Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

2 janv. 2014

Charlot, Les Temps modernes et le croiseur Jeanne d'Arc Ramine

Les Marins du Croiseur Jeanne d'Arc ont-ils fait de la figuration dans "Les Temps Modernes" ?

Ramine

En me présentant ses voeux, RAMINE, chercheur de sens et confiseur d'histoire, m'adresse ce message.
"Avant hier soir j’ai revu « les temps modernes » de Charlot et dans la scène finale dans le cabaret on voit clairement dans le public deux marins français qui dansent avec des filles et un des deux gars porte bien son uniforme et la belle moustache à l’ancienne (à la gauloise). La bande légendée du bâchi n’est pas très lisible….tu penses bien que j’ai essayé…….Sachant qu’à l’époque on faisait souvent appel à des passants pour faire les scènes de foule et que ce film a été tourné en 1936 à San Fransisco peut-on savoir quels bateaux de la MN ont été en escale tout au long de l’année 36 pour réduire ainsi la fourchette et essayer de deviner de quel bateau pouvaient être ces marins?"
sur la droite de l'image, assis, un marin français

http://www.vodkaster.com/Films/Les-Temps-modernes/30794

et à gauche de Charlot, un autre marin écoutant le "Charabia"


Le film les Temps Modernes est sorti en 1936. Il a donc été tourné avant 1936.
Un peu de recherches sur le web concernant la réalisation du film où l'on découvre que Charlie Chaplin prépare son film à partir de 1934.

"Charlie commença à préparer le film en 1934, comme son premier film parlant, et alla jusqu'à écrire un script, et expérimenter avec des scènes de son. Cependant, il abandonna vite ces tentatives et reprit un format silencieux avec des effets sonores synchronisés. L'expérience du dialogue confirma sa conviction inébranlable en le fait que la popularité universelle de Charlot serait perdue si le personnage parlait à l'écran. La plupart du film a été tourné à « vitesse silencieuse » soit 18 images par seconde, ce qui, quand il est projeté à la « vitesse sonore » de 24 images par seconde, rend l'action encore plus frénétique. Des copies du film corrigent maintenant ce point.
Le tournage du film fut long, débutant le 11 octobre 1934, et finissant le 30 août 1935."




La campagne d'application des officiers de marine 1934-1935





 


Or il est bien connu des philatélistes que le croiseur Jeanne d'Arc a évolué dans l'océan Pacifique entre les années 1934 et 1935. Les plis de Clipperton sont connus de tous mais aussi ceux de San Francisco et San Diego ou Seattle.




sources : Net-Marine

Le croiseur était à San Diego du 8 au 15 décembre 1934 puis à San Francisco du 17 décembre au 27 décembre 1934 en plein durant la période de tournage du film avant de monter sur Seattle et Vancouver.


Croiseur Jeanne d'Arc en escale à Seattle du 30/12/1934 au 5/01/1935
Il est donc possible que des marins français aient pu être figurants dans le film.
Il était habituel de prendre des passants ou des badauds pour faire de la figuration.

Le passage du nouveau croiseur à San Francisco semble avoir marqué les esprits américains de l'époque, les cols bleus ont toujours eu du succès, le réalisateur a peut-être après le passage de la "Jeanne" en marqué le souvenir...


Avouez que ce serait quand même une belle histoire que des marins français aient joué dans "les Temps Modernes".




Les Temps modernes montre la vie d'un ouvrier d'usine, employé sur une chaîne de production. Après avoir été soumis à divers mauvais traitements, gavé par une machine ou contraint à visser des écrous à un rythme effréné sur une chaîne de montage accélérée, Charlot est atteint d'une dépression nerveuse. Il est alors envoyé à l'hôpital. Après son rétablissement, devenu chômeur, Charlot est arrêté, par erreur, pour avoir fomenté une manifestation communiste, alors qu'il tentait en fait simplement de restituer un drapeau tombé d'un véhicule de livraison.



En prison, il ingère accidentellement de la cocaïne, la prenant pour du sel. Dans l'état délirant qui s'ensuit, il est mêlé à une évasion à laquelle il met fin en frappant les autres condamnés. Il est alors acclamé en héros par les geôliers et libéré. Pourtant il se sent heureux en prison et voudrait y demeurer.




Libéré contre sa volonté, il découvre combien la vie est rude, et rêve de retrouver sa confortable geôle après avoir provoqué une catastrophe sur un chantier naval. Il rencontre alors dans la rue une orpheline clocharde (la «gamine»), interprétée par Paulette Goddard, qui fuit la police après avoir volé un pain pour se nourrir. Pour sauver la jeune femme et retourner en prison, Charlot ment à la police et prétend être le voleur.


Cependant, un témoin révèle la supercherie et Charlot est libéré. Afin d'être à nouveau arrêté, il ingurgite une énorme quantité de nourriture dans un delicatessen sans payer. Il se retrouve avec la gamine dans le « panier à salade », dont ils sont éjectés en route.



Rêvant d'une vie meilleure, Charlot obtient un emploi de gardien de nuit dans un grand magasin, introduit la gamine dans celui-ci et tombe sur des cambrioleurs. Il se rend compte qu'il s'agit de ses anciens compagnons d'usine et sympathise avec eux. Se réveillant le lendemain matin dans un tas de tissus, il est arrêté une fois de plus.




Dix jours plus tard, la gamine l'emmène dans une nouvelle maison au bord d'un étang, une cabane délabrée qu'elle admet « ne pas être Buckingham Palace », mais qui fera l'affaire. Le matin suivant, Charlot apprend l'ouverture d'une nouvelle usine et se rend immédiatement sur les lieux. Par sa faute, son chef est accidentellement piégé dans une machine, mais parvient finalement à s'en extirper. Les autres travailleurs décident de mener une grève. Lançant accidentellement une brique sur un policier, il est encore arrêté. Deux semaines plus tard, il est relâché et apprend que la gamine a trouvé un emploi de danseuse dans un bar.






La jeune femme essaie de lui fournir un travail de chanteur dans ce même restaurant. Le soir, il devient un serveur efficace, et bien que se trompant entre la porte in et out de la cuisine, il réussit laborieusement à servir un canard rôti. Pendant son spectacle, il perd ses manchettes sur lesquelles la gamine avait écrit les paroles d'une chanson que le patron lui avait demandé de chanter, mais se rattrape en improvisant un charabia et un numéro de pantomime. Chaplin a choisi de chanter en phonétique, imitant plusieurs langues européennes pour la circonstance. C'est la seule fois où l'on entend la vraie voix de Charlot. Sa représentation se révèle un vrai succès. Quand la police arrive pour arrêter la gamine, recherchée par la police des mineurs, ils s'échappent à nouveau. Finalement, arpentant une route à l'aube, on les voit se diriger vers un futur incertain, mais plein d'espérance.



Les Temps modernes est souvent vu comme l'une des plus grandes réussites de Chaplin, et il reste un de ses films les plus populaires.

Il s'agit du premier film ouvertement politique de Chaplin, et son portrait peu flatteur de la société industrielle généra des controverses dans certains quartiers au moment de sa sortie initiale.


sources : 
MK2
Wikipédia

Aucun commentaire: