Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

22 oct. 2016

La monarchie canadienne Elisabeth II Reine d'Angleterre et du Canada

Elizabeth Deux, par la grâce de Dieu, Reine du Royaume-Uni, du Canada et de ses autres royaumes et territoires, Chef du Commonwealth, Défenseur de la Foi



Et oui la Reine d'Angleterre est aussi Reine du Canada... et le Canada une monarchie!

Difficile quand on est au Canada d'échapper à la Reine d'Angleterre et à la famille royale. A mon arrivée William et Kate terminaient un séjour en Colombie Britannique et au Yukon.

Et puis quand vous retirez des fonds dans un distributeur, le billet de 20$ en polymère est à l'effigie de la souveraine.









Le portrait de la reine Elizabeth II, chef d’État du Canada, a été gravé par Jorge Peral, vice-président de la conception et maître graveur à la Compagnie canadienne des billets de banque limitée. La gravure est inspirée d’une photographie prise par Ian Jones, commandée par la Banque et reproduite sous forme d’image holographique.








Je vais donc essayer de vous présenter brièvement et philatéliquement la Reine du Canada



William et Kate actuellement en visite au Canada, un pays dont sa grand-mère Elizabeth est toujours le chef de l’Etat et dont il est susceptible de devenir le roi un jour. Pourtant, la monarchie britannique n’est pas particulièrement populaire au Canada, comme l’a montré un sondage, qui a indiqué que plus de la moitié des Canadiens préféreraient un chef d’Etat canadien


roi George V vers 1925



Depuis le 16ème siècle, lorsque les premiers colons européens sont arrivés en Amérique du Nord, des monarques anglais, les français et britanniques ont régné sur les différentes contrées du Canada.


George V (né George Frederick Ernest Albert, 3 juin 1865 - 20 janvier 1936) fut roi du Royaume-Uni et des dominions (Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Irlande1), et empereur des Indes du 6 mai 1910 jusqu'à sa mort.

George était le petit-fils de la reine Victoria et du prince Albert et le cousin germain du tsar Nicolas II de Russie et de l'empereur Guillaume II d'Allemagne. De 1877 à 1891, il servit dans la Royal Navy et atteignit le grade de capitaine de frégate. À la mort de Victoria en 1901, le père de George devint roi sous le nom d'Édouard VII et George fut fait prince de Galles. À la mort de son père en 1910, il lui succéda en tant que roi-empereur de l'Empire britannique sous le nom de George V. Il fut le seul empereur des Indes à assister à son darbâr à Delhi.

George V et la reine Mary

À la suite de la Première Guerre mondiale, l'Empire britannique atteignit son étendue maximale. En 1917, il devint le premier monarque de la Maison de Windsor après avoir renommé la Maison de Saxe-Cobourg et Gotha en raison des sentiments antigermaniques au Royaume-Uni. Son règne vit la montée en puissance du socialisme, du communisme, du fascisme, du républicanisme irlandais et de l'indépendantisme indien qui changèrent radicalement le paysage politique. Le Parliament Act de 1911 établit la suprématie de la Chambre des communes élue par le peuple sur la Chambre des lords dont les membres sont nommés par le souverain. En 1924, George V nomma le premier Premier ministre britannique travailliste Ramsay MacDonald et en 1931, le Statut de Westminster supprima les droits d'ingérence sur les dominions au sein du Commonwealth of Nations. Victime de problèmes de santé dans les dernières années de son règne, il mourut le 20 janvier 1936 et son fils aîné Edward lui succéda sous le nom d'Édouard VIII.




Lorsque le pays a franchi la première étape de son indépendance en 1867, en réunifiant ses provinces, ses architectes ont souhaité que le souverain britannique dirige le gouvernement dont ils avaient développé les plans sur le modèle de Westminster.








Lorsque le gouvernement britannique a reconnu l’indépendance du Canada, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de l’Afrique du Sud, de l’Irlande et de Terre-Neuve en 1931, les Canadiens ont choisi de garder la monarchie britannique. A son couronnement, en 1953, la reine Elizabeth n’est pas seulement devenue reine d’Angleterre, mais aussi Reine du Canada, de l’Australie et de Tuvalu.



Cela explique pourquoi son portrait figure sur un certain nombre de pièces de monnaie et sur le billet de 20 dollars canadiens mis aussi pourquoi les nouveaux citoyens canadiens prêtent serment à la reine et le fait que chaque nouvelle session du Parlement du Canada commence par un discours du trône.



En général, le trône britannique est représenté par le gouverneur général ou l’un des dix lieutenants généraux. Ce groupe a une fonction essentiellement cérémonielle, mais les politiciens qui la négligent peuvent s’exposer à des ennuis.



La remise en question de la souveraineté britannique est donc très peu probable, d’autant qu’un tel changement réclamerait d’innombrables négociations constitutionnelles qui prendraient du temps.









Malgré tout, cette question reste un sujet sensible. L’administration actuelle a manifesté sa proximité avec la Royauté britannique, en prenant ses distances avec le gouvernement libéral qui a remplacé l’ancien drapeau canadien qui comportait un “union jack” dans un de ses coins, par le drapeau actuel avec la feuille d’érable rouge sur fond blanc. 





Le Premier ministre Stephen Harper a ainsi demandé que l’on remette le mot “Royal” dans les noms la Royal Canadian Navy et la Royal Canadian Air Force. En outre, John Baird, le ministre des Affaires etrangères, a suscité la polémique lorsqu’il a remplacé un tableau mural d’un peintre québecois, Alfred Pellan, qui figurait dans son cabinet depuis une vingtaine d’années, par un portrait de la Reine d’Angleterre.




La Reine Victoria




La fête de l’anniversaire de la reine Victoria, le 19 mai, est donc célébrée au Canada, où elle fait l’objet d’un jour férié. Si quelques Canadiens célèbrent encore la journée avec un sentiment royaliste, la plupart n’y voient plus qu’une occasion de profiter d’un jour de congé et de fêter le début de l’été.















Merci à Mario pour ces timbres

Aucun commentaire: