Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

23 nov. 2014

Cherbourg lancement du SNA Perle 22 septembre 1990

Cherbourg lancement du SNA Perle 22 septembre 1990

La semaine prochaine se tiendra à Lorient la Journée du sous-marin. 



La journée nationale du sous-marin se déroulera le 27 novembre 2014 à Lorient sur le site de la base des sous-marins de Keroman, un lieu symbolique pour les Forces sous-marines françaises. A Lorient sont nés et ont été développés la plupart des enseignements techniques et stratégiques qui ont permis à la France de se doter d’une force sous-marine moderne.








Programme

9h30 : Messe solennelle du souvenir en l’église Saint Louis de Lorient

11h15 : Cérémonie militaire au monument aux morts, place Glotin

13h30 - 17h30 : Conférences

René Estienne. Kéroman, histoire du site comprenant l'édification de la BSM par les allemands

Camille Sellier : Sous-marins d'attaque français. L'escadrille des sous-marins de l'Atlantique, de la fin de la guerre à 1994

Thierry d'Arbonneau : La dissuasion française

Intervenant SDNCS : SNA Barracuda et les sous-marins du futur

15h : Aubade du Bagad de Lann-Bihoué



Inauguration du musée sous-marin Flore 30-4-2010 Lorient quai des Indes


Toute la journée, expositions sur les forces sous-marines (thèmes : "des sous-marins classiques aux sous-marinss nucléaires" "De Kéroman à nos jours"), stands exposants (DCNS réalité virtuelle, marcophilie, "Salon du livre" sur le thème des forces sous-marines, présentation des forces et métiers de la Marine nationale foyer et cercle, atelier "oreilles d'or". Visite du sous-marin Flore et du musée du sous-marin, visites guidées de K3.
Et bien entendu la Marcophilie navale y tiendra un stand toute la journée avec vente de souvenirs.



Profitons en pour parler du SNA PERLE.

Mis sur cale le 22 mars 1990, la Perle est le 91e sous-marin construit au chantier de la DCN Cherbourg, et le dernier lancé de manière traditionnelle (22 septembre 1990), c'est à dire en le faisant « glisser dans l'eau » sur une pente inclinée à 7%, ce qui obligeait à assembler le sous-marin en pente !



Admis au service actif le 7 juillet 1993, il se distinguait, à sa naissance, de ses prédécesseurs par une évolution du traitement des informations tactiques et d'aide au commandement (TITAC), qui avait été monté expérimentalement sur le Rubis.





D'août 2008 à janvier 2010, la Perle a effectué sondeuxième arrêt technique majeur à Toulon. Au cours de cette période, outre un changement du cœur du réacteur et des opérations de modernisation du système de combat, ses moyens de détection sous-marine ont été améliorés par l'installation d'antennes de flanc.


Deux équipages (bleu et rouge) se relaient tous les trois mois environ pour armer le bâtiment.




La Perle a effectué quelques belles missions au cours de sa carrière :

  • En 2000 dans le Grand Nord avec le De Grasse, où les bâtiments ont relâché à Tromsoe (nord de la Norvège).
  • De janvier à juin 2001, pour un long périple en océan Indien avec le Dupleix, qui a conduit le sous-marin notamment à Bombay (Inde) et Singapour.





  • Enfin en 2005, pour une mission Enduring Freedom de lutte anti-terroristes en océan Indien. C'est au cours de cette dernière mission, en octobre 2005, que l'équipage s'est fait une belle frayeur, en touchant un fond de vase lors du franchissement du canal de Suez, sans toutefois faire de dégâts.


Le coeur du réacteur fournit de la chaleur. Celle-ci est produite par l'envoi de neutrons sur des noyaux d'uranium (le combustible nucléaire) qui se cassent en libérant de la chaleur, et de nouveaux neutrons. Ces derniers vont à leur tour percuter un autre noyau d'uranium entraînant une réaction en chaîne.Un circuit d'eau primaire transmet la chaleur libérée, après passage dans un échangeur, à un circuit d'eau secondaire. Dans un souci de discrétion acoustique, le circuit de vapeur primaire est en circulation naturelle.L'eau du circuit secondaire se transforme en vapeur, libére son énergie dans les turbo-alternateurs qui produisent de l'électricité, puis passe dans un condenseur où elle est refroidie (revenant ainsi à l'état liquide) avant d'être réinjectée dans l'échangeur et vaporisée à nouveau. L'eau du circuit secondaire n'est jamais en contact avec les produits radioactifs.L'électricité alimente les équipements de l'ensemble du bâtiment et les moteurs électriques de propulsion qui font tourner l'hélice.

A consulter le Blog de Nathalie Guibert, journaliste au Monde 



Ce blog éphémère abrite dans ses étroites coursives mon journal de bord, tel que je l’ai tenu au fil des jours passés avec les 75 membres de l’équipage du sous-marin nucléaire d’attaque Perle. Il évoque la vie quotidienne partagée sous l’eau et en escale. Il parle des hommes, du bateau, de la marine et (un petit peu) de la guerre.

http://unmoissouslesmers.blog.lemonde.fr


sources : 





Aucun commentaire: