Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

24 oct. 2020

Pêche expérimentale aux îles Kerguelen SNPL Jutland III

Quelques éléments qui permettront (peut-être) de comprendre les raisons de cette campagne de pêche expérimentale ) Kerguelen... les 200 milles, les quotas, la surexploitation,  l'économie...



La division des espaces continentaux entre diverses entités politiques est différente de celle des espaces maritimes dans la mesure où une frontière terrestre ne concerne que les États qu'elle sépare tandis qu'une frontière océanique concerne éventuellement plusieurs États. Cette différence reflète la nature de la haute mer et l'acceptation générale du principe selon lequel tous les États ont des droits égaux pour l'usage des eaux localisées au-delà de leurs limites nationales. Toute extension de ces limites menace les intérêts des États utilisant des portions riveraines de la haute mer. Une telle extension concerne finalement tout le monde car la réduction de la superficie de la haute mer diminue ce qui est ouvert au libre usage de tous les États. 


Avec 96.000 kilomètres de côtes ouvertes sur trois océans (Atlantique, Arctique, Pacifique), le Canada est le premier État côtier du globe et il en possède le deuxième plateau continental qui représente 40% de son territoire émergé. La pêche fait travailler au Canada plus de 55.000 pêcheurs auxquels s'ajoutent 22.000 personnes employées dans le traitement et la commercialisation des produits. Les activités de la pêche contribuent pour près de un milliard de dollars au revenu national (dont 50% à l'exportation). 


Pour faire face à cette crise, le gouvernement fédéral a donc établi la zone des 200 milles tout en formulant une politique cohérente et globale de la pêche. Mais, malgré l'extension territoriale de la compétence canadienne, les ressources au large de la côte atlantique ne peuvent assurer à un nombre croissant de pêcheurs une vie décente. D'où la politique des quotas mise au point dès 1977 vis-à-vis des flottilles étrangères. 


Aussitôt, le résultat s'est avéré positif pour les chalutiers canadiens. En 1977, avec 972.000 tonnes capturées, les prises avaient augmenté de 10% sur celles de 19764 . En 1978, les flottilles étrangères étaient pratiquement éliminées. Pêches Canada estime, en effet, qu'il va falloir une quinzaine d'années pour que les stocks de morue atteignent 85% de leurs niveaux maxima antérieurs à 1970.



Depuis le 1er janvier 1977, les armements français conservent le droit de travailler dans les 200 milles canadiens, à condition d'acheter des licences de pêche et de respecter la réglementation locale concernant les prises. Mais la position canadienne devient de plus en plus dure en termes de quotas, de jours de pêche et d'espèces autorisés. Ces trois facteurs s'additionnent territorialement sur les secteurs délimités par l'ICNAF/NAFO. Quelques exemples permettent de mieux saisir ce que cela signifie sur les lieux. En 1979, un quota de 31.855 tonnes de morue était attribué à la France (dont 4.435 pour Saint-Pierre et Miquelon). 



Pour les espèces autres que la morue, seul le petit département d'outre-mer se voyait attribuer 4.702 tonnes pour la même année. Depuis 1976, le Canada a unilatéralement interdit toute pêche étrangère dans le secteur 4T de l'ICNAF/NAFO. En 1979, il fermait les secteurs 2J, 3K et 3L. 



Les secteurs 4X, 4W et 4Vs sont interdits pour la pêche à la morue. Pour la campagne 1979, le Canada a imposé des jours de pêche à la flotte française dans certains secteurs: ainsi le 3Ps n'est accessible que pendant 53 jours aux chalutiers saint-pierrais et 21 jours aux chalutiers métropolitains. Les mêmes chalutiers saint-pierrais n'ont droit qu'à 21 jours dans le secteur 4Yn et 14 jours dans le 3Pn. Le Canada a instauré cette politique draconienne de façon à protéger son stock et à permettre une montée des prix et donc de substantiels bénéfices dans l'écoulement de sa production sur le marché américain. Or, cette politique s'est heurtée à une parade subtile de la part des États-Unis.



L'équipage du Jutland est parti à la découverte de ce secteur totalement inconnu des pêcheurs français. Les seules indications disponibles étaient celles des Soviétiques. La campagne a confirmé qu'elles étaient peu fiables.



Quatre semaines ont été consacrées à la recherche du poisson autour des Kerguelen. Les résultats sont décevants, puisque 78 tonnes seulement ont pu être pêchées. Cependant, une part importante de la campagne a été consacrée à l'étude des lieux de pêche. 


Un millier de sondages permettront de compléter une cartographie imprécise. La campagne du Jutland a été très gênée par des conditions météorologiques particulièrement mauvaises.


Le Jutland a recherché dix jours durant le krill, cette petite crevette qui est la nourriture des baleines. Le bateau s'est approché de la banquise, qui est remontée, cette année, jusqu'au 60e parallèle sud. On a pu constater que les fortes concentrations d'essaims de krill se situent, comme on le supposait déjà, en dehors de la zone économique exclusive des 200 milles nautiques. 

Le terme krill est un mot d’origine norvégienne par lequel les pêcheurs désignaient les petits crustacés, souvent rassemblés en bancs très denses, qu’ils trouvaient dans l’estomac des poissons ou des baleines qu’ils pêchaient. Aujourd’hui encore, on appelle souvent "krill" ces rassemblements de petits, crustacés pélagiques, dont la taille va de quelques millimètres à quelques centimètres.

Les scientifiques estiment que l'on pourrait exploiter, pour l'ensemble de l'océan Antarctique, de 50 millions à 100 millions de tonnes annuellement, sans effet néfaste sur le renouvellement des stocks. La pêche ne pose pas de problème technique particulier.

 Le Jutland a prélevé un échantillon de 5 tonnes.


Au cours des neufs derniers jours de la campagne, le Jutland s'est déplacé à l'ouest des Kerguelen. C'est là que la pêche s'est révélé la plus fructueuse. 

C'est aussi dans cette zone que les marins français ont rencontré quatre navires soviétiques. Le Jutland a laissé trois scientifiques et un lieutenant de la S.N.P.L. à bord de chaque navire soviétique pour le reste de leur campagne. C'est la première fois que des observateurs français peuvent suivre le déroulement des activités soviétiques dans la région.


Outre le krill, quatre espèces de poissons ont été pêchées par les Français. Le " poisson des glaces " (Champocephalus gunari) a constitué 70 % des prises ; de petite taille, il ne peut être traité à bord au rythme de la pêche et il faut le congeler non étêté et non éviscéré, ce qui pourrait avoir des conséquences sur la commercialisation. D'une chair blanche (c'est un poisson à sang blanc) et d'une saveur fine proche de celle de la truite, il donne d'excellents résultats sous forme de pulpe de poisson.

sources 

https://www.erudit.org/fr/revues/ei/1980-v11-n2-ei3001/701044ar/


23 oct. 2020

La baie de Villefranche et la Marine

 La baie de Villefranche et la Marine

Et si on parlait un peu du sud? En 1860 le Comté de Nice et la Savoie sont rattachés à la France.

À l’origine de l’annexion, se trouve avant tout la volonté de Napoléon III, qui veut aider l'Italie à faire son unité, dans le but de contenir l’Autriche. Pour éviter, cependant, de créer un Etat unifié potentiellement dangereux juste à côté de la France, l’empereur réclame en échange de son aide, le duché de Savoie et le comté de Nice, qui constituent deux régions 
stratégiques importantes sur le plan militaire

1858 - LETTRE EN FRANCHISE de VILLEFRANCHE SUR MER 
avec CACHET SARDE VILLAFRANCA MARA (COMTE DE NICE


VILLAFRANCA MARE (VILLEFRANCHE-SUR-MER)
 COMTE DE NICE 1852 POUR VEVEY (Suisse)
 
La rade de Villefranche-sur-Mer n'était qu'une simple escale pour les navires antiques. Une halte de qualité car sa position géographique la situe entre le cap Ferrat à l'est et le cap de Nice à l'ouest. Ce mouillage est bien protégé de pratiquement tous les vents dominants et notamment du vent d'est, le plus présent sur cette partie de la Méditerranée.

Elle est l'ancien arsenal du Duché de Savoie, devenu plus tard Royaume de Sardaigne. 



La rade de Villefranche fait environ 2,5 km de longueur et 1,5 km dans sa plus grande largeur. Elle occupe une surface de plus de 4 km2.

Elle s’appuie au Nord sur les derniers contreforts des Alpes qui s’élèvent très vite (800 m à 1 km de la mer).

Elle est bordée à l’Est par le cap Ferrat et à l’Ouest par le cap de Nice. Elle est ouverte au Sud sur la mer qui atteint très vite la profondeur de 1 000 mètres.

La profondeur moyenne de la rade est de 18 mètres en fin de rade. Elle atteint 50 mètres en son milieu et 80 à 100 mètres à son entrée[





En 1860 Villefranche, comme tout le Comté de Nice, est rattachée à la France qui autorise tacitement la marine russe à continuer d’utiliser les installations dont elle a l’usufruit depuis deux ans


Le Formidable  James Jackson BNF



Escadre française et américaine  - James Jackson BNF

Entre 1945 à 1966, la rade de Villefranche devient un important lieu de mouillage de la flotte américaine en Méditerranée, qui deviendra en 1948 laSixième flotte des Etats-Unis. A partir de mai 1956, Villefranche devient le port d'attache officiel du navire amiral de cette flotte

Frégate américaine Chicago - James Jackson BNF



Carte postale représentant la gare de Villefranche sur Mer expédiée par un matelot électricien T.S.F. à bord de la vedette 26 des chasseurs de sous-marins - BPN de Marseille


En 1967, le porte-avions Clemenceau  du 13 mai au 10 juin participe au Stage de défense aérienne à la mer au centre d'entraînement de la flotte. Il fait escale à Villefranche du 20 au 22 mai.


13 mai au 10 juin : Stage de défense aérienne à la mer au centre d'entraînement de la flotte. Escale à Villefranche du 20 au 22 mai.



Le sémaphore du Cap Ferrat est construit entre 1862 et 1863 par décision de Napoléon III pour surveiller la rade de Villefranche et le Cap de Nice. Les bâtiments du sémaphore sont en partie restaurés en 1973. Son rôle actuel est toujours la surveillance et la régulation du trafic maritime. Il appartient à la Marine Nationale.





22 oct. 2020

En Chanson la rue des trois matelots

la mer en Chanson - Rue des trois matelots 




La mer, la marine, les bateaux, les marins sont omniprésents dans la publicité. De l'alimentation à la bonneterie on retrouve cette image dans le marques par exemple "Petit Navire" pour le tapioca, "Petit Bateau" pour tout ce qui est maille et sous-vêtements. Mais aussi la marque " Trois matelots" située à Troyes bien entendu.



Même la philatélie fut touchée comme le montre ce carnet de timbre 15 Fr bleu de Gandon avec une publicité Petit Bateau

Le 15 francs émit le 1er mai 1951 et retiré de la vente le 15 août 1955. Son usage essentiel est l'affranchissement des lettres de moins de 20 g pour l'intérieur

 





Les empreintes de machines à affranchir ont, elles aussi, comme à  Troyes l'enseigne des  "Trois Matelots "
Peut-être que cette image a influencé Alan Stivell pour Tri Martelod?


Ayant fréquenté quelques bouges, il me revient en parlant des trois matelots , cette chanson entonnée quelques fois après (avec modération) quelques gorgeons...

Rue des trois matelots. Je n'ai pas ailleurs jamais vérifié si cette rue existait bien à Nantes.

La rue des Cap-Horniers relie le  quai de la Fosse à la rue del'héronnière.  Elle est pavée (de mauvaises intensions ?) ouverte à la circulation automobile dans sa partie Sud car menant à la rue des Marins tandis qu'au delà sa partie Nord est formée par un escalier.
Son nom actuel lui a été attribué à la suite d'une délibération du conseil municipal du 25 février 1953, en remplacement de son appellation précédente, la «
rue des Trois-Matelots »


Rue des trois matelots

A Nantes il y a des filles

Rue des trois matelots

Des filles qu'ont le sang chaud

Quand j'fais l'amour avec Frida

Qui ondule comme un poisson chat

Du genre limande, sole ou flétan

Nageant au fond de l'océan

Pour un voyage au septième ciel

Fait dans le plus simple appareil

Faut naviguer au prés serré

Et faire du surf dans les risées


Rue des trois matelots

A Nantes il y a des filles

Rue des trois matelots

Des filles qu'ont le sang chaud


Quand j'fais l'amour avec Maria

Qui se prend pour un rémora

Avec ses lèvres de mérou

Elle vous fait des baisers partout

C'est pire que la mer des Sargasses

Quand de ses jambes elle vous enlace

On n'a pas le temps larguer les ris

Qu'on est déjà au paradis


Rue des trois matelots

A Nantes il y a des filles

Rue des trois matelots

Des filles qu'ont le sang chaud





Quand j'fais l'amour avec Olga

Qu'a des seins en chapeau chinois

Et quelques poils sous le menton

A la manière des esturgeons

Ça vaut bien le body body

Des Eurasiennes de Malaisie

Qui font lever votre beaupré

Bien qu'la sous barbe soit étarquée


Rue des trois matelots
A Nantes il y a des filles
Rue des trois matelots
Des filles qu'ont le sang chaud


Mais quand je suis avec Isa
J'ai le cœur qui est en émoi
Elle est belle comme une éphémère

Dans le corail d'un lagon vert

Et je me dis que si j'pouvais

Pour moi seul toujours la garder

Je n'irai plus comme les copains

Quai de la fosse voir les...





Rue des trois matelots

A Nantes il y a des filles

Rue des trois matelots

Des filles qu'ont le sang chaud



https://www.youtube.com/watch?v=FyviUf_CKAY


https://www.youtube.com/watch?v=GCmkkth--10


TAAF Martin de Viviès Amsterdam Saint-Paul 1-7-2020 cuisine mission

TAAF Martin de Viviès Amsterdam Saint-Paul  1-7-2020

Un cuisinier qui a de l'expérience!

TàD Martin-de-Viviès St Paul AMS TAAF 1-7-2020

Si j'en crois le tampon illustrant cette enveloppe, le cuisinier de Martin de viviès semble avoir de l'expérience... de la cuisine et des TAAF


Ce second de cuisine Jonathan a séjourné à Crozet 54/56ème

à Kerguelen 61/62 ème et maintenant à Amsterdam 71ème



Amsterdam - restauration collective - photo JM Bergougniou


Les TAAF recrutent régulièrement des personnels contractuels pour des missions dans les territoires austraux (Archipel Crozet, Iles Kerguelen et Iles Saint-Paul et Amsterdam), dans les métiers de la restauration.

Amsterdam langoustes de Saint-Paul photo JM Bergougniou

Les missions durent en général entre 6 et 8 mois, sans possibilité de retour en cours de séjour.

Il y a chaque année deux relèves principales des personnels affectés sur les districts austraux : la première en mars-avril pour des séjours allant jusqu’au mois de septembre suivant, la seconde en août-septembre pour des séjours allant jusqu’au mois de mars de l’année suivante.

Les candidatures doivent comporter un CV et une lettre de motivation. Elles sont examinées tout au long de l’année.

Sur les districts, la fonction de cuisinier revêt – pour des raisons évidentes – une importance tout à fait névralgique.


Port-aux-Français Kerguelen  photo JM Bergougniou

Sous l’autorité hiérarchique du Chef de cuisine, le second de cuisine élabore des menus variés et équilibrés et prépare des repas pour des personnels isolés. Il gère également les stocks et passe les commandes en fonction des ravitaillements alimentaires.

Le niveau d’études demandé est le CAP cuisine ou le Brevet professionnel et spécialisations souhaitées (hygiène, diététique) ainsi que trois ans d’expérience justifiée post diplôme dans le métier.

Le second de cuisine doit avoir une bonne expérience en restauration et de préférence posséder des notions en boulangerie-pâtisserie. Une ou plusieurs expériences à l’étranger ou dans des lieux éloignés ou isolés seraient appréciées.

Kerguelen  photo JM Bergougniou

Il doit avoir goût pour la vie en petite communauté parmi des personnels isolés.

Le second de cuisine doit être apte à travailler en équipe réduite et être capable de travailler en autonomie (Il pourra assurer l’intérim du chef de cuisine si besoin).

embarquement des vivres frais photo JM Bergougniou

CAMS 53 hydravion Marine nationale timbre poste aérienne recommandé

L'Hydravion et les recommandés

Les timbres de Poste aérienne ont pu servir indifféremment sur le courrier aérien ou sur le courrier terrestre. De même les timbres-poste habituels peuvent être utilisés pour la poste aérienne. De fortes valeurs ils sont très souvent utilisés pour l'envoi de plis recommandés.



La Marine et les hydravions 

Jusqu’à la veille de la déclaration de guerre d’août 1914, l’aviation maritime créée en 1910 est de taille encore très modeste, comptant 26 pilotes et 14 hydravions. L’aéronautique maritime se développe considérablement dans le cadre de la lutte anti-sous-marine, à partir de 1917. Les sous-marins allemands rôdent et représentent pour la France et ses alliés une menace de taille. En juin, la Direction générale de la guerre sous-marine (DGGSM) est créée. Tous les moyens navals et aériens concourant à la lutte contre les sous-marins ennemis y sont subordonnés.

CAMS 53 -145 exemplaires sont produits sous 9 types différents, civils et militaires.

Si l'hydravion est une espèce presque éteinte aujourd'hui, cela nous ferait facilement oublier qu'entre les deux guerres cent soixante-dix hydravions ou amphibies, d'une vingtaine de types différents, servirent dans nos compagnies aériennes.
Les plus nombreux furent fabriqués par la Société des Chantiers Aéromaritimes de la Seine (C.A.M.S.). Après d'épisodiques apparitions au-dessus de l'Atlantique, ils servirent à fonder l'exploitation régulière sur la Méditerranée.


Le but demeurait l'établissement d'une ligne Marseille-Alger, mais les tentatives entre 1923 et 1928 de Latécoère, avec différents types d'hydravions, se soldèrent par des échecs.
C'est alors que l'Aéropostale les remplaça par le CAMS 53, appareil à coque équipé de deux moteurs Hispano-Suiza de 500 CV montés en tandem. Ce biplan monodérive, plan fixe haubané était construit en bois et toile. D'une longueur de 14,82 m, envergure 20,40 m et d'un poids à vide de 4600 kg pour une charge utile de 250 kg, il atteignait la vitesse de 170 km/h avec un rayon d'action de 1 050 km.
L'hydravion était mis à l'eau par une grue, remplacée plus tard dans certaines hydrobases par un chariot sur rails.
Avec les deux premières unités, l'Aéropostale procéda à de nouveaux essais et entreprit, le 22 octobre 1928, une exploitation régulière de la ligne Marseille-Alger. Il s'agissait de vols directs, sur une distance de 800 kilomètres parcourus en 5 heures de vol, avec un chargement très faible et uniquement postal.




Les années suivantes, quelques rares passagers furent admis sur cette ligne directe, à titre exceptionnel ou pour les besoins du service de la Compagnie.
Le 6 juin 1929, Air Union-Lignes d'Orient inaugura, entre Marseille et Beyrouth, via Naples, Corfou, Athènes et Castelrosso, les 3254 kilomètres de la plus longue ligne commerciale du monde desservie par hydravion. Le voyage durait près de trois jours et la flotte se composait de quatre appareils dont deux CAMS 53.
A partir du milieu de 1929, des CAMS 50 vinrent progressivement relayer les monomoteurs sur la ligne d'Air Union Aéronavale: Marseille, Ajaccio, Tunis.

Au total trente-huit CAMS 53 volèrent au départ de Marignane, peints en blanc sur Alger et Tunis et en orange sur le Proche-Orient. Vingt-et-un CAMS 53 de divers modèles furent apportés à Air France par les Sociétés dont elle était issue et deux supplémentaires furent livrés au milieu de 1933. Il n'en restait que sept fin 1935.
C'est sur le CAMS 53, le F-AIZA d'Air Orient baptisé «Syrie» que fut peint au pochoir le premier hippocampe, insigne qui allait être conservé par la Compagnie Air France depuis 1933.

Sources 

La Poste 

https://www.hydroretro.net/etudegh/cams.pdf