Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

13 janv. 2014

Les Oubliés de Saint-Paul Une association est née pour en conserver le souvenir

Les Oubliés de Saint-Paul 
Une association est née pour en conserver le souvenir

Le Marion Dufresne était de passage à Saint-Paul Amsterdam aux mois de novembre et décembre 2013 au moment où la déclaration des statuts était enregistrée en préfecture et paraissait au Journal Officiel.










Faire Vivre le souvenir des Oubliés de Saint-Paul
Association déclarée par application de la

loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901.




A la fin du 19e siècle, la France pour affirmer sa souveraineté sur les îles australes de l’Océan Indien (Crozet Kerguelen Saint-Paul Amsterdam) convoitées par Anglais et Australiens donne la concession des îles Kerguelen aux frères Henry et René Bossières qui obtiendront plus tard la concession de l’île Saint-Paul. 



En 1928, les Bossières décident d’exploiter la pêche à la langouste. Ils fondent « La Langouste Française » qui recrute des pêcheurs bretons de la région de Concarneau et des ouvriers malgaches. 




Après une première campagne d’été relativement prometteuses, à la fin d’une nouvelle campagne estivale, en février 1930 , six Bretons et un Malgache acceptent d’assurer la maintenance des installations durant l’hivernage parmi eux un couple , Victor et Louise Brunou.



Le bateau ravitailleur promis ne passe pas. Louise  Brunou donne naissance à une petite Paule qui décédera au bout de 2 mois,  Emmanuel Pulloc’h, François Ramamonzi, Victor Brunou, Pierre Quillivic décèdent du béribéri ou périssent en mer.



Les difficultés financière et de gestion rencontrées par les Bossières font que la relève ne se fait que le  6 décembre 1930. Les survivants restent à trois, Louis Herlédan, Julien le Huludut et Louise Brunou. La nouvelle des décès arrive en métropole, c’est le scandale.



Une nouvelle campagne de pêche est cependant organisée par les Bossières. Julien Le Huludut et Louise Brunou décident d’y prendre part jusqu’en mars 1931.  Une épidémie de béribéri décime les travailleurs malgaches. En 1931, l’exploitation de la pêcherie est abandonnée. Les Bossière sont ruinés et déshonorés.  La justice va condamner la Langouste Française à indemniser les survivants et les familles.




A ce jour, malgré les nombreux écrits et récits, la mémoire de cette triste aventure s’efface inexorablement. Les concessions des tombes des survivants ne sont pas renouvelées, le souvenir de ces évènements s’efface dans la mémoire collective.  Aucune rue, aucune plaque, aucune stèle ne sont dédiées aux oubliés de Saint-Paul.





Contact  et adhésion

Personne physique :  10 €
Personne morale    :   20€



Dominique Virlouvet
12 rue d'Helliant

29140  Rosporden

adresse mail

oubliesdesaintpaul@live.fr




1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour depuis le Sénégal
je suis jean pierre CARRER
J'ai navigué sur le SPAMER dans les années 60 ancien navire de la worms transformé en chalutier et pêcheur de langoustes on enroulait les pécheurs à Tamatave et à la pointe des galets Histoire ancienne
listout17@yahoo.fr