Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

6 juin 2016

D-Day I remember 6 juin 1944 Normandie Normandy débarquement plages Overlord 82nd 101st division

Débarquement D-Day : I remember 

La pointe du Hoc


La pointe du Hoc fut le théâtre d'une des opérations du débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944. Située entre les plages de Utah Beach (à l’ouest) et Omaha Beach (à l'est), la pointe avait été fortifiée par les Allemands (WN 751) et, selon les reconnaissances aériennes alliées, était équipée de pièces d'artillerie lourde dont la portée menaçait les deux plages voisines. Il avait été jugé primordial, pour la réussite du débarquement, que les pièces d'artillerie soient mises hors service le plus rapidement possible.







Cette mission fut confiée au 2e bataillon de Rangers américain qui réussit à prendre le contrôle du site au prix de lourdes pertes. Par la suite, les pièces d'artillerie se révèleront avoir été déplacées par les Allemands peu de temps auparavant et installées 1,3 km en arrière, à l'intérieur des terres.






Utah-Beach

Utah Beach est le nom de code donné par les alliés à la plage de la Madeleine, à Sainte-Marie-du-Mont. Cette plage, première zone de débarquement a été voulue par le Général anglais Montgomery. Utah Beach est la plus à l’ouest des 5 plages du débarquement et elle englobe la partie du littoral du département de la Manche allant de St Germain de Varreville à la rive gauche de l’estuaire de la Vire. 





Initialement, dans le grand plan de Débarquement en Normandie de l’Opération Overlord, seules 4 plages de Débarquement étaient prévues dans le Calvados. Mais uniquement le port en eaux profondes de Cherbourg était capable d’accueillir le ravitaillement nécessaire




 pour la suite des opérations et notamment la Bataille de Normandie. Utah Beach, dans la Manche, plus proche de Cherbourg est donc ajoutée aux plans stratégiques avec le verrou de Sainte Mère Eglise (carrefour central) pour couper le Cotentin et libérer rapidement Cherbourg. Carentan devra être prise rapidement pour faire le lien entre Utah et Omaha Beach. Le village de Sainte Marie du Mont sera un point de repère important pour les parachutistes américains, dispersés après les parachutages, grâce à son clocher unique et visible à des kilomètres alentour.Il était prévu que les Alliés américains y débarquent en même temps qu’à Omaha Beach, plage située à 15 km à l’est.





















Batteries de Longues

Ouvrage majeur du Mur de l’Atlantique, la batterie de défense côtière allemande de Longues-sur-Mer comprend un poste de commandement de tir et quatre casemates abritant chacune une pièce d’artillerie de 150 mm.

Située au cœur du secteur d’assaut allié, au sommet d’une falaise dominant la Manche, elle joua un rôle stratégique lors du Débarquement des forces alliées du 6 juin 1944.




Malgré les bombardements aériens opérés dans la nuit du 5 au 6 juin, la batterie était toujours opérationnelle au matin du 6 juin. Elle fut neutralisée dans la journée par les navires croisant au large.

Elle fut prise dans la journée du 7 juin par les soldats britanniques du Régiment Devonshire.








Cimetière de Colleville

D'une superficie de soixante-dix hectares, le cimetière américain de Colleville-sur-Mer est l'un des quatorze cimetières américains de la seconde guerre mondiale.









Le cimetière américain de Colleville-sur-Mer est l'un des quatorze cimetières américains du second conflit mondial accueilli en terre étrangère, et est géré par la commission américaine des monuments de guerre (ABMC, american battle monuments commission).




Sur ce vaste espace de forme rectangulaire sont alignées 9 386 tombes, surmontées d'une stèle de marbre blanc d'Italie en forme de croix latine, ou d'une étoile de David. A droite de l'entrée se trouve une capsule qui ne sera ouverte que le 6 juin 2044, un siècle après le D-day : elle contient des articles de presse parus à l'époque, et un message d'Eisenhower adressé aux générations futures.





Cimetière de la Cambe

Le cimetière militaire allemand de La Cambe fut inauguré le 21 septembre 1961.

21 222 soldats y reposent et chaque tombe est une exhortation à la paix. En effet, un Jardin de la Paix a été aménagé entre le cimetière et la route nationale (R.N. 13). Plus que mille arbres, portant chacun sur une petite plaque le nom de son parrain donateur, forment avec le cimetière voisin un ensemble unique au monde.












Ouistreham

Ils étaient 177 à débarquer, le 6 juin 1944, en Normandie, à l’ouest de Ouistreham (Calvados). Ces hommes appartenaient au commando Kieffer, des Français qui avaient décidé de combattre aux côtés des forces alliées. Plusieurs sont tombés lors du Débarquement, d’autres ont été perdus au cours de la bataille de Normandie qui a suivi.

 À l’heure où ces lignes sont écrites, début juin 2016, ils ne sont plus que six survivants : Paul Chouteau (94 ans), Hubert Faure (102 ans), Léon Gautier (93 ans), Jean Masson (92 ans), Yves Meudal (92 ans) et Jean Morel (94 ans). Au début de l’année 2016, ils étaient encore neuf survivants. François Andriot est décédé en février, Louis Bégot, en mars, et René Rossey, le 19 mai 2016.



Philippe Kieffer se trouvait à la tête d’une troupe de 176 soldats dépendant du N°4 Commando, dépendant de la 1st Special Service Brigade commandée par Lord Lovat. Les hommes de Kieffer étaient répartis en trois groupes : 1st Troop, 8th Troop et K Gun Troop. Le 1st Troop était embarqué à bord du LCI (Landing Craft Infantry) 523 et le 8thTroop à bord du LCI 527.



 L’organe de commandement français et le K Gun Troop étaient répartis sur les deux embarcations. Les troupes britanniques laissent le privilège aux Français de débarquer les premiers. À 7h30, les hommes du commando Kieffer foulent le sable normand, non pas à Ouistreham comme l’idée avait pu être véhiculée jadis, mais à l’ouest de la commune, sur la plage codée Queen Red, sur Sword Beach, à savoir La Brèche. En cours de débarquement, un projectile de l’armée allemande touche la passerelle de débarquement du LCI 527.















Sainte-Mère Eglise

Théâtre de l'un des plus grands exploits de l'histoire militaire, Sainte-Mère Eglise a vu des parachutistes "pleuvoir" sur le bourg et ses alentours durant la nuit du 5 au 6 juin 1944. 

























Le soir du 5 juin 1944, les éclaireurs (pathfinders) de la 82e division aéroportée, équipés de balises radio et de moyens de communication, sont les premiers soldats alliés à décoller de la base de RAF North Witham puis, peu de temps après, les premiers à toucher le sol français en vue de baliser les zones de largage des deux divisions de parachutistes américains : la 82e et la 101e.





Peu après, dans la nuit du 5 au 6 juin, la 82e et la 101e sautent sur le flanc ouest des plages prévues du débarquement, au début de la péninsule du Cotentin. Un détachement de la 82e s’empare de Sainte-Mère-Église.





La division a pour mission de prendre le contrôle des routes menant de la côte à Pouppeville, ainsi que des ponts situés sur la Douve et le canal de Carentan, afin de permettre la sortie des plages d'Utah Beach des troupes et véhicules qui y seront débarqués le matin du 6 juin. Mais malgré les éclaireurs, lors du parachutage, la division est dispersée sur une zone de 40 km de long. Elle perd 1 500 hommes tués ou faits prisonniers.







Le 6 juin au matin, la division perd également son premier officier supérieur : le brigadier général Donald F.Pratt, commandant en second de la division est tué sur le coup lors du crash de son planeur (le Fighting Falcon près deHiesville). Beaucoup de parachutistes se noient dans les marais et les nombreuses zones volontairement inondées par les Allemands. Néanmoins, la division arrive à tenir plusieurs de ses objectifs et dès l'après-midi du 6, la jonction était assurée avec la 4e division d'infanterie américaine débarquée sur la plage d'Utah Beach.












toutes les photos (c) JM Bergougniou

Aucun commentaire: