Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

12 avr. 2017

PHM EV JACOUBET Corymbe 136 passage de la ligne

PHM EV JACOUBET Corymbe 136

passage de la ligne



Le 21 février 2017, le Patrouilleur de haute Mer (PHM) Enseigne de vaisseau Jacoubet a appareillé de Toulon pour un déploiement de trois mois dans le golfe de Guinée pour le 136ème mandat de la mission Corymbe.

Après deux jours de mer marqués par des conditions météorologiques soutenues, le bâtiment a embouqué le détroit de Gibraltar au lever du jour passant ainsi sous le contrôle opérationnel du commandant de la zone maritime Atlantique.

SPID ROISSY 10-4-2017




L’Enseigne de vaisseau Jacoubet patrouille maintenant vers Dakar, sa première escale durant laquelle il prendra le relais du PHM Commandant L’Herminier, son homologue brestois, afin de prolonger ainsi l’investissement de la France dans la sécurisation maritime du golfe de Guinée.

Un bâtiment français est déployé en mission Corymbe de façon quasi permanente dans le golfe de Guinée depuis 1990. La mission a deux objectifs majeurs : participer à la protection des intérêts français dans la zone et participer à la diminution de l’insécurité maritime, en aidant les marines riveraines à renforcer leurs capacités d’action dans les domaines de la sécurité et de la surveillance maritime


Le patrouilleur de haute mer Enseigne de vaisseau Jacoubet a officiellement pris à Dakar le flambeau de la mission Corymbe 136 le 1er mars 2017, par le TOA (Transfer Of Authority) avec le Commandant l’Herminier, son homologue brestois. C’est en effet ce masque africain qui symbolise la quasi-permanence des unités françaises dans la région au travers d’une transmission physique du fameux masque à l’occasion de la relève.

Depuis le 4 mars, date de l’appareillage, le bâtiment a débuté sa patrouille opérationnelle en mettant cap sur Conakry, en Guinée, l’occasion de travailler en coopération avec le Falcon 50M de la Marine nationale basé à Dakar dans le cadre de la surveillance des approches maritimes. Cette coopération est multilatérale, les patrouilles étant systématiquement conduites en lien avec les centres de surveillance locaux des pays du golfe.

L’Enseigne de vaisseau Jacoubet a pu également participer aux périodes d’instruction opérationnelles (PIO) au profit des marines des pays dans lesquels le bâtiment a fait escale : d’abord en Guinée avec des conférences et exercices sur les opérations de visite à bord de bâtiments suspects, la police des pêches, la lutte contre les incendies à bord, la manœuvre et enfin la médecine de combat. Ensuite, c’est au Sénégal qu’ont eu lieu des entraînements communs à la plongée opérationnelle.



Prochaine étape au Cameroun pour des instructions sur la conduite nautique, la réalisation d’un audit électrique, une initiation à la soudure et une instruction en mécanique de propulsion.

Outre ces PIO, les escales sont aussi mises à profit pour développer les liens de partenariats, qui commencent par des rencontres à terre, afin de favoriser les échanges en mer : la visite du COM (Centre des opérations maritimes) de Conakry a ainsi permis de mieux comprendre les méthodes de travail et les contraintes de chacun.

En quittant Conakry pour Dakar, la coopération avec les marines alliées était de mise, l’Enseigne de vaisseau Jacoubet ayant pu conduire un exercice d’évolutions (EVOLEX) avec deux dragueurs de mines canadiens, les HMCS Summerside et Moncton, et un entraînement au ravitaillement à la mer.



Un début de mission dense, où la coopération est le mot d’ordre, à terre comme en mer !


Merci à JEF pour le pli

Aucun commentaire: