la Massaye et la statue de Duguay-Trouin


En effet, si le domaine a été occupé successivement par les troupes allemandes, les troupes américaines et les troupes anglaises, elles n'ont pas fait de travaux importants; elles n'y ont fait que quelques baraquements pouvant servir de locaux administratifs, de corps de garde, mais ne pouvant pas détourner l'immeuble de sa destination




CFM Pont-Réan les baraques 
 C'est au contraire la marine française, qui, en s'installant, en 1945 a fait des travaux considérables dont le montant a atteint d’après son aveu, 130 millions au moins: construction d’un château-d'eau d'une station de pompage et d'épuration, de plusieurs kilomètres de canalisations pour amener l'eau de la Vilaine, construction de pistes empierrées, aménagement de vastes terrains de sport, édification de 32 baraquements la plus part en maçonnerie d' un hôpital, d'un cinéma, de deux piscines.



Vue aérienne du CFM
carte taxée... 





le général Corniglion-Molinier.
 On fait bien les choses dans la marine ! "

M. Saint-Cyr.
 ...d'une église en dur à 400 mètres de l'église du village qui est cependant très vaste.

 Enfin, on y a transporté à grands frais la statue d'un illustre marin pesant douze tonnes.











(Sourires.) Je n'ai ni goût ni talent pour la plaisanterie qui
pourrait s’exercer facilement dans ce domaine; mais comment pourrions-nous ne pas nous élever contre le fait que des travaux d’une telle importance ont pu être réalisés par une administration d'État, contrairement à toute légalité, dans une propriété privée occupée par réquisition militaire, sans l'autorisation et malgré les protestations de l'association propriétaire. Comment ne pas nous élever contre la légèreté avec laquelle a pu être envisagée la création d'un établissement maritime à 70 kilomètres à l'intérieur des terres?...
Duguay-Trouin Ecole navale photo (c) JM Bergougniou
La Statue de Duguay-Trouin
En 1810 l'Empereur Napoléon Bonaparte a l'idée d'édifier huit statues de généraux mort aux champ de bataille. La chute de l'Empire freine cependant ce projet qui sera repris en 1816 durant la restauration. Les statues de quatre ministres, quatre généraux et de quatre marins sont finalement érigées en 1828 sur le pont Louis XVI (actuel pont de la Concorde).Le Roi Louis-Philippe les transferts au château de Versailles en 1832, du fait de leur taille (env. 4 mètres) et de leur poids (env.10 tonnes chacune) elles compromettent la sécurité du pont.

Les statues de l'Ecole navale photo JM Bergougniou
En 1936, les statues de Duquesne, Suffren et Colbert sont mises en dépôt à l'École navale, alors installée à Saint-Pierre Quilbignon.
En 1944 lors du siège de Brest, elles subiront les bombardements, la statue de Duquesne n'y survivra pas, tandis que celles de Suffren et Colbert en garderont des stigmates indélébiles.
L'École navale récupère la statue de Duguay-Trouin en 1963 et ce n'est qu'en 1972 qu'elle retrouve les statues de Suffren et de Colbert aux pieds des marches de l'escalier de la Tour Intrépide, abritant entre autre, l'Etat-major de l'École navale.En 2018, l'odyssée de ces statues n'est pas terminée, une restauration étant programmée pour redonner leur splendeur à ces joyaux intemporels.

Le Président et le Terrible 4 juillet 2017 île longue dissuasion sous-marin présidentiel

Le Président et le Terrible 


Au Moment ou le canot de l'Empereur Napoléon Ier retrouve le port de Brest et ou la Ministre des armées visite l'île longue, que nous fêtons la 500e missions des SNLE, nous découvrons un autre canot(e) officiel ... 

Un secret bien gardé.

Le SNLE TERRIBLE monté par le Président de la République en 2017. Comme quoi le char de l'état peut prendre toutes les formes même marines. Ce cachet réalisé par le bord portaient des inscriptions qui ont été effacées. Une pratique connue depuis les Egyptiens qui burinaient les hiéroglyphes. 



 Manu Marin
Emmanuel Macron, président de la République, a été hélitreuillé à bord du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Terrible le mardi 4 juillet, pour y effectuer une plongée de quelques heures.

Il a, à cette occasion, rencontré l’équipage et assisté à une séquence de lancement simulé. Le président s’est également adressé à l’équipage, au micro de la diffusion générale, afin de toucher tous les marins à leur poste de quart et leur a exprimé toute sa confiance.

Commandé par le capitaine de vaisseau Jérôme Hallé, le Terrible a été admis au service actif en 2010. Il est le premier SNLE à avoir été directement équipé du nouveau missile stratégique M51.









http://www.colsbleus.fr/articles/9795





Troisième président de la République à plonger à bord d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins, Emmanuel Macron était à la base de l'île Longue ce mardi. Il a voulu rencontrer « celles et ceux qui oeuvrent à la nécessaire permanence de la dissuasion française ».

Le président Emmanuel Macron a marqué mardi son attachement à la dissuasion nucléaire, « clé de voûte de la sécurité » de la France, en embarquant à bord d'un des sous-marins nucléaires de la base de l'Ile Longue, près de Brest


Hélitreuillé à bord d'un sous-marin

Au lendemain de son discours devant le Congrès, Emmanuel Macron a passé environ deux heures sur la base ultra-secrète de l'Ile Longue, dans la rade de Brest, qui abrite les quatre sous-marin nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de la Force océanique stratégique (FOST).

Base que le chef des Armées a quittée un peu avant 11 h en hélicoptère afin de rejoindre à quelque 300 km des côtes le SNLE Le Terrible, pour une plongée de quatre heures.

Hélitreuillé à bord du sous-marin, Emmanuel Macron devait déjeuner avec l'ensemble de l'équipage, avant de visiter le bâtiment et notamment la soute à missiles et le poste de commandement missiles. Une séquence de lancement simulé était également au programme.
« Accumulation des menaces » sur notre environnement

Le président tient à rencontrer « celles et ceux qui oeuvrent à la nécessaire permanence de la dissuasion française et qui font écho à sa détermination à garantir les intérêts vitaux de la France », a fait savoir son entourage.

La veille, à la tribune du Congrès, le président avait souligné « l'accumulation des menaces »qui pèsent sur « notre environnement, y compris notre environnement proche ».
https://www.ouest-france.fr/politique/emmanuel-macron/macron-en-chef-des-armees-bord-du-sous-marin-nucleaire-le-terrible-5111643

Le président à l'île Longue Image AFP 


Disant vouloir « construire la paix », Emmanuel Macron avait insisté sur les missions confiées aux armées : « la dissuasion, clé de voûte de notre sécurité; la protection de nos concitoyens et de nos intérêts; l'intervention là où le respect du droit et de la stabilité internationale sont menacés ».
Le plus moderne des sous-marins nucléaires

Les SNLE constituent la composante océanique de la dissuasion nucléaire française. Ces imposants bâtiments de 138 mètres de long disposent de deux équipages, chacun composé d'environ 115 marins dont une quinzaine d'officiers.

Chaque SNLE, bâtiment indétectable dans les profondeurs, est équipé de seize missiles balistiques à tête nucléaire, des armes d'une portée de plus de 6 000 km.


Le Terrible, à bord duquel a embarqué le président, est le dernier de la série. Il a été admis au service en septembre 2010 et a été le premier SNLE à être équipé d'un nouveau système de combat tactique (SYCOBS), dont l'essentiel est commun avec celui du futur sous-marin nucléaire d'attaque de type Suffren. Il est surtout équipé du système d'arme de dissuasion dans sa nouvelle version M51.

Avant cette plongée à 70 mètres de profondeur, Emmanuel Macron est arrivé en hélicoptère à 9 h 15 à l'Ile Longue, site qu'il visitait pour la première fois.
Dans une posture très solennelle

Sous un grand soleil, le visage fermé et dans une posture très solennelle, il a été accueilli par les représentants des différentes armées (Air, Terre, Marine nationale et gendarmerie) et s'est ensuite rendu dans les ateliers où sont réalisés les derniers assemblages et contrôles des missiles et têtes nucléaires.

Puis il a salué près de l'entrée des bassins quelques fusiliers marins et gendarmes maritimes faisant partie du dispositif de protection du site, prenant le temps de leur serrer longuement la main et d'échanger avec chacun quelques mots.

A l'intérieur des bassins fermés où sont entretenus à sec les sous-marins, le président de la République a enfin rencontré une vingtaine de civils et militaires représentatifs du personnel participant à l'entretien des SNLE. Près de 280 entreprises interviennent quotidiennement à l'Ile Longue, dont un millier de militaires et 1.500 civils.




20 oct. 2018

FLF SURCOUF Exercice Chébec octobre 2018 Maroc

FLF SURCOUF Exercice Chébec octobre 2018 Maroc 



La frégate légère furtive (FLF) Surcouf de classe Lafayette a fait escale à Casablanca du 14 au 17 octobre 2018.


Les FLF figurent parmi les bâtiments les plus importants de la Marine nationale : ces navires furtifs d’avant-garde peuvent assurer le soutien d’une force d’intervention, la protection du trafic commercial, des opérations spéciales ou des missions humanitaires. En fonction des circonstances, elles participent à la défense maritime du territoire. La Marine nationale dispose de cinq unités, actives depuis 1992 pour la plus ancienne et 1998 pour la plus récente.

L’escale du Surcouf clôt la 24ème édition de l’exercice annuel franco-marocain Chebec pendant lequel les équipages du Surcouf et de la frégate marocaine de type SIGMA Tarik Ben Ziad ainsi que des unités aéronavales et des appareils des forces royales air ont mené des exercices conjoints de haut niveau à quai puis en mer. Un état-major franco-marocain a été déployé à Casablanca afin d’animer l’exercice.




L’exercice Chebec a pour objectif de consolider l’interopérabilité des forces navales française et marocaine et favorise le partage d’expérience et de connaissances afin développer une capacité de réponse opérationnelle commune.

Après le debriefing de l’exercice en présence des unités participantes et des autorités militaires marocaines, le commandant du Surcouf a reçu à bord les dignitaires marocains et des représentants de la diplomatie française autour d’un coquetel dinatoire.

Lundi et mardi, des enseignants du lycée Lyautey et des élèves du lycée français Léon l’Africain de Casablanca ont aussi pu visiter le bâtiment.

Ces échanges et événements témoignent de la confiance et de l’amitié entre la France et le Maroc.
https://ma.ambafrance.org/Escale-de-la-FLF-Surcouf-au-Maroc

La MARCOPHILIE NAVALE numéro 128

La MARCOPHILIE NAVALE numéro 128

Arrivé dans la semaine du numéro 128 de la Revue de la Marcophilie navale et toujours le même plaisir de découvrir les articles écrits par les membres.














Au sommaire :



  • L'éditorial du président
  • Le mot du trésorier
  • Le destroyer d'escorte "le Sénégalais"
  • Vous avez dit 11 novembre 1918?
  • La carte du combattant et les marins de commerce 
  • Le démantèlement et la déconstruction des SNLE
  • Le Sémaphore de la pointe du Raz
  • Préparation Militaire Marine de Lyon
  • La fin sans gloire du Regensburg 
  • Vie des section
  • Ile de France 
  • Association Le grand voilier école
  • section Bretagne
  • Section Provence
  • section T.A.A.F.
  • section aéronautique navale 









Merci Paul pour ce beau travail de mise en page 


PA Charles de Gaulle retour à la mer 8 octobre 2018

PA Charles de Gaulle  retour à la mer 8 octobre 2018




En mai dernier, soit après 15 mois passés en cale sèche pour son second arrêt technique majeur (ATM) mi-vie, le porte-avions Charles de Gaulle avait quitté le bassin Vauban, à Toulon, afin de permettre la poursuivre encore quelques travaux et vérifier le bon fonctionnement de ses installations. Ce qui aura pris quatre mois de plus.

En effet, ce 14 septembre, le navire amiral de la Marine nationale a pu effectuer sa première sortie en mer après une immobilisation de 19 mois. Avec cet appareillage, c’est une nouvelle phase de son ATM qui commence. En effet, durant les jours à venir, le porte-avions aura à subir quelques 200 essais, notamment au niveau de son système de propulsion et de ses capacités de navigation.

Cette phase fera l’objet de toutes les attentions. En 2008, à l’issue de son premier arrêt technique majeur, un turbo alternateur de l’une de ses chaudières s’était cassé, ce qui entraîna une fuite de vapeur. Puis, en mars 2009, lors de sa phase de remontée en puissance, le Charles de Gulle avait été victime d’un « problèmes de fabrication et de conception » d’une pièce du groupe réducteur sur une ligne d’arbre.





Par la suite, il faudra encore vérifier le bon fonctionnement des installations aéronautiques (le navire dispose d’une nouvelle optique d’appontage IFLOLS et d’un Système Automatique de TRAnquillisation et de Pilotage révisé) puis celui de son système de combat, modernisé avec l’intégration d’un radar SMART-S et du système optronique multifonction EOMS NG de Safran ainsi qu’avec la refonte de ses réseaux informatiques.

Enfin, il restera à « requalifier » son équipage et le groupe aérien embarqué (GAé). Si tout se passe bien, le Charles de Gaulle, désormais adapté au « tout Rafale », devrait être opérationnel pour un nouveau déploiement au début de l’année prochaine.

Pour rappel, cette refonte à mi-vie a exigé plus de 4 millions d’heures de travail, dont 1,8 millions rien que pour l’ingénierie et la conception. Ce chantier de 1,3 milliard d’euros a mobilisé, chaque jour, plus de 2.100 personnes et 160 entreprises sous-traitantes.

Le porte-avions Charles-De-Gaulle se rendra dans l’océan Indien en 2019, quand les travaux de rénovation du bâtiment engagés début 2017 seront achevés, a annoncé vendredi la ministre des Armées Florence Parly.
« Le fait que le Charles-De-Gaulle retrouve bientôt la mer avec ses pleines capacités opérationnelles, va redonner à notre groupe aéronaval une puissance de projection et en renforcer la dimension politique. Il est d’ailleurs prévu qu’il se rende dans l’océan Indien en 2019 », déclare la ministre dans un entretien accordé à La Provence.
Des atteintes au droit international en Chine méridionale
« Nous avons toujours été en première ligne pour défendre un droit imprescriptible qui est la liberté de navigation dans les eaux internationales », poursuit Florence Parly. « Et chaque fois qu’il y aura des atteintes à ce principe fondamental du droit international, comme c’est le cas en ce moment en Chine méridionale, nous manifesterons notre liberté d’agir et de naviguer dans ces eaux », ajoute-t-elle.

CORYMBE 143 BPC MISTRAL

CORYMBE 143 BPC MISTRAL 

En route vers la zone d’opération Corymbe, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral a fait escale à Casablanca avant de patrouiller conjointement avec la frégate marocaine Allal Ben Abdallah, de type Sigma. Les deux jours passés à quai ont permis de préparer les interactions à venir avec la Marine royale marocaine, de recevoir à bord les autorités civiles et militaires locales et de faire visiter le bâtiment à deux classes du lycée Lyautey de Casablanca (lycée du réseau Agence pour l’enseignement français à l’étranger).


Le réseau des établissements scolaires d’enseignement français au Maroc est l’un des plus denses au monde.Il scolarise à la rentrée 2016, près de 34 000 élèves, dont plus de 60 % sont marocains, dans des établissements couvrant les principales villes du Maroc à tous les niveaux d’enseignement.
Ces établissements, répartis sur les principales villes du Royaume du Maroc, dépendent pour 23 d’entre eux, de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (A.E.F.E.) et pour 9 d’entre eux de l’Office scolaire universitaire et international (O.S.U.I.)
En septembre 2017, un nouvel établissement scolaire à programme français ouvrira ses portes au Maroc . Implantée dans le centre économique du Royaume à Casa-Anfa, l’Ecole Française Internationale Casablanca (EFI Casablanca) accueillera, dès cette année, des élèves de la petite section de maternelle au CM2. Elle ouvrira par la suite un collège puis un lycée, respectivement en 2018 et en 2021.
Comme les autres écoles du réseau des établissements d’enseignement français au Maroc, l’EFI Casablanca préparera ses élèves aux diplômes français du Brevet et du Baccalauréat. Elle proposera un enseignement renforcé de l’anglais et de l’arabe et aura vocation à accueillir des enfants de toutes nationalités.
TàD V SPID 10675 du 03 octobre 2018

Après avoir mené un exercice avec la frégate pakistanaise El Saif, le BPC et la frégate marocaine ont patrouillé conjointement en Atlantique, en application de la récente lettre d’intention signée par les chefs d’état-major des deux marines. Cette première patrouille conjointe a permis de constater un très bon niveau d’interopérabilité entre les deux bâtiments, tant d’un point de vue nautique qu’aéronautique. L’hélicoptère du Mistral a par exemple pu réaliser des manœuvres d’appontage sur la frégate marocaine.


BPC Mistral avec la frégate marocaine Allal Ben Abdallah Ministère de la défense 

Cette première patrouille franco-marocaine a surtout permis d’établir et de partager une situation tactique commune. Les deux bâtiments ont assuré une surveillance dans une zone de plus de 41 000 milles nautiques carrés, soit le quart de la superficie de la France métropolitaine. Plus de cent navires ont ainsi été détectés et identifiés.

Au large de la frontière mauritanienne, le Mistral a poursuivi sa route vers le golfe de Guinée dans le cadre de la mission Corymbe.


sources :

https://www.defense.gouv.fr/operations/actualites2/corymbe-le-bpc-mistral-s-entraine-avec-la-marine-royale-marocaine

Ambassade de France au Maroc 
Merci Joël

19 oct. 2018

TAAF EUROPA Bloc Elsa Catelin découvrir et préserver

TAAF EUROPA Bloc Elsa Catelin découvrir et préserver 

En fin d’année 2017, un bloc consacré aux îles Eparses-îles Europa (œuvre d’Elsa Catelin) est sorti au salon de Monaco (le bloc est 165 x 100 mm avec 4 timbres : timbre rond 42 mm « tortue Verte » à 1,45 euros, timbre quadrilatère 43,9 mm « Phaéton à bec jaune » à 0,85 mm, timbre carré en position losange 38 mm « Scinque à labiales colorées » à 0,85 euros et timbre carré 38 mm « Frégate du Pacifique » 0,85 euros). Je viens juste récupérer les gravures des 4 timbres. Magnifique travail

L’île d’Europa est la plus importante (30 km²). Ile désertique, elle est située dans le canal du Mozambique, à mi-chemin entre la côte est de l’Afrique et la côte ouest de Madagascar.

Elle a une forme grossièrement circulaire, 7 km dans le sens nord-sud, 6 km dans le sens est-ouest. Un lagon couvre le cinquième de l’île dans la partie nord-ouest (environ 900 ha dont quelques 700 ha couverts de mangrove).

La flore se compose d’une forêt sèche d’euphorbes au nord et d’une plaine herbacée au sud. C’est la seule île des Éparses à disposer d’une végétation indigène quasi intacte.



Avec 13 espèces d’oiseaux différentes dont 2 sous-espèces endémiques, la faune est assez variée. On rencontre une colonie importante d’oiseaux de mer (frégates, fous, sternes), et des chèvres sauvages. C’est aussi le lieu de migration des flamants roses. En certaines périodes de l’année, des tortues de mer viennent y pondre et des myriades de moustiques se font sentir, rendant toute circulation impossible après le coucher du soleil.

Frégate du Pacifique gravure d'Elsa Catelin

Le climat est de type subaride, bien que tempéré par la mer. Les alizés de sud-est y sont dominants. Les températures peuvent varier de 10°C à 30°C.
=>De juin à septembre, des brumes et des bancs de brouillard peuvent faire leur apparition en fin de nuit.
=>De novembre à mai, c’est la saison des pluies : celles-ci sont rares mais violentes. Au début de cette saison, on peut observer des orages presque toujours liés au passage de fronts se déplaçant d’ouest en est.

(ZEE : 127 300 km²)

Phaéton à bec jaune gravure d'Elsa Catelin

Au 16ème siècle, l’intense navigation dans le canal du Mozambique, sur la route des Indes, indique une probable découverte d’Europa à cette époque là. En décembre 1774, les membres de l’équipage du navire Europa lui donnèrent le nom de leur vaisseau. Le français Brué tenta de la faire appeler « Ile d’Europe » en 1828, mais il échoua.
C’est seulement en 1860 que des colons français, les Rosiers, s’installent sur l’île avec quelques animaux (cabris, lapins et poules). On ne sait pas quand ils décidèrent de quitter l’île, mais les animaux qu’ils y ont abandonnés sont retournés à l’état sauvage.
Tout comme pour Juan de Nova et Bassas da India, l’acte du 31 octobre 1897 (en exécution de la loi du 6 août 1896), a déclaré Europa dépendance française. L’île a été successivement rattachée à la province de Tananarive (1921), à la province de Maintirano (1930), puis au district de Nosy Be (1932), et enfin au district de Tuléar en 1949. Dès 1903, une petite concession fut accordée à des particuliers qui vivaient de la pêche et du ramassage des oeufs d’oiseaux et de tortues.



Scinque à labiales colorées gravure d'Elsa Catelin



La suite de l’histoire des différents colons demeure un peu floue. Il semblerait que des pêcheurs et des chasseurs aient été présents en 1910. Ceux-ci seraient probablement à l’origine des anciennes constructions de l’île (cases, citernes, séchoirs, fours, cimetière…).

Plus tard, il semble que de nouveaux colons furent à l’origine de la plantation de sisal de l’île. Lorsqu’en 1923, le docteur Poisson fit une escale sur l’île, il n’y avait plus personne. L’île hébergea vraisemblablement des naufragés au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

Mais il fallut attendre 1949 et la construction de la station météorologique, pour que des habitants s’y installent définitivement. L’année suivante, une piste d’atterrissage de 60 mètres de long fut édifiée dans le sud de l’île. Deux autres pistes lui succédèrent. La dernière a été inaugurée le 18 avril 1973 et se trouve dans le nord de l’île. En 1981, une nouvelle station, la "Station des Rosiers", fut construite sous la direction de Marc Gérard, ingénieur des travaux météorologiques.

Europa fut rattachée au gouvernement de la République Française, en 1960. Tout comme Juan de Nova et les Glorieuses, Europa accueille un détachement militaire chargé d’assurer la souveraineté de la France depuis la crise politique régionale de 1973. Ce détachement est composé d’un groupe de 14 hommes du 2ème RPIMa (Régiment parachutiste d’infanterie de marine) et d’un gendarme relevés tous les 45 jours.

tortue Verte gravure d'Elsa Catelin 

Bravo et merci Elsa, continue à nous régaler.


En 2000, elle est diplômée en gravure de l'École Estienne après une formation de deux ans, à Paris. Après quelques expériences professionnelles, elle est employée par l'ITVF début 2004 où elle est formée à la conception de timbres-poste et autres produits philatéliques par les graveurs Claude Jumelet et Jacky Larrivière.

En novembre 2005, elle signe sa première émission en gravant avec Claude Jumelet le bloc-feuillet de Monaco sur « la Salle Garnier ». Dès septembre 2006, elle dessine et grave son premier timbre de France sur un des ponts-écluses de Thionville.

Sources :