Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

22 août 2017

Correspondance d'armées Egypte Alexandrie 1915

Correspondance d'armées Egypte Alexandrie 1915


Nous avons déjà eu l'occasion de parler de la présence française en Egypte avec l'aviation maritime et la défense du canal de Suez

http://envelopmer.blogspot.fr/2011/02/actualites-egyptiennes-davant-1916.html

http://envelopmer.blogspot.fr/2013/01/aviation-maritime-en-mediterranee.html


Nous revenons sur cette période à partir d'une carte postale du 29 mars 1919 et portant le tampon service à la mer Marine nationale. Elle est postée depuis le croiseur auxiliaire Lorraine 





Le timbre à date à double couronnes dont le cercle extérieur est plein et le cercle intérieur constitué de points ou de tirets TYP-84 en date du 29 MARS 15. CORR. D'ARMEE ALEXANDRIE

Le centenaire de la Grande Guerre est l’occasion d’évoquer un pan méconnu de l’histoire d’Alexandrie, ce conflit mondial n’ayant pas épargné la ville



En 1914, Alexandrie compte un peu plus de 370 000 habitants (d’après le recensement effectué 7 ans plus tôt). 





Cette année là, après 22 ans de règne, le dernier khédive d’Égypte, Abbas Helmi II sera déposé par les Britanniques, car il soutenait trop, à leur goût, le mouvement nationaliste (ce qui n’empêchera pas le pays d’accéder à l’indépendance en 1922, sous le roi Fouad Ier). 




L’Égypte n’est pas officiellement en état de guerre, mais la vie des Alexandrins va être affectée par le conflit mondial, avec la montée des prix, la réduction du marché de la construction et le chômage qui en découlera. Jean-Yves Empereur










Le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France. En France, les Chambres votent à l’unanimité l’union sacrée. Progressivement, de
nombreux pays entrent en guerre : Belgique, Angleterre, Russie, Turquie…





Cette carte témoigne des préparatifs à Alexandrie en amont de la bataille des Dardanelles. Entre le 1er et le 3 avril 1915, 137 navires ont jeté l’ancre dans le port ouest d’Alexandrie. Ces bâtiments transportaient les troupes et les matériels, en attente du débarquement aux Dardanelles. 

Cette flotte importante était composée à 68 % de navires anglais et navires de prise, et de 16 % de navires français. Les 22 navires français du Corps Expéditionnaire d’Orient (CEO) arrivèrent à Alexandrie entre le 27 et le 31 mars 1915, après une tentative d’installation de la base du CEO dans la rade de Moudros, sur l’île grecque de Lemnos. 



La configuration de la rade ne favorisant pas un débarquement aisé du matériel, les navires ont été redirigés vers Alexandrie, pour permettre une jonction avec les forces anglaises qui y concentraient également une grande partie de leurs effectifs. À Alexandrie, on déchargea les cales, avant de les regarnir des mêmes approvisionnements, mais dans un ordre différent. Entre le 11 et le 23 avril, ces navires français repartirent en quatre groupes, pour Moudros pour la plupart, en vue de la préparation finale du débarquement aux Dardanelles. Certains sont des navires militaires, d’autres sont des navires réquisitionnés, comme les navires de ligne, dont ceux de la compagnie française des Messageries Maritimes (l’Armand Bréhic, l’Australien, le Dumbea et le Magellan). 





Enfin, parmi les navires français figure le navire-hôpital Duguay-Trouin. D’autres bateaux, présents dans le port d’Alexandrie en avril 1915, seront ensuite transformés en navires-hôpitaux, tels que le Bien-Hoa, le Charles-Roux ou le Vinh-Long. 




Répartition des Corps et Unités par bateau, extrait du Journal des Marches et Opérations du CEO, Site Mémoire des Hommes. 

Bateau de 105 m mis à flot en 1880, le Bien-Hoa devient en 1914 un ravitailleur de l’Armée Navale. Parti de Toulon le 4 mars 1915 et après escale à Bizerte, il joint Lemnos le 17 mars. Il gagne Alexandrie 10 jours après, d’où il repart le 11 avril pour Moudros. 


Enfin, deux semaines après, il appareille pour le débarquement en Turquie. En juin 1915, le Bien-Hoa est inscrit sur la liste des navires-hôpitaux après transformation. Il peut transporter 470 malades ou blessés répartis en deux batteries, haute et basse en fonction des pathologies, bien séparées des installations nautiques. Il sera condamné en 1923. 




Carte de l’« État et situation des navires stationnés dans le port d’Alexandrie (Expédition des Dardanelles) les 1-3 avril 1915 », extraite de l’Atlas historique de la ville et des ports d'Alexandrie de Gaston Jondet (Le Caire, 1921, pl. LI). 
Archives CEAlex.

 Les 137 navires sont localisés, orientés et identifiés par un numéro qui renvoie à la liste des navires. Certains de ces bateaux sont à quai, tandis que d’autres ont déjà réalisé leur déchargement ou attendent une place disponible sur les quais. Ainsi le 5 avril 1915, « les autorités anglaises ayant demandé pour leur propre usage l’utilisation de certains quais, plusieurs navires en déchargement (Hérault [n°51], Armand Bréhic [n°49], Ceylan [n°52]) ont dû quitter inopinément le quai où ils se trouvaient et aller mouiller en rade, ce qui retarde notablement les opérations » 
(Journal des Marches et Opérations du CEO, Réf. 26 N 75/1). 




Le Duguay-Trouin, croiseur-école d'application, inauguré en 1900, est transformé en navire-hôpital en juillet 1914 avec une capacité de 660 lits. Parti de Dunkerque à la fin février 1915, il gagne Alexandrie le 30 mars. Il effectue des rotations aux Dardanelles avec des escales à Alexandrie, Lemnos, Salonique et Bizerte. 
Archives CEAlex. Cécile Shaalan


Les troupes françaises arrivèrent à Alexandrie entre le 27 et le 31 mars 1915. Le Journal des Marches et Opérations du Corps Expéditionnaire d’Orient (CEO) décrit leur installation : la cavalerie campa à Zaria (Zahariya) et le reste des troupes à l’extérieur de la ville dans la zone de Ramleh, alors peu urbanisée, autour du Victoria College et entre le palais de la Khédiva-Mère et Sidi Bishr. La base du CEO fut transférée à la mi-avril 1915, de Moudros à Alexandrie, avec un état-major de base, les troupes et des services tels que génie, intendance, artillerie, santé, service vétérinaire, trésor et postes. 


Les soldats français restèrent à Alexandrie environ deux à trois semaines avant leur départ pour les Dardanelles, tandis que la base du CEO fut installée un mois à Alexandrie, avant d’être transférée à Moudros. Un nombre restreint demeura à Alexandrie afin d’assurer la logistique et de superviser les soins. Puis ce furent les malades ou les blessés qui furent acheminés à Alexandrie dès la fin avril 1915.


Sources 

Aucun commentaire: