Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

22 oct. 2017

Le Fort de Lanvéoc et les prisonniers allemands la guerre sur tous les fronts Bretagne Finistère

Le Fort de Lanvéoc et les prisonniers allemands 


On connait les bases de l'aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic et le site de l'Ecole navale mais qui se souvient encore que le vieux fort a hébergé des internés civils allemands durant la première guerre mondiale? 

On trouve actuellement sur le site les unités suivantes 


33F, 34F, 22S, 50S, CESSAN, GEIAntenne de soutien de la base de défense (BdD) de BrestAntenne du Service Industriel AéronautiqueDétachement du Centre Logistique de l'Aéronautique NavaleDépôt des essences de l'Aéronautique navaleAntenne Santé du serviceGendarmerie maritime
Ecole navale 

En 1945, les destructions importantes subies par l’École navale de Saint-Pierre-Quilbignon pendant la Seconde guerre mondiale ne permettaient pas d’accueillir rapidement les élèves officiers dans des conditions acceptables. Elle fut transférée dans des baraquements provisoires à la base d'hydravions de Lanvéoc, située dans la baie du Poulmic. Les bâtiments définitifs de la nouvelle École navale à cet endroit furent inaugurés en 1965 par le général De Gaulle 


Situé sur une pointe se terminant abruptement sur la rade de Brest, et relié à la terre par une pente douce barrée d'est en ouest par une muraille, ce fort est l'un des plus anciens établissements militaires de la presqu'île. À l'origine, il s'agit de l'une des résidences du comte de Crozon. En 1784, l'ensemble, qui possède deux fours à chaux à proximité, est afféagé au chef d'escadre Le Jar Du Clesmeur, de Crozon.


Lanvéoc le fort

Bulletin de Paris
Le Courrier de Champagne publie l'information suivante, qui ne manque pas d'intérêt : « Hermann von Mumm* est bien prisonnier dans un camp de concentration, non dans les Côtes-du-Nord, mais dans la presqu'île de Crozon, au fort de Lanvéoc (Finistère). J'ai eu l'occasion de l'y apercevoir dernièrement et d'apprendre qu'il s'y embête passablement car il a offert, paraît-il, de payer une somme fantastique sa mise en liberté sous caution pour aller en Suisse y rétablir sa santé, qu'il prétend compromise. 

Vous pourriez, si vous désirez obtenir de plus amples renseignements sur ce triste et jadis brillant personnage boche, vous adresser au Dr P..., médecin, à Crozon, qui est en rapports journaliers avec lui et refuse énergiquement de lui reconnaître aucune maladie. »

le fort de Lanvéoc


Le fort de Lanvéoc du 18ème siècle, remanié au 19ème devient une prison pour une élite civile d'origine allemande, autrichienne et hongroise qui transite ou vit en France lors de la déclaration de la première guerre mondiale. Des bateaux navigant sur les eaux territoriales sont arraisonnés afin d'opérer des opérations de police, la chasse à l'ennemi civil d'importance est ouverte. 


Lanvéoc la promenade


Le fort à vocation de soutien logistique, jamais utilisé, est équipé de grands bâtiments de casernement en son centre qui deviennent une "résidence surveillée" pour le "gratin germanisant" qui se voit facturé son séjour, sa nourriture, ses frais de garde. Ces prisonniers de luxe ne semblent pas avoir été maltraités en dehors d'une cruelle privation de liberté parfaitement arbitraire. Le confort est "adapté à la demande" mais la consigne à la chambre est appliquée en cas de rebuffades. La menace d'un camp d'internement plus rude plane chaque jour.



Sources




Lanvéoc une casemate 


Le camp est dirigé par un civil du nom de Gustave Vernoux qui porte le titre de chef de dépôt. La prison de Lanvéoc a un sous-chef, un comptable et quelques agents de surveillance. La cuisine est faite par les prisonniers eux-mêmes et les produits viennent des commerçants de Lanvéoc. Un prisonnier coûte 71 centimes par jour pour son alimentation et 23 centimes pour le bois de chauffage et les produits de première nécessité. Chaque interné a le droit d'acheter un litre de vin par jour. 



Ces internés sont ni plus ni moins des otages susceptibles d'être échangés contre des Français résidant en Allemagne et subissant un sort similaire. 


Parmi les 97 personnalités présentes en 1916 dans le camp d'internement : Hilscher et Fuhrmann industriels, les frères Newmann joalliers à Paris, Hermann Mumm propriétaire des champagnes éponymes, le comte Luckner peintre descendant du Maréchal de France Luckner, Otto Seligmann peintre, le docteur Pfeiffer ex vice-consul des Etats-Unis, Wolf éditeur d'art, etc. 
Sinon, il s'agit de personnes civiles d'un milieu bourgeois, voire scientifique mais n'ayant pas un nom aussi prestigieux.






A la fin de la guerre, 88 Allemands, 18 Autrichiens et 40 Hongrois sont encore en captivité.

Une présence militaire modeste sert deux batteries. 4 canons 24C modèle 1870 et 6 canons de 90C mm. 


Lanvéoc la chambre 38


Les seuls contacts extérieurs autorisés par l'administration sont le courrier postal, enveloppe non cachetée ou carte postale. L'affranchissement est au frais de l'expéditeur. Le courrier rédigé en allemand ou en français exclusivement est remis en préfecture de Quimper pour être censuré puis restitué à la poste. La poste ferme les lettres pour les envoyer au ministère des affaires étrangères si le courrier a un destinataire non ennemi hors de France. Le ministère se chargeant de la distribution selon les ambassades alliées ou neutres. Pour le courrier destiné à "l'ennemi", les lettres sont envoyées en Suisse au comité de la Croix Rouge qui finalise la redistribution. 


Lanvéoc la cuisine 


Le contenu des lettres doit être anodin, autant dire dilué dans la description d'un quotidien répétitif. Aucune critique n'est permise, aucune contestation n'est autorisée et bien évidemment la moindre allusion politique est impensable.


Lanvéoc l'infirmerie

sources 

http://www.unjouren14.fr/photos/com/Lanv%C3%A9oc?page=1


https://philapostelbretagne.wordpress.com/2015/01/08/etude-de-cas-le-fort-de-lanveoc/

Aucun commentaire: