Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

19 avr. 2018

Donec Humour dans le carré 1l'enfance d'un chef9 4 2018

L'enfance d'un chef


‌Bonjour la compagnie,

Le chef d’état-major des armées, François LECOINTRE est homme de baroud et de réflexion, pour preuve ce témoignage vivant que m’a adressé une amie concernant un fait d’armes qui ne manque pas de panache.



Même le « Canard Enchainé » ennemi juré des « culottes de peau » partage cet avis.
 




Cerise sur le gâteau son père était amiral et commandait l’équipage rouge de notre mythique sous-marin le « Redoutable ».

A la semaine prochaine

Donec



Un entretien avec le colonel Lecointre ( fils de l’amiral sousmarinier et actuel CEMA) qui vous interessera...
http://www.sudouest.fr/2017/07/20/video-le-nouveau-chef-d-etat-major-raconte-sa-charge-a-la-baionnette-a-sarajevo-3632928-710.php

Festival de Gruissan 21 et 22 avril 2018

Festival de Gruissan 21-22 avril 18

Des embruns dans les bulles Rochefort photo JM Bergougniou

Je suis heureux, mes chers frères et mes chères soeurs, de vous parler du festival de Gruissan pas loin de Narbonne qui se tient les 21 et 22 avril 2018

Evocation du Triangle Secret


Des embruns dans les bulles Rochefort photo JM Bergougniou


Les 21 et 22 avril de 10h00 à 18h00





TRAMP de Patrick JUSSEAUME


Patrick JUSSEAUME était venu plusieurs fois aux Rencontres de Gruissan. Il s’est éteint en octobre dernier laissant un grand vide dans la famille BD. En 1991, il entame la série "Tramp", un thriller maritime.
11 albums verront le jour. Nous avons souhaité lui rendre un hommage en exposant quelques-uns des dessins et objets chers à ses yeux.











En 1997 une flamme représentant Yann Calec avait été réalisé lors du festival BD de Darnetal.




Heures supplémentaires Des embruns dans les bulles Rochefort photo JM Bergougniou





Le GRANVILLE de la Compagnie Nantaise des chargeurs de l'Ouest  ex Joseph J Kinyoun

C'était un Liberty Ship standard mis sur cale le 3 Février 1944 et lancé le 22 février 1944 vendu en 1947,il est détruit en 1966


Des embruns dans les bulles Rochefort photo JM Bergougniou

Vers Pointe Noire et Kibongou 



Des embruns dans les bulles Rochefort photo JM Bergougniou





dédicace 

Des embruns dans les bulles Rochefort photo JM Bergougniou


recherche pour un ex-libris

Embarquement sur l'Hermione  Rochefort photo JM Bergougniou


Perros-Guirect photo JM Bergougniou

Chroniques de la Maison Le Quéant 






L'ALBATROS 1983 1984

Le patrouilleur ALBATROS 


Un pli officiel de l'ALBATROS destiné au SHOM de Brest avec TàD PARIS-NAVAL 75200 en date du 31-12-1984. En 1984, l'Albatros fait sa première campagne aux TAAF.

Le courrier parti de La Réunion (courrier militaire non affranchi) est trié à son arrivée à Paris et envoyé sur le SHOM à Brest.

En juillet 1983, le Névé, est vendu par la SNC à la Marine nationale et rebaptisé Albatros. Lors de son dernier voyage au Groenland, il avait 900 tonnes de poissons dans ses cales. L'odeur imprègne encore le navire lorsqu'il quitte Caen, conduit par un équipage de la SNC, pour rejoindre Toulon, où il est alors transformé, et refondu en patrouilleur par la DCAN Toulon à partir du 21 avril 1983. On suprime les installations de pêche, crée de nouveaux locaux, met en place une artillerie de 40mm et divers équipements électroniques.



On suprime les installations de pêche, crée de nouveaux locaux, met en place une artillerie de 40mm et divers équipements électroniques.
L'entrée en armement pour essais intervient le 23 septembre 1983, date à laquelle est nommé son premier commandant, le capitaine de corvette Jean-Claude Josselin.


La transformation du chalutier se poursuit, mais la découverte inattendue d'une fatigue prononcée du bâtiment, et un manque de fiabilité de l'appareil propulsif, nécessitent des travaux plus importants que ceux envisagés initialement. Les essais à la mer ont lieu du 9 au 13 janvier, du 6 au 7 puis du 16 au 23 mars. Le bâtiment entre en armement définitif le 26 mars. Des derniers essais à la mer ont lieu le 14 et 15 mai. La refonte est clôturée officiellement le 18 mai. Il aura fallu 170 000 heures de travail à la Direction des Constructions Navales pour procéder à la refonte du chalutier.





Les divers problèmes retardent d'environ 5 mois l'admission au service actif du bâtiment qui intervient le 19 mai, date à laquelle l'Albatros quitte Toulon, direction l'île de La Réunion qu'il atteint le 18 juin, via Djibouti (29 mai au 8 juin). Il passe le 25 mai, sous l'autorité de l'amiral commandant les forces maritimes de l'océan Indien.


La première patrouille dans les TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises) a lieu du 26 juin au 3 août. 





Plus étrange, au verso, le TàD 83800 Toulon Naval comme si le pli n'était allé à son destinataire... 3-1-1985





Six semaines au cours desquelles l'Albatros mouille à Port Alfred (Crozet - 2 juillet), 



Port aux Français (Kerguelen - 6 au 8, 13 au 15 et 20 au 21 juillet), 







Martin de Vivies (Amsterdam - 26 et 27 juillet). 




Les rencontre avec les bâtiments soviétiques ne sont par rares, car en vertu d'accords conclus entre la France et l'URSS, les russes sont à l'époque autorisés à pêcher un quota d'environ 23000 tonnes de poissons par an dans la ZEE des Kerguelen. Il n'en est pas de même dans la zone de de Saint Paul et d'Amsterdam où seul le chalutier français Austral peut se livrer à cette activité.










Photos 

PA Albatros 

18 avr. 2018

BAP Jules Verne

BAP Jules Verne


Inscrit au budget de 1961 comme transport de munitions, le Jules Verne est mis sur cale en 1969 à Brest sous le nom d'Acheron et lancé le 30 mai 1970.
Il est alors resté à l'état de coque jusqu'en 1973, date à laquelle sa transformation en Bâtiment Atelier Polyvalent (BAP) a été décidée. Le BAP Jules Verne a été admis au service actif le 17 septembre 1976.



Il fut affecté pendant plus de 20 ans aux Forces Maritimes de l'Océan Indien. Il était un des symboles de Djibouti et sa silhouette figure d'ailleurs à l'effigie d'un billet de 10 000 FDJ, malheureusement aujourd'hui retiré de la circulation.
  Le Jules Verne a quitté la zone à trois reprises, en 1981, 1988 et 1994, pour bénéficier de grands carénages à Brest, avant de rejoindre en décembre 1997, la Force d'Action Navale.


Alors qu'en dehors de nos frontières Jules Verne est considéré comme un géant de la littérature mondiale, en France il est trop souvent ramené au modeste rang d'écrivain pour la jeunesse. Programmes et manuels scolaires s'obstinent à ignorer l'homme qui imagina le «Nautilus» et conçut, dès 1865, la possibilité d'aller de la terre à la lune. Jules Verne est né à Nantes le 8 février 1828, dans une riche famille de juristes et d'armateurs. On le retrouve en 1847 à Paris où il poursuit des études de droit.




C'est alors le plus important bâtiment de soutien de la Marine nationale. Il a pour mission principale le soutien d'une force navale engagée dans une opération de projection, ce qui fait de lui un élément essentiel de l'endurance d'une force navale sur un théâtre d'opérations. Il peut ainsi accompagner une force navale et en assurer à la mer ou dans un point d'appui à proximité du théâtre des opérations, le soutien technique (maintenance, assistance en cas d'avarie de combat) ainsi que le ravitaillement en pièces de rechange, en munitions et gazole.











Ses sympathies républicaines et socialisantes le conduisent à participer à la révolution qui entraîne la chute de Louis-Philippe. L'amitié que lui porte Alexandre Dumas l'incite à se tourner vers la littérature. Inspiré par son ami Félix Tournachon, grand amateur d'aérostation et qui deviendra plus tard le célèbre photographe Nadar, il rédige, en 1862, un roman Cinq semaines en ballon que quinze éditeurs refuseront successivement mais que Jules Hetzel acceptera avec enthousiasme. Entre les deux hommes, c'est le début d'une fructueuse collaboration que seule la mort réussira à rompre.



Jules Verne est resté fidèle aux idées généreuses qu'il défendit durant sa jeunesse. Il saisit toutes les occasions que lui offrent les aventures survenues à ses héros pour prendre la défense des faibles et des opprimés. Le révolté des Indes Noires volontairement enfermé dans sa mine, le capitaine Nemo qui s'érige en vengeur et aide les insurgés grecs, le patriote hongrois Mathias Sandorf, symbolisent, chacun avec son propre caractère, les différents aspects que revêt la lutte du droit contre la justice bafouée.


En homme du XIXe siècle, Jules Verne croit au progrès. Le savant Arronax et son domestique Conseil surmontent, à eux deux, le désespoir parce qu'ils sont soutenus par la science de l'un alliée à la sagesse de l'autre, les naufragés de L'Ile mystérieuse ne peuvent résister aux forces aveugles de la nature que grâce aux secours que leur apporte le savoir mis au service de la morale. Mais à l'inverse de beaucoup de ses contemporains, Jules Verne a compris que la connaissance a ses limites et qu'elle est dangereuse dès lors que nul frein ne la retient sur la pente du mal.





Le Jules Verne a effectué sa dernière sortie à la mer le 19 février 2009, avant son désarmement. Il a été placé en position « en complément » le 23 février, et « en réserve » le 1er juillet 2009. Une partie de son équipage a alors été transféré vers l'atelier militaire de la flotte (AMF) de Toulon. La dernière cérémonie des couleurs a lieu le 17 septembre 2010. Après sa condamnation, la coque est destinée à la déconstruction.


Quel que soit leur âge, les lecteurs ne regretteront pas d'avoir consacré quelques heures aux folles chevauchées de Michel Strogoff ou aux rocambolesques pérégrinations de Philéas Fogg, qui, en parfait gentleman, «ne plaisante jamais quand il s'agit d'une chose aussi importante qu'un pari». La fin de la vie de Jules Verne fut assombrie par un accident dont il sortit boiteux. Sa tendance naturelle à la mélancolie s'en trouva renforcée. En 1902, il devint partiellement aveugle et s'éteignit à Amiens le 24 mars 1905.


SOURCES 

Mer et Marine
La POSTE

17 avr. 2018

Gendarmerie Maritime P 780 GUYANE Brigade de Cayenne

Gendarmerie Maritime P 780 GUYANE  Brigade de Cayenne 



P780 Guyane et P781 Karukéra :

 Deux sisterships admis au service actif en 1974. Après leur cession (par la marine nationale ?) à la gendarmerie maritime en 1977, le P781 a transité de Cayenne à Fort de France (du 01 au 04/03/79) ou il a retrouvé le P780. Après travaux, le P780 a été rebaptisé Guyane et a rejoint Cayenne (transit retour du16 au 21/04/79). 




Le P781 est devenu Karukéra. Ces deux patrouilleurs ont été échangés pour des raisons techniques (tarets dans la quille du P781 et absence de support logistique)


J'ai trouve ce document de pencoat63 qui décrit son arrivée à Cayenne 


"La gendarmerie maritime qui commence à armer des patrouilleurs en métropole est à même de prendre en compte ces 3 patrouilleurs et d'assurer par l'intermédiaire de la Marine Nationale l'entretien.
La date de cession est fixée au 1er avril 1977.



Les équipages sont maintenus à bord et changent de subdivision d'arme le temps de terminer le séjour en cours.
Ainsi certains porteront l'uniforme de la gendarmerie maritime quelques mois.
Pour ma part, venant de la maritime je reprendrai le "Képi" (3 mois) en attendant la cession officielle du patrouilleur à la gendarmerie maritime 




C'est donc début janvier 1977 que je découvre l'Amérique.....!

Ma première impression en descendant de l'avion reste la chaleur moite et l'odeur de moisi !!!
Les logements situés dans un bâtiment à 100 m de la mer (Le petit Chalet) sont sains et bien ventilés.
Je suis donc aux ordres du groupement de gendarmerie de Cayenne pour 3 mois.
Je connais le commandant, il était en gendarmerie maritime à Brest et c'est par son intermédiaire que j'avais fait en 1973 ma demande pour être muté de Gendmobile en Gendmar.

L'équipage est à 8 : 2 méca - 3 navi - 1 élec - 2 bosco.
La vedette est en "avarie" de moteur (propulsée par 2 GM 6V71 de 500cv) une cylindrée dont la segmentation est défectueuse.



Les deux mécanos ont été formés dans la "Royale", ils estiment le travail faisable, nous commandant les pièces à Nice et attendons...!
A cette époque il y avait 1 avion par semaine, le téléphone coutait horriblement cher et l'essentiel se faisait par courrier ou fax.


Le patrouilleur avait un poste a quai au "DEGRAD des CANNES" ainsi qu'un hangar de stockage matériel un véhicule type "Goélette" version "tanker"(1500l) pour ravitailler et l'indispensable 4L de service. 



La vedette est dans ses couleurs d'origine, coque bleue (Gendarmerie) superstructures blanches, ce n'est pas encore un "bateau gris".
En attendant de réparer et de pouvoir naviguer nous sommes en "IE" et remettons de l'ordre à bord comme à terre.
Les élections municipales du 15 Mars approchant nous sommes sollicités pour : "La police des élections".



C'est ma première sortie en Guyane, je touche mon "paquetage" de brousse (Hamac de l'armée Brésilienne à moustiquaire) boites de rations, tenue de treillis, lampe, etc...!
La veille des élections je prends l'avion pour St Georges de l'Oyapock (35mn) là je retrouve deux gendarmes de la brigade locale +1 "réquisitionné" et nous embarquons dans une pirogue pour gagner Ouanary (dans l'embouchure du fleuve) nous descendons pendant deux heures...!

A Ouanary la nuit tombe, en arrivant deux gendarmes descendent et nous continuons de nuit vers "Pays indien" à 30 mn en amont en remontant le fleuve.

Nuit noir, la pirogue accoste la rive, nous suivons le piroguier qui nous dit c'est là... nous voici dans de grandes herbes (pas très rassurés) il y a les "bruits de la brousse" 50 m plus loin 3 ou 4 cases délabrées.
Un "habitant" est là, il ouvre la plus grande case allume une lampe à pétrole, nous indique où installer nos hamacs, nous montre la pièce à coté où il y a une table et deux chaises : "Bureau de vote"



sources :

Anciens Cols Bleus

http://www.anciens-cols-bleus.net/t17416-divers-gendarmerie-maritime-1977-creation-de-la-brigade-de-gendarmerie-maritime-a-cayenne