Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

25 août 2019

Transport Maritime Marseille Aide Bateau le Destin transport de savons de Marseille pour Agde

Du connaissement 

Par un courrier adressé de Marseille, Monsieur ROMAGNAC transitaire, le 9 octobre 1806, adresse à Monsieur Bousquet à Agde un connaissement qu'il remet au Capitaine Reynaud concernant 25 caisses de savon destinées à Monsieur Boudreau-Lalande.


Le connaissement est inséré dans l'enveloppe cacheté. Le courrier remis au capitaine va voguer vers Agde par le bateau le Destin



Une note manuscrite précise des dates d'envoi et de réponse à la lettre. 
Marseille le 9. 8 bre. 1806 (octobre)
reçu le 12
rep le en blanc



Le connaissement :




Le connaissement est le titre qui est remis par le transporteur maritime, ou son représentant, à l'expéditeur propriétaire de la marchandise en reconnaissance des marchandises que son navire va transporter.



Sur ce document sont consignés la nature, le poids et les marques des marchandises embarquées. Cette pièce est signée par le capitaine après réception des marchandises, avec l’engagement de les remettre dans l’état où il les a reçues, au lieu de destination, sauf périls et accidents en mer.

Le connaissement doit être établi en quatre exemplaires. Le document original n'est pas un titre de propriété de la marchandise, mais il est représentatif des marchandises et il est négociable. Les trois autres exemplaires sont destinés au capitaine du navire, à l’armateur et au vendeur.


Le bateau qui va transporter le savon est Le Destin  le capitaine est J. L. Reynaud. Le transitaire est M Romagnac qui l'expédie à M. Bousquet charge à lui de le transmette à l'acheteur.

Le connaissement a trois fonctions : c'est une preuve de réception de la marchandise par le transporteur, qui la prend juridiquement en charge ; cela sert également de titre de propriété sur la marchandise pendant le voyage ; et enfin le connaissement reprend les termes du contrat de transport
Le retrait de la marchandise au port de destination prévu ne peut se faire que sur présentation et remise de l’original endossé, les autres devenant caducs. Dans les faits, il arrive que les connaissements ne soient pas disponibles à l'arrivée du navire, il reste malgré tout possible de délivrer la marchandise sous réserve d'obtenir une lettre de garantie bancaire, mais cette démarche est sujette à problèmes.

Le connaissement, qui constitue à la base un contrat de transport, est aussi un effet de commerce : il s'agit d'un titre endossable.

Aucun commentaire: