Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

25 févr. 2015

Nizon et l'inspiration de Gauguin

Le calvaire de Nizon  
Sur la route entre Concarneau et Pont-Aven


Il m'arrive souvent de prendre le chemin des écoliers pour aller d'un point à un autre, de faire l'école buissonnière.  Le vent, la pluie, la grêle et même un arc en ciel m'ont donné envie de voir ou revoir les couleurs chaudes de Gauguin, de voir un christ jaune ou celui, vert cette fois, immortalisant le calvaire de Nizon aujourd'hui hameau de Pont-Aven. En absence de courrier marin, 

je vous invite à la découverte de ce village où de petites étiquettes invitent à une bretonisation des panneaux routiers.


En Breton photo (c) JM Bergougniou

et j'ai même pris le temps de faire une aquarelle… Il ne faisait pas chaud




photo (c) JM Bergougniou



L'église Saint-Amet est en forme de croix avec double transept et possède un chevet droit. 

Comme dans de nombreuses chapelles en Cornouaille, les arcades qui séparent la nef des bas-côtés ne sont pas symétriques.




photo (c) JM Bergougniou


Au Sud de l’église Saint-Amet, à quelques pas, sur la place où se trouvait le cimetière, désaffecté depuis 1923, se dresse un vieux calvaire, à fût bosselé et sculpté dans un même bloc de granit.


Il porte une croix à double face présentant d'un côté le Christ, de l'autre la Vierge portant dans ses bras l'Enfant Jésus.


Au côté Est, on aperçoit un buste d’homme portant la Véronique, qui montre la Sainte Face, puis, plus haut, saint Jean et la Sainte Vierge.

photo (c) JM Bergougniou

Au côté Ouest, on observe un petit autel en granit, puis une pièta. Les colonnettes qui encadrent la Mère de douleurs portent saint André avec sa croix et un abbé, qui peut être saint Amet. On se rend compte que le corps du Christ a perdu ses jambes et sa tête.



photo (c) JM Bergougniou



Plus haut, un buste soutient un Ecce Homo. Plus haut encore, apparaissent Marie et saint Jean.



photo (c) JM Bergougniou

Ce calvaire fut réparé entre 1882 et 1886, M. Milin étant recteur, M. de La Villemarqué maire.

Plaque de la rénovation du calvaire photo (c) JM Bergougniou



Ce calvaire est célèbre puisqu'il inspire Paul Gauguin pour sa toile "Le Christ vert" en 1889. 

Il reprend la scène de descente de croix : la Vierge, entourée de Marie-Madeleine et Marie-Salomé, tient le Christ mort sur ses genoux. 
la Piéta du calvaire photo (c) JM Bergougniou






"Gauguin est venu ici pour des raisons financières. Pont-Aven est un petit trou pas cher que lui a conseillé le peintre Jobbé Duval. Petit trou car effectivement un dicton précise « Pont-Aven, ville de renom, 14 moulins, 15 maisons »"

Mais au lieu de laisser la scène dans les terres, il déplace la sculpture dans un paysage de dunes du Pouldu. Un personnage passe devant le calvaire, avec un agneau noir sans même y prêter attention.


Le Christ en croix photo (c) JM Bergougniou

Les nodosités sur le fût de la croix indiquent que le calvaire a été érigé à une époque d'épidémie : on invoquait les forces divines pour obtenir la cessation d'un fléau.

RENNET GANT TUD AR BARREZ  photo (c) JM Bergougniou
De chaque côté du maître-autel, deux dalles funéraires portent des armoiries dont celles de Plessis-Nizon. Le patron de l'édifice, abbé de Luxeuil, remplace le saint d'origine, saint Thamec.
Les statues de saint Amet, saint Michel et Notre-Dame du Bon-Secours ornent autels et piliers.



Bannière photo (c) JM Bergougniou


Fontaine photo (c) JM Bergougniou 



Sur la place du bourg, un ensemble architectural de grande valeur composé de l’église, la fontaine et le calvaire. Avant le réaménagement du bourg, le cimetière entourait l’église.












photo (c) JM Bergougniou


L’église en forme de Croix de Lorraine date du 16ème siècle. 



Elle est dominée par un clocher à galerie du 18ème accostée d’une grosse tour à dôme.
















A l’intérieur, de belles statues polychromes proviennent des différentes chapelles de la commune, ici rassemblées par l’Abbé Quéau. 

Crucifix photo (c) JM Bergougniou

Dans une vitrine, une présentation de crucifix, ensemble rare en Bretagne, don d’un collectionneur à la commune. Le maître autel en granit est le seul vestige de la chapelle de Saint Maudé encadré par 2 dalles tumulaires aux armoiries des Plessis-Nizon. 

Saint Yves photo (c) JM Bergougniou





Piéta photo (c) JM Bergougniou

Sainte Anne photo (c) JM Bergougniou

Saint Moris photo (c) JM Bergougniou

Saint Michel photo (c) JM Bergougniou

la nef photo (c) JM Bergougniou

Saint Louis Roi photo (c) JM Bergougniou

la nef photo (c) JM Bergougniou

certainement les restes d'un ancien jubé photo (c) JM Bergougniou

photo (c) JM Bergougniou

Les vitaux modernes de Job Guével aux couleurs chatoyantes et aux jointures coulées dans le béton datent du milieu des années 1950. On peut aussi y admirer un tableau représentant une descente de croix et un arbre « généalogique » des enfants de la paroisse entrés dans les ordres.

photo (c) JM Bergougniou
Ajouter une légende


beau porche à proximité de l'église  photo (c) JM Bergougniou

Aucun commentaire: