Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

27 mai 2014

D-Day les goélettes à Caen

D-Day les goélettes à Caen

Les goélettes prennent leurs quartiers à Caen pour le débarquement avant Ouistreham Cherbourg



L'Etoile et la Belle-Poule portent le pavillon des FNFL au beau pré. Cr sont les seuls bâtiments légitimement à le porter car ayant participer à la seconde guerre mondiale du côté des FNFL.

Les autres bâtiments le portant ne sont que les héritiers des bâtiments ayant combattus dans les FNFL

Escale à Caen 23 mai 2014


Le 18 juin 1940, au moment de la débâcle, et pour, conformément aux ordres de l’amirauté, ne pas tomber aux mains des Allemands, elles quittent Brest, accompagnées par le bâtiment océanographique le Président Théodore Tissier et rallient Falmouth. Saisies par les Anglais au moment de l’opération Catapult, elles sont rendues aux FNFL dès septembre 1940.

Faute de personnel, les goélettes ne navigueront plus ensemble: elles seront alternativement en navigation ou en disponibilité armée. L’une héberge les apprentis canonniers, l’autre reprend ses mission d’instruction qui ne sont pas limitées aux midships; elle accueille tour à tour, outre les élèves de l’Ecole navale, les apprentis gabiers, canonniers, timoniers, les commandos et même les marins anglais, y compris les WRNS qui sont les marinettes de la Royal Navy. Les goélettes naviguaient dans le SoIent, un vaste chenal qui sépare l’île de Wight de la côte du Hampshire, suffisamment large pour qu’on puisse y naviguer quelle que soit l’aire du vent.





Faute de personnel, les goélettes ne navigueront plus ensemble: elles seront alternativement en navigation ou en disponibilité armée. L’une héberge les apprentis canonniers, l’autre reprend ses mission d’instruction qui ne sont pas limitées aux midships; elle accueille tour à tour, outre les élèves de l’Ecole navale, les apprentis gabiers, canonniers, timoniers, les commandos et même les marins anglais, y compris les WRNS qui sont les marinettes de la Royal Navy. Les goélettes naviguaient dans le SoIent, un vaste chenal qui sépare l’île de Wight de la côte du Hampshire, suffisamment large pour qu’on puisse y naviguer quelle que soit l’aire du vent.

Portsmouth est fréquemment bombardé par les Allemands et deux bombes incendiaires tomberont en janvier 1941 sur le pont de la Belle Poule qui sera sauvée grâce au courage de son commandant, l’Officier des équipages Blonsard qui est cependant gravement blessé au cours de la lutte contre l’incendie. A la suite de ce bombardement, les goélettes recevront la visite du Roi Georges VI et de la Reine Elizabeth. Le premier maître Liard succède à Blonsard. Pour la petite histoire, la Belle Poule avait déjà été encadrée, lors d’une attaque par un bombardier allemand au cours du transit des goélettes de Weymouth à Portsmouth en novembre 1940, par 4 bombes qui avaient heureusement explosé sans dommage pour le bâtiment.

Après la fusion avec les Forces maritimes d’Afrique du Nord, l’Ecole navale est transférée à Casablanca, mais les goélettes restent en Angleterre. Leur activité s’achève en avril 1944, quand elles rallient West Hartlepool, sur la côte est pour y être placées en réserve. Pour ce faire, elles avaient du effectuer cette fois au moteur, le tour de la Grande-Bretagne via le canal St Georges et le canal calédonien au nord de l’Ecosse. Elles auront parcouru chacune plus de dix mille milles et navigué environ deux mille heures au service de la France libre, arborant fièrement le pavillon de beaupré à croix de Lorraine.

source 

Aucun commentaire: