Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

16 juin 2019

TAAF La Curieuse Denis de la Patellière Daniel Astoul Kerguelen Montpellier 2019

TAAF La Curieuse Denis de la Patellière Daniel Astoul Kerguelen Montpellier  2019

La Curieuse est un navire océanographique français mis en service en 1989, il est rattaché à l'archipel des Kerguelen.

Le sculpteur Cyril de La Patellière est né à Saint-Nazaire, dans une ville en pleine reconstruction après les bombardements alliés de la poche de Saint-Nazaire. C'est un membre de la famille Durant de La Pastellière. Il descend de Charles Durant, premier maire de Bressuire en 1704


La Curieuse est à l'origine un navire océanographique français affrété par l'Institut polaire français - Paul Émile Victor. Il est attaché à l'archipel des Kerguelen et y est employé pour la desserte des îles du golfe du Morbihan - golfe situé dans la partie est de la Grande Terre - ainsi que du reste de l'archipel.


Il apporte un appui logistique aux programmes de recherche scientifique terrestre et possède des équipements lui permettant de conduire des recherches en océanographie, ichtyologie et hydrographie. Il retourne une fois par an à La Réunion pour le carénage et peut également desservir les autres îles subantarctiques de district des Terres australes et antarctiques françaises. Il est parfois appelé pour apporter des soins d'urgence dans les autres îles du district ou porter secours à des navires en difficulté dans cette partie de l'océan austral éloignée des routes maritimes commerciales. Son nom fait référence au bateau de Raymond Rallier du Baty et de son frère Henri qui explorèrent l'archipel au début du xxe siècle.

Début 2016, les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) vendent le navire au Chantier naval de l'océan Indien (CNOI), à l'île Maurice. Une remise à jour majeure est réalisée et le navire reprend du service.

En octobre 2016, La Curieuse est affrétée par les TAAF pour une mission scientifique sur les bancs Geyser et Zélée, au nord-est de Mayotte, avant de faire cap au sud vers les Kerguelen pour la campagne d'été 2016-2017.

À son retour à Maurice, le navire prend ses quartiers à Port-Louis. Des séjours pour plongeurs, particuliers, kite-surfers sont organisés autour de Maurice ou de Saint-Brandon.

15 juin 2019

Elsa Catelin TAAF le site de Laboureur Kerguelen timbre panoramique 2019 Gravure

Elsa Catelin TAAF le site de Laboureur Kerguelen 
timbre panoramique 2019 Gravures


Le triptyque présentant le site du Laboureur à Kerguelen composé de deux timbres et une vignette a été réalisé par Elsa Catelin. 


Elsa Catelin
Nous avons déjà eu l'occasion de présenter la gravure du timbre de petit format dans un article précédent (6-04-2019).



A l'occasion de la journée spéciale TAAF, le carré d'encre avait reçu Elsa Catelin qui présentait sa réalisation représentant le site de Laboureur programme philatélique 2019.Elsa Catelin y avait exposé ses poinçons et expliqué ses méthodes de travail ainsi que les différentes étapes et supports pour l’impression des timbres gravés, notamment la spécificité du « report .



Un timbre gravé en taille-douce, c'est une estampe en miniature

Kerguelen : site du Laboureur 2 timbres (26x80 et 26x40) + 1 vignette (26 x 26) Taille douce avec report 0,95 € + 1,35 € (2,30 €)

Voici aujourd'hui les gravures du timbre panoramique du triptyque. 






Il y a d'abord un dessin qui est reporté sur une plaque d'acier. Cette plaque est ensuite gravée à la main, au burin et à l'onglette. Puis cette gravure est reproduite le nombre de fois nécessaires pour obtenir la matrice qui permet l'impression d'une planche de timbres.
pour en savoir plus sur la gravure et les poinçons :

https://www.artdutimbregrave.com/album-photo-autour-de-la-nouvelle-marianne/

http://www.comte-lavalette.com/poincons-taille-douce.php
http://gravure-philatelie.e-monsite.com/pages/la-taille-douce/

LISA MONTPELLIER 2019 Fédération Française associations philatéliques

LISA MONTPELLIER 2019 FFAP

Merci à Daniel Astoul pour son envoi depuis Montpellier avec la LISA du congrès de la Fédération Française des Associations Philatéliques.


Du 7 au 10 juin 2019 a eu lieu à Montpellier Phila-France 2019.A cette occasion se sont déroulés, au Parc des Expositions de Montpellier, le championnat de France de philatélie ainsi que le 92ème congrès de la FFAP.
Une vignette LISA a été commercialisée sur des machines de type LISA installées sur le site de la manifestation.

Et merci à Sophie Beaujard pour sa signature. 
Place royale, la promenade du Peyrou, belvédère largement ouvert à tous les horizons, accueille une statue équestre de Louis XIV, dont Jean Giral, l’architecte, mènera à terme la réalisation en 1774. Elle contient également le Château d'eau conçu au XVIIIè siècle.
Cette place située à la périphérie de l'Ecusson est l'un des lieux de prédilection des Montpelliérains. L'arc de triomphe et le château d'eau que prolonge l'aqueduc, constituent des modèles d'architecture classique.




14 juin 2019

Amers et Azimut 11 juin 2019

AMERS et AZIMUT 

Où sont nos navires?

Amers et azimut
Situation des principaux bâtiments déployés au 11  juin 2019
59 bâtiments   36 aéronefs    6 871 marins
Mission Clemenceau
PA Charles de Gaulle (océan Indien) + 18 Rafale Marine + 2 Hawkeye + 2 Dauphin + 1 Caïman Marine 
FDA Forbin (océan Indien) + Panther
FREMM Provence (océan Indien) + Caïman Marine
FASM Latouche-Tréville (océan Indien) + 2 Lynx
BCR Marne (océan Indien)

Opération Chammal
FLF Guépratte (mer Méditerranée)
 
Opération Barkhane
Atlantique 2

Opération Corymbe
PHM Cdt Bouan (océan Atlantique)

CTF 150
FLF Surcouf (océan Indien)

Mission Jeanne d'Arc
PHA Tonnerre (océan Atlantique) + Alouette III
FLF La Fayette (océan Atlantique)

Préparation opérationnelle
PHA Mistral (mer Méditerranée)
FAA Jean Bart (mer Méditerranée)
FASM La Motte-Picquet (océan Atlantique)
PHM Cdt Birot (mer Méditerranée)
PHM LV Le Hénaff (océan Atlantique)
CMT Orion (mer Méditerranée)
CMT Capricorne (mer Méditerranée)
CMT Andromède (océan Atlantique)
CMT Céphée (océan Atlantique)
BRS Altaïr (océan Atlantique)
BRS Aldébaran (océan Atlantique)
BBPD Pluton (mer Méditerranée)

Surveillance maritime
PHA Dixmude (mer Méditerranée)
FREMM Bretagne (océan Atlantique) + Caïman Marine
FREMM Aquitaine (mer de Norvège) + Caïman Marine
FLF Courbet (mer Méditerranée)
FS Ventôse (océan Atlantique) + Panther
FS Germinal (océan Atlantique) + Alouette III
FS Vendémiaire (océan Pacifique) + Alouette III
BSAOM Champlain (océan Indien)
BSAOM D'Entrecasteaux (océan Pacifique)
BSAOM Bougainville (océan Pacifique)
CMT Pégase (océan Atlantique)
BSAM Loire (mer Méditerranée)
BBPD Vulcain (océan Atlantique)
Falcon 50 (Dakar)
Falcon 50 (océan Atlantique)

Défense maritime du territoire
PSP Cormoran (océan Atlantique)
BE Lynx (océan Atlantique)
BBPD Styx (océan Atlantique)

Déploiement longue durée
BSAM Seine (océan Atlantique)

Mission hydrographique
BHO Beautemps-Beaupré (océan Indien)
BH Borda (océan Atlantique)

Opérations de guerre des mines 
CMT L'Aigle (océan Indien)
CMT Sagittaire (océan Indien)


365 jours par an, 24h sur 24, sur tous les océans et mers du globe, ce sont en moyenne 35 navires à la mer, 5 aéronefs en vol, 1 sous-marin nucléaire lanceur d'engins en patrouille, des fusiliers marins et commandos déployés, soit près de 5 000 marins sur, sous et au-dessus de la mer pour préserver les intérêts de la France et garantir la sécurité des Français. 

HUMOUR dans le Carré par Donec le sens du devoir Les Sables d'Olonne

Donec le sens du devoir : Les Sables d'Olonne

Bonjour la compagnie,

En France le sauvetage en mer est affaire de bénévoles. 250 stations abritent une petite équipe de garçons et de filles qui appareille de jour comme de nuit, été comme hiver quelle que soit la météo afin de sortir d’un mauvais pas un plaisancier imprudent, un pêcheur malchanceux ou un véliplanchiste qui a présumé de ses forces. Voire un sanglier qui a décidé de franchir la Méditerranée pour s’établir en Corse.



Chaque station de sauvetage est autonome financièrement, à charge de subvenir aux besoins de l’équipement des hommes et de la machine afin que tous soient au mieux de leur forme. L’entraînement est intensif et le savoir-faire des anciens tient une place essentielle.

La différence avec les autres corps de l’Etat qui assument le sauvetage des personnes et des biens réside dans leur statut de bénévoles qui ne manque pas de les remplir d’une légitime fierté. Pour cette raison il est toujours choquant de risquer sa vie pour des imprudents désinvoltes.
C’est bien ce qui s’est passé vendredi dernier. Un pêcheur de crevettes, soucieux d’améliorer ses revenus, a pris la mer alors qu’une forte tempête était annoncée. Il n’a pas cru bon de consulter la météo, et son petit doigt mouillé au vent n’a visiblement pas suffi à établir une prévision crédible ; Ce malheureux l’a appris à ses dépens !

Ce matin du vendredi 7 juin quand le Cross Ethel propose au patron du canot tout temps SNS 061 Jack Morisseau de l’engager pour secourir un chalutier de 12 m, il n’hésite pas. Dès que l’équipage est à bord, on appareille. Les passes du port franchies, ils découvrent des conditions de mer dantesques, un vent de 100 kilomètres à l’heure et des creux de plus de six mètres. Ils sont trimballés dans tous les sens, ceux qui sont à l’extérieur, lignes de vie amarrées, se cramponnent. Le drame se noue alors en quelques secondes, une vague d’une force inouïe fait imploser les vitres de la timonerie que l’eau envahit immédiatement. Inexorablement la vedette bascule, des équipements se détachent, l’électricité s’éteint, les moteurs s’arrêtent. Pourtant le terrible vacarme de la mer en furie et des équipements qui agonisent ne cessent pas. Les canotiers à l’extérieur sont éjectés de plusieurs mètres, mais à l’intérieur Yann CHAGNOLLEAU patron de la vedette, Alain GUIBERT et Dimitri MOULIC restent prisonniers de la machine.

Ces membres bénévoles de la SNSM sont morts en accomplissant leur devoir.

Ils rejoignent dans le respect que nous leur témoignons le colonel Arnaud Beltrame, les premiers-maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. Ils ont fait leur ces mots de Lacordaire : « Il n’y a partout sur la terre qu’une chose pour être heureux et pour être estimable, c’est d’accomplir ses devoirs et partout il en coûte pour être heureux ».

Et à n’en pas douter ces hommes étaient heureux.



A la semaine prochaine

Donec

PS : je vous rappelle qu’une cagnotte de soutien aux familles est accessible : http://bit.ly/soutien-familles-sables-d-olonne


13 juin 2019

Un baptême sous les remparts de Saint-Malo La Combattante 12 juin 2019 SOCARENAM Boulogne sur Mer

Un baptême sous les remparts de Saint-Malo La Combattante

« Sans nos patrouilleurs, demain, nous perdrons notre souveraineté sur nos espaces ultramarins » Amiral Prazuck, chef d’Etat-Major de la marine.

Ce bâtiment porte en héritage le nom d'un torpilleur de la France Libre, "La Combattante". Ce dernier a participé brillamment au second conflit mondial par de nombreuses actions de feu en 1944. Le Général de Gaulle décore même ce navire et son équipage de la Croix de guerre 1939-1945 le 14 juin 1944; au large de Juno Beach en Normandie, à l’occasion de son retour en France.
La Combattante sous les remparts de Saint Malo photo JM Bergougniou
La cité corsaire a vu naître La Combattante, pas très loin du bassin Surcouf, dans les chantiers de la SOCARENAM.

SOCARENAM Saint-Malo photo JM Bergougniou
Déclaré en cessation de paiement fin novembre 2008, le chantier Gamelin, implanté à Saint-Malo depuis fin 2006, avait été placé en redressement judiciaire. Le tribunal de commerce lui donnait 6 mois au chantier charentais pour retrouver une situation saine.

Le 21 janvier, les chantiers navals Gamelin avaient été mis en liquidation judiciaire avec prorogation d'activité de deux mois. Cinq candidats se sont manifestés pour une reprise de la société sur les sites de La Rochelle et Saint-Malo. 


Philippe Gobert le patron de SOCARENAM photo JM Bergougniou


Le tribunal de commerce de La Rochelle a décidé le 6 février 2009 que les chantiers navals Gamelin seraient repris par la SMI (Société Morbihannaise des Iles). Cette société est filiale à de le CNN (Compagnie Nationale de Navigation) et du groupe CNIM (Constructions Industrielles de Méditerranée). Mais le 25 mars, la Cour d'appel de Poitiers modifie le jugement de la Chambre de Commerce de la Rochelle, confiant ainsi la reprise de Gamelin au chantier boulonnais SOCARENAM et au groupe vendéen Ocea. 
SOCARENAM récupère le site de Gamelin à Saint-Malo et conserve les 28 employés malouins.




Le patch souvenir des FNFL La croix de Lorraine et la croix de guerre photo JM Bergougniou



Le Renard au fond Dinard photo JM Bergougniou


La construction navale est ancienne à Saint-Malo : les bateaux armés à la pêche ou en guerre sillonnaient le monde. Le Renard était un cotre à hunier. Il fut le dernier navire armé pour la course par Robert Surcouf.

Le navire est lancé le 15 mai 1813. En septembre de la même année, il livre, sous les ordres du capitaine E.Leroux-Desrochettes, un combat victorieux contre la goélette anglaise l’" Alphea " pourtant largement supérieure en puissance de feu comme en hommes. 

Pendant cet affrontement particulièrement violent, le capitaine du Renard lui-même y perdra un bras ce dont il mourut peu après.


les quais et les remparts photo JM Bergougniou

Pour célébrer l'événement le passage à la Poste de Rocabey était primordial.

Les mosaïques d'Odorico. photo JM Bergougniou

la poste construite en 1922 une presque centenaire photo JM Bergougniou

A la Poste : aimable et efficace photo JM Bergougniou

La ville de Saint-Malo http://www.ville-saint-malo.fr

Saint-Malo photo JM Bergougniou

c'est écrit dessus photo JM Bergougniou


Marine Barnérias est une écrivaine, présentatrice 

et entrepreneuse en compagnie du commandant
française atteinte de sclérose en plaques. 

photo JM Bergougniou

Comme elle l'explique sur son blog, ce projet prend sa source dans le rêve de Marine Barnérias de devenir un jour journaliste. Elle confie ne pas s'en être vraiment donné les moyens et ayant rejoint la route du commerce, c’est en année de césure que Marine Barnérias a décidé de revenir à son objectif premier. La découverte de sa maladie fût un second déclencheur pour Marine Barnérias. Elle a, en quelque sorte, trouvé son antidote : le voyage. Cela lui permet non seulement de garder espoir, mais aussi d’en redistribuer; mais surtout de rassembler les morceaux de son être que sa maladie semble avoir éparpillé5.

Nommé « SeperHero », un mélange entre l’abréviation SEP, pour sclérose en plaques, et super-héros pour montrer qu’on peut vivre sa vie comme un héros ou une héroïne, et ce malgré la maladie, ce projet consiste en quelque sorte à prouver que tout le monde a les ressources en soi. Marine Barnérias souhaite prouver à tous les autres « seper » que vivre avec cette maladie n’est pas une fatalité en soi, et faire naitre en chaque malade une énergie positive, et une confiance en la vie



Prise de commandement, baptême et cérémonie des couleurs photo JM Bergougniou

Un moment d'"Amazing Grace"  photo JM Bergougniou

Commandant, Maire, Sous-préfet  photo JM Bergougniou



Le LV Dherbécourt, la marraine Marine Barnérias et Claude Renoult maire de Saint-Malo Malphoto JM Bergougniou
Le partage de son projet se fait aussi à travers son livre, bien qu’au début, Marine Barnérias était réticente, ne souhaitant pas écrire pour faire vendre. Néanmoins, Marine Barnérias a tout de même décider d'écrire, afin de vider ses émotions sur du papier. Sa « plume d’enfant » comme elle la décrit, permet une transmission plus « vraie » de son histoire, et les lecteurs apprécient souvent ce côté « naturel »
Le voyage de Marine Barnérias l’a amené à découvrir sa propre force, son courage mais aussi qui lui fait prendre conscience qu’elle ne doit pas combattre sa maladie, mais apprendre à vivre avec sa « Rosy »

La Combattante photo JM Bergougniou

Le bassin Vauban, La Combattante à quai  photo JM Bergougniou

Claude RENOULT, maire de Saint-Malo l'évoquait, il y a 20 ans que la ville n'a pas connu de baptême de la Marine nationale, et il y trop longtemps que la frégate filleule de la ville, Le Surcouf, n'est pas venue la visiter. C'est par cette supplique au représentant du préfet maritime que le Maire à saluer l'événement ou le double évènement : le baptême de La Combattante, la prise de commandement..





un couple de sonneur du bagdad de Lann-Bihoué.
photo JM Bergougniou

Parmi les invités, un amiral et un général libanais  photo JM Bergougniou

L'arrivée des autorité CA Catard ALFAN Brest  la marraine et le commandant
photo JM Bergougniou

la tribune officiel photo JM Bergougniou



Philippe Gobert photo JM Bergougniou


SOCARENAM : Philippe Gobert le patron a fait venir ses ouvriers de Boulogne sur Mer pour ce baptême à Saint-Malo. Belle initiative Monsieur pour saluer et remercier vos personnels et les faire participer à la fête. SOCARENAM est une belle réussite et peut construire des bâtiments jusqu'à 100m. Avis aux visiteurs étrangers qui souhaitent réaliser des patrouilleurs.



Claude Renoult maire de Saint-Malo invite les marines étrangères à faire construire leurs navires à Saint-Malo  photo JM Bergougniou
La dernière cérémonie de baptême d'un bateau de la Marine nationale à Saint-Malo date de 20 ans... c'était le Surcouf. Basé en Méditerranée sa ville marraine aimerait bien le revoir... a-t-il glissé à l'oreille de l'amiral


Beaucoup d'émotion dans le discours de la marraine photo JM Bergougniou

Une marraine heureuses en compagnie du commandant Dherbécourt et de l'amiral Catard adjoint organique à Brest  photo JM Bergougniou

12 juin 2019

La Combattante Des FNFL à SOCARENAM Saint-Malo

La Combattante Des FNFL à SOCARENAM Saint-Malo




Construit sous le nom de HMS Haldon (L19) pour la Royal Navy à Glasgow, il est endommagé par un bombardement dans la nuit du 14 mars 1941. Réparé, il est ensuite offert aux FNFL en 1942, et renommé La Combattante.





La Combattante est un torpilleur des Forces navales françaises libres (FNFL) pendant la Seconde Guerre mondiale. Destroyer britannique de la classe Hunt, il est offert par le gouvernement britannique à la France libreen 1942. Il participe à l'appui feu du débarquement de Normandie le 6 juin 1944 au large de Courseulles-sur-Mer et quelques jours plus tard, le 14 juin, y convoie le général de Gaulle depuis l'Angleterre. La Combattante est coulée par une mine le 23 février 1945 en mer du Nord.






la Combattante à Saint-Malo photo JM Bergougniou

La série des Patrouilleurs Antilles Guyane touche à sa fin. (PAG, ex-PLG).
La Combattante est en essais. 


SOCARENAM Saint-Malo photo JM Bergougniou


C'est SOCARENAM chantier de Saint-Malo qui a réalisé la coque qui sera remorquée à Boulogne sur Mer pour son achèvement à flot.
A quai à Saint-Malo le bâtiment est baptisé le 12 juin et va connaître sa première prise de commandement. C'est à Brest que se fera sa mise en condition opérationnelle. Son départ pour les Antilles est prévu vers la mi-juillet.





La Combattante à la mer (© MARINE NATIONALE)

Identique à La Confiance et La Résolue, mises en service en 2017 et stationnées à Dégrad-des-Cannes, en Guyane, le nouveau PAG va permettre de renforcer les moyens de la Marine nationale à Fort-de-France et répondre aux besoins de surveillance et d’intervention dans la zone, notamment en matière de lutte contre les trafic illicites et de soutien aux opérations de secours suite à des catastrophes naturelles. Ce troisième PAG avait d’ailleurs été commandé fin 2017 suite au passage de l’ouragan Irma qui avait notamment dévasté Saint-Martin et montré la faiblesse des moyens navals disponibles aux Antilles. Une situation qui s’améliore donc dès cette année, non seulement avec l’arrivée auprès des frégates de surveillance Ventôse et Germinal de La Combattante, mais aussi du nouveau bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM, ex-B2M) Dumont d’Urville, qui a quitté Brest le 15 mai pour son déploiement de longue durée, qui doit s’achever à la fin du mois à Fort-de-France.


la Combattante à Saint-Malo photo JM Bergougniou

Conçus en coopération par Socarenam et Mauric, les PAG, dotés d’une coque en acier et de superstructures en aluminium, mesurent 60.8 mètres de long pour une largeur de 9.55 mètres et un déplacement de 750 tonnes environ. 



canon télé-opéré de 20mm Narwhal  photo JM Bergougniou


Mis en œuvre par 24 marins et capables d’accueillir jusqu’à 38 personnes, ces patrouilleurs embarquent deux semi-rigides, leur armement comprenant un canon télé-opéré de 20mm Narwhal (Nexter) et des mitrailleuses. Capables d’atteindre 21 nœuds, ils peuvent franchir 3500 milles à 12 nœuds.


la Combattante à Saint-Malo photo JM Bergougniou
En cette année du 75ème anniversaire du débarquement du 6 juin 1944, que l’on commémorait hier en Normandie, La Combattante était justement ce jeudi en mer pour ses essais. Tout un symbole car elle reprend le nom de l’un des bâtiments français qui participèrent à l’opération Overlord, aux côtés notamment des croiseurs Montcalm et Georges Leygues, attaquant les défenses côtières allemandes pour soutenir les troupes débarquées sur les plages normandes.


Le torpilleur La Combattante en janvier 1943 (© IMPERIAL WAR MUSEUMS)



Ancien destroyer de 85 mètres de la classe Hunt, le HMS Halon avait été offert en 1942 par le gouvernement britannique aux Forces Navales Françaises Libres. Actif sous pavillon tricolore à partir de mai 1943, sous le nom hautement symbolique de La Combattante, il assure des escortes de convois et chasse les unités allemandes, parvenant à couler plusieurs unités légères de la Kriegsmarine, dont des vedettes du type S-boote. Engagé dans les opérations de soutien au débarquement du 6 juin 1944 en Normandie, c’est ce bâtiment qui amena le général de Gaulle sur le sol français quelques jours plus tard, lui permettant de réaliser une courte mais cruciale visite. Celle-ci, marquée par le discours de Bayeux, permettra au chef de la France Libre d’imposer définitivement son autorité face à des alliés anglo-saxons qui l’auraient bien écarté. L’histoire du torpilleur La Combattante fut donc prestigieuse mais très courte puisqu'elle s’achève de manière dramatique le 23 février 1945, lorsque le bâtiment saute sur une mine à l’ouvert de la mer du Nord. Coupé en deux, il coule rapidement. 64 des 181 membres de son équipage y laissent la vie. Les deux parties de l’épave seront retrouvées en 2002 et 2005.

Depuis, une seule unité de la Marine nationale a porté ce nom, et là encore ce fut, même si c’est pour d’autres raisons, un bâtiment qui a marqué son temps. Il s’agit du patrouilleur La Combattante, mis en service en 1963 et qui constitua le prototype d’une nouvelle génération de petits bâtiments de surface rapides et aptes à la mise en œuvre de missiles antinavire.





La Combattante tirant un Exocet MM38 (© MARINE NATIONALE)

Réalisé par les Constructions Mécaniques de Normandie, il donna naissance, et son nom, à la célèbre famille de patrouilleurs vendus à plus de 50 exemplaires à travers le monde par le constructeur cherbourgeois. Les P400, par exemple, en sont des évolutions, alors que CMN a conservé ce nom pour sa nouvelle famille de corvettes et patrouilleurs. La Combattante, elle, fut versée à la Gendarmerie maritime au milieu des années 80 et désarmée à Cherbourg en septembre 1996.