Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

24 avr. 2015

Dragueur océanique Colmar M 624 Charles de Gaulle école navale

Visite du Général De Gaulle 1965
à l'école navale 


Le général de Gaulle s'est rendu, le 15 février 1965, en Bretagne, pour visiter l'École navale.

Arrivé à 10 h 30 à la B.A.N. de Landivisiau à bord d'un biréacteur « Caravelle », le Président de la République a été accueilli par M. Eriau, préfet du Finistère, l'amiral Amman, préfet maritime de la IIe Région, M. Semé, sous‑préfet de Morlaix, le capitaine de vaisseau Peteseh, commandant l'Aéronautique navale de la IIe Région, et le C. V. Jacquin, commandant la base, ainsi que par plusieurs personnalités civiles et militaires.




Le général de Gaulle était accompagné de M. Pierre Messmer, ministre des Armées, de l'amiral Cabanier, chef d'état‑major de la Marine, de l'amiral Barthélémy, commandant en chef pour l'Atlantique, des vice‑amiraux Philippon, chef de l'état‑major particulier du Président .de la République,. et Bailleux, directeur du personnel militaire de la Marine, ainsi que du capitaine de vaisseau Labrousse, chef de cabinet du chef d'état‑major de la Marine.

Quelques instants plus tard, le général de Gaulle prenait place à bord d'un hélicoptère, les personnalités de la suite montant à bord de trois autres appareils.

A 11 heures, à Lanvéoc‑Poulmic le Président de la République était accueilli par le capitaine de vaisseau Yves Bourdais, commandant de l'École navale, l'I.C.D. T. Gendrot et M. Paul Guth, architecte de l'École navale.




Après l'exécution de la « Marseillaise » et le salut au drapeau, le général a passé en revue les deux promotions tandis que la musique jouait « La Marche lorraine ». Il s'est fait présenter les professeurs en toges et les officiers puis a assisté au défilé des élèves de l'École navale.

Dans le bureau du C. V. Bourdais, le Président de la République a écouté un exposé sur le fonctionnement de l'école et sur les projets d'extension. Il a ensuite signé le Livre d'Or et s'est rendu à l'amphithéâtre « Richelieu », où il a prononcé une courte allocution devant les élèves rassemblés, déclarant en substance :
La Marine est aujourd'hui, par excellence, l'arme de défense et d'attaque sur l'eau, sous l'eau et dans les airs. Nous êtes les futurs officiers de cette Marine. Vous serez les premiers à avoir entre les mains l'arme nouvelle, l'arme ... atomique.



Le cortège officiel s'est ensuite rendu sur une hauteur voisine, permettant de découvrir l'ensemble du site entourant l'école. Le général de Gaulle a gagné alors le Cercle Borda, vaste rotonde surplombant la mer où, un apéritif étant servi, il s'est entretenu avec une délégation d'élèves et en particulier avec des élèves officiers des nations étrangères représentées à l'école. Après le déjeuner, il a visité les bâtiments et installations érigés face à la mer.

A 15 h 30, le général s'est rendu à la pointe de Pen‑Hir, qui se trouve à l'extrémité de la presqu'île de Crozon. En cet endroit, balayé par le vent, rongé par la mer, à proximité de ces Tas de Pois tellement connus de tous les marins, est érigée une croix de Lorraine de granit gris. A la base du monument, édifié à la mémoire des Bretons tombés au champ d'honneur dans les F.F.L., on lit un vers de Baudelaire : « Homme libre, toujours tu chériras la mer. »

Le général de Gaulle a déposé une gerbe de fleurs tricolore en forme de croix de Lorraine. Les honneurs étaient rendus par un détachement de la Marine nationale et un détachement d'infanterie de Marine.

De retour à Lanvéoc‑Poulmic à 16 heures, le Président de la République s'est rendu sur la jetée d'où il a assisté au défilé des bateaux de l'École navale, et en particulier des goélettes l'Étoile et la Belle‑Poule. 


Embarquant ensuite à bord du dragueur océanique Colmar, le général de Gaulle a pu voir les dragueurs côtiers de la 22e D.LD.R.A. Glycine, Églantine, Aconit, Lobelia, puis les escorteurs rapides de la 7e D.E.R. Le Breton, Le Basque et Le Champenois. Tandis que les escorteurs tiraient les vingt et un coups de canon réglementaires, les marins, rangés à la bande, criaient par trois fois « Vive la République ».




A 17 heures, le chef de l'État arrivait en Penfeld après que son passage eût été salué de vingt et un coups de canons tirés par le porte‑avions Foch. A 17 h ro, le Colmar s'immobilisait le long d'un ponton. Le général de Gaulle, après avoir passé en revue les jeunes mousses du groupe Armorique qui rendaient les honneurs et salué le drapeau tandis que retentissait la « Marseillaise », jouée par la fanfare des mousses, était accueilli sur le quai par MM. Le Goasguen, député de Brest, Lombard, maire de la cité du Ponant, l'ingénieur de Marine Paraire, major général du port, les C.V. Drogou, directeur du port, et Clotteau, chef d'état‑major de la III Région, et toutes les personnalités civiles et militaires.

Le général s'est aussitôt rendu au P.C. souterrain où l'amiral Barthélémy, commandant en chef pour l'Atlantique, lui a présenté les installations. De son côté, l'amiral Amman a exposé la situation du port de Brest et ses perspectives d'avenir.

A 18 h 20, le Président de la République gagnait les appartements qui lui avaient été réservés à la Préfecture maritime.

Le 16 février, le général de Gaulle a quitté Brest pour se rendre à Coetquidan, où il a visité l'École spéciale militaire interarmes.


Les dragueurs de mines océaniques de type MSO se différencient des dragueurs côtiers de type MSC (Mine Sweeper Coastal) et des dragueurs de petits fonds de type MSI (Mine Sweeper Inshore) par leur aptitude au travail en eau profonde.

Dans l'attente des nouveaux chasseurs de mines tripartite classe Eridan, cinq de ces dragueurs furent complètement refondus et transformés en chasseurs de mines de 1976 à 1979.
Leur désignation devint officiellement chasseurs de mines type Dompaire (furent ainsi refondus les : Dompaire, Mytho, Cantho,Garigliano et Vinh Long).





Aux Archives sous la côte   2C104 COLMAR 

N° de coque : M624 Origine : U.S.A. 
Type : M.S.O. Dragueur océanique Chantier de construction : Peterson Builders MC Sturgeon Boywisconsin 

Date de mise sur cale : 20 avril 1955 Date de lancement : 29 octobre 1955 Date d’armement pour essais : Date d’admission au service actif : 30 mai 1957 Date de retrait du service actif : 30 mai 1957 Date de désarmement : 

Rapports de prise de commandement : 2C104/1 21/11/1956 - C.C. BIZOT-ESPARD 11/01/1958 - De la MOTTE DREUZY 27/10/1958 - C.C. VEDEL 30/08/1962 - C.C. MENAGE 23/11/1964 - C.C. ASTIER • Rapports de fin de commandement : 11/01/1958 - C.C. BIZOT-ESPARD 27/10/1958 - C.C. De la MOTTE DREUZY 28/10/1959 - C.C. VEDEL 12/07/1962 - C.C.JACOLOT 07/09/1965 - C.C. ASTIER • Rapports d’activité + fiches de mouvements : 1957 – 1962 : 24 rapports • Rapports d’inspection générale : 1959 : 1 rapport • Rapport sur le moral : 1959 – 1962 : 1 rapport 


Journaux de bord : 21/11/1956 – 31/12/1959 (16 journaux) 2C104/2 01/01/1960 – 31/12/1964 (26 journaux) 2C104/3 01/01/1965 – 20/10/1965 ( 4 journaux) • Journaux de navigation : 28/12/1956 – 19/11/1959 (22 journaux) 2C104/4 12/01/1960 – 23/06/1960 ( 5 journaux) 27/03/1961 – 11/10/1963 (23 journaux) 01/01/1964 – 22/12/1964 ( 4 journaux) 2C104/5 20/01/1965 – 12/10/1965 ( 5 journaux) • Journaux d’opérations et de dragage : 1962 – 1965 ( 8 journaux)

Courrier départ (NP) : - Registre de préparation au combat - Rôles - Service intérieur ordres officier en second - Fiches caractéristiques - Registres de punitions équipage – officiers-mariniers 2C104/6 - Correspondance avec la ville de « Colmar » 1957 : - Timbre SG 1958 – 1959 : - Timbre SG 1961 : - Timbre OP - Ordres officier en second 1962 - 1964 : - Ordres du commandant et officier en second 1964 : - Timbre SG - Ordre de débarquement et congédiement - Ordres d’embarquement 1965 : - Ordres du commandant et officier en second - Ordres de débarquement – congédiements - Ordres d’embarquement - Timbre SG IV – CORRESPONDANCE A L’ARRIVEE • Courrier arrivée (NP) : 1956 : - Personnel officiers 1957 : - Mission d’armement des dragueurs aux Etats-Unis 1958 – 1963 : - Divers 1961 : - Cantho – Vinh-long 1962 : - Ordres de débarquement 1963 : - Ordres de débarquement - Personnel officiers 1964 : - Ordres de débarquement - Ordres d’embarquements - Personnel officiers 2C104/7 1965 : - Prévision d’activité - Ordres d’embarquements - Ordres de débarquements - Instruction permanente n° 5 corvettes M.S.C. V – TRANSMISSIONS 1958 – 1959 : - Registres des communications (17 registres) 2C104/8 1959 – 1962 : - Registres des communications (28 registres) 2C104/9 1963 – 1965 : - Registres des communications (16 registres) VI – DOSSIERS - Orphelins chefs de famille – Soutiens de famille - Constat après décès - Propositions médailles militaires 1961 – 1965 : - Mission en R.F.A. (avril – mai) - Discipline justice – tenues - Dossier de mise en garde 2C104/10 - Rapport de campagne de mesure - Dragage – avaries – pertes – divers - Descriptif machines – Elec – Man – Sécurité 1958 : - Grand carénage 1965 : - Grand carénage - Dossier de désarmement 



La coque du type MSO a été conçue par Philip L. Rhodes (1895-1974). Il a incorporé les techniques de nouvelles constructions qui ont permis de réduire d'environ 50% le poids de la coque. Les machines et les composants internes utilisent des matériaux non ferreux ou non magnétiques pour une signature magnétique minimum. Au momernt de sa construction, le type MSO a été considéré comme le bateau le plus complexe et le plus novateur, mais il coûtait cher. Il était capable de draguer les mines à orins et les mines à influences magnétiques et acoustiques.

Le pont arrière est dégagé pour recevoir les apparaux des différentes dragues :
treuils et tambours de dragage
potences pour la mise en oeuvre des différentes dragues.
Diverses dragues : mécaniques, magnétiques, acoustiques et explosives

Aucun commentaire: