Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

17 déc. 2015

Marcophilie navale service de recherche du courrier

Marcophilie navale  service de recherche du courrier


Le Vauquelin est désarmé le 6 novembre 1986, avant de devenir le Q654, le 6 avril 1987. Il a été utilisé, de 1988 à 2001, comme bâtiment cible dans le cadre d'expérimentations de tirs de missiles au profit de la DGA (Crotale NG), puis à partir de 2001 comme brise-lames à Toulon.
Courrier en date du 25/10/1991 à destination du EE Vauquelin mention manuscrite bâtiment désarmé



Le 12 septembre 1973 Pierre Messmer, Premier ministre, Robert Galley signait le décret créant le service unique de la poste aux armées.




En 1992, on comptait 22 bureaux (BPM et BPN) en métropole, 16 en opérations extérieures et à l'étranger, 6 en Polynésie et 17 en Allemagne soit 61 BPM et BPN.
Paris Tri Armées  puis Interarmées est implanté caserne de Reuiilly à Paris 12e. C'est un centre de tri avec tous les organismes centralisateurs et les organismes postaux militaires et navals, bureau d'échange international...
6 brigades pouvaient se relayer pour traiter le courrier.

Un centre de recherche du courrier fiut installé dans le centre de tri interarmées. Il dépendra de la direction centrale dans les années 1980.  Dénommé Centre de recherche du courrier militaire (CRCM) il deviendra Centre de recherche du courrier des armées (CERCA) au 1er janvier 1990.


organigramme du Centre de Tri Interarmées avec mention du Cerca 

C'est l'équivalent du centre de recherche du courrier de Libourne pour le courrier civil. Il centralisait tous les objets de correspondance en provenance des BPM, BPN, BN, BPI et de la Poste qui n'avaient pu être remis à leur destinataire pour diverses raisons : destinataire inconnu, adresse erronée ou imprécise.

Seul le responsable du CERCA était habilité à ouvrir les objets de correspondance. S'il était possible suite à l'ouverture d'identifier l'expéditeur ou le destinataire, le courrier était réexpédié le jour même.
95% des objets étaient réexpédiés le jour même.
En cas de non identification, les objets étaient versés au REBUT  et conservés avant d'être détruits. Lesobjets avec des valeurs étaient transmis au CRC de Libourne.

Le CERCA était muni d'un timbre à date.

Le pli destiné au Vauquelin porte un cachet humide sur trois lignes :

Adresse complétée par le Service des Recherches du Courrier de la Poste navale.

Je ne retrouve pas ce service de la Poste navale dans le livre de Pierre Couesnon "Le service postal dans les armées 1968-2010"



Aucun commentaire: