Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

8 févr. 2015

l'Aviso Jean Moulin part pour sa déconstruction

Aviso Jean Moulin

Le correspondant d'Envelopmer à la pointe Bretagne nous signale le départ éminent de l'ancien aviso Jean Moulin pour la casse… si le temps le permet. Il sera tiré par le remorqueur Multratug 4 jusqu'au chantier Galoo. 





Mais revenons sur Jean Moulin


"Voilà donc plus de vingt ans que Jean Moulin partit, par un temps de décembre sans doute semblable à celui-ci, pour être parachuté sur la terre de Provence, et devenir le chef d'un peuple de la nuit. Sans la cérémonie d'aujourd'hui, combien d'enfants de France sauraient son nom ? Il ne le retrouva lui-même que pour être tué ; et depuis, sont nés seize millions d'enfants… "      André MALRAUX 19 décembre 1964





Comme Leclerc entra aux Invalides, avec son cortège d'exaltation dans le soleil d'Afrique et les combats d'Alsace, entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège. Avec ceux qui sont morts dans les caves sans avoir parlé, comme toi ; et même, ce qui est peut-être plus atroce, en ayant parlé ; avec tous les rayés et tous les tondus des camps de concentration, avec le dernier corps trébuchant des affreuses files de Nuit et Brouillard, enfin tombé sous les crosses ; avec les huit mille Françaises qui ne sont pas revenues des bagnes, avec la dernière femme morte à Ravensbrück pour avoir donné asile à l'un des nôtres. Entre, avec le peuple né de l'ombre et disparu avec elle - nos frères dans l'ordre de la Nuit... Commémorant l'anniversaire de la Libération de Paris, je disais : « Ecoute ce soir, jeunesse de mon pays, ces cloches d'anniversaire qui sonneront comme celles d'il y a quatorze ans. Puisses-tu, cette fois, les entendre : elles vont sonner pour toi. » 


André MALRAUX 19 décembre 1964



Jean Moulin, né le 20 juin 1899 à Béziers (Hérault) et mort le 8 juillet 1943 à Metz (Moselle), est un haut fonctionnaire (préfet d'Eure-et-Loir) et résistant français.

En septembre 1941, il rejoint la France libre à Londres en passant par l’Espagne et le Portugal. Il est reçu par Charles de Gaulle à qui il fait un compte rendu de l’état de la Résistance en France et de ses besoins, notamment financiers et en armement.







À l'issue de quelques entretiens, il est envoyé à Lyon pour unifier les mouvements de la Résistance. Il est arrêté à Caluire, dans la banlieue de Lyon, le 21 juin 1943 et conduit au siège de la Gestapo. Il meurt dans le train qui le transporte en Allemagne peu avant le passage de la frontière, le 8 juillet 1943. Son décès est enregistré en gare de Metz.





Il dirigea le Conseil national de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Il est souvent considéré comme l'un des principaux héros de la Résistance. Il est nommé général de brigadeà titre posthume lors de la Libération, puis général de division en novembre 19463.













Cinquième aviso du type A69, le Jean Moulin est spécialisé dans la lutte anti-sous-marine côtière, mais sa polyvalence lui permet de remplir des missions de défense des approches maritimes, de surveillance et d'escorte en haute mer ainsi que de présence outre-mer. Mis sur cale le 15 janvier 1975 à Lorient, il est lancé le 31 janvier 1976, et entre en service le 11 mai 1977.








A partir du 1er juin 1992, il est rattaché au Groupe d'Action Sous-Marine (GASM). Au sein de ce groupe, sa carrière sera marquée par une mission Sharp Fence de contrôle de l'embargo à l'encontre des pays de l'ex-Yougoslavie (avril-mai 1993), et l'opération Espadon d'évacuation de ressortissants de la Sierra Leone, en proie à des troubles à la suite d'un coup d'Etat, vers la Guinée (mars-juin 1997).



Affecté, dans un premier temps, à la 2e division d'avisos de la flottille des bâtiments légers de l'Atlantique, il est basé est Brest. De là, il effectue jusqu'en 1986 plusieurs missions en Afrique de l'Ouest et une aux Antilles-Guyane (1984). 




D'août 1986 à août 1987, il est affecté aux Forces Maritime du Pacifique, comme bâtiment de zone. Basé à Nouméa, il fera quelques missions de surveillance maritime, puis il rentre à Brest en novembre 1987 et il réintègre la 2e division d'avisos




L'aviso Jean Moulin est retiré du service actif le 14 mai 1999, mis en réserve spéciale le 2 juillet de la même année. Le bâtiment devait être vendu à la Turquie en 2000, mais les négociations n'ont pas abouties. Le bâtiment est placé sous la responsabilité de la base navale de Brest le 27 juillet 2001, mais il faudra alors attendre près de 10 ans, pour que cet aviso soit officiellement condamné, le 30 juin 2009. Sa coque prend le numéro Q 834, elle est destinée à la déconstruction.



En attendant sa démolition, le Jean Moulin sert un temps de brise-lames sur le plan d'eau de Lanvéoc.

Brise-lames devant Lanvéoc © JM Bergougniou

Aucun commentaire: