Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

4 juin 2013

Patrouilleur Austral ALBATROS

Le PA ALBATROS sur une patte?


L'Albatros est de retour à la Réunion comme en témoignent ces cartes expédiées en date du 30 mai 2013. Une panne de moteur  l'obligerait à un arrêt technique jusqu'à fin juin en attente d'un vilebrequin. 



La patrouille dans les iles de Heard et McDonald effectuée, c’est sous un temps capricieux et une mer plus agitée que l’« Albatros » fait route vers Port aux Français, dans l’archipel des Kerguelen.

A l’arrivée dans la baie, nous nous déroutons pour saluer l’exploit d’un un voilier de passage qui a sans doute affronté bien des mers difficiles avant de rallier cette zone mythique.

Voilier quittant Port aux Français

Port aux Français est la plus grande des bases installées dans les terres australes françaises. Sa population, autour de cinquante personnes pendant l’hiver australe, peut atteindre 100 personnes l’été. Elle est située au fond du golfe du Morbihan, un nom qui rappelle les origines bretonnes du baron de Kerguelen. Après une nuit passée au mouillage, les rotations de personnels débutent dans la matinée. La première bordée est déposée sans encombre. Accueillie par les « Pafiens »(habitants de Port aux Français), l’équipage découvre les vastes installations de la base. Une excursion à l’Anse des Pachas (du nom des massifs éléphants de mer qui s’y trouvent) s’organise, encadrée par les membres de la réserve naturelle.

Hélas, en fin de matinée, la météo commence à fortement se dégrader avec des vents soufflant à 35 nœuds et ne permet plus la rotation des embarcations vers la terre : l’échange de bordée est annulé. Comme à Crozet, ce sont les tribordais qui ont finalement la chance de déjeuner à terre. En fin d’après midi, une fenêtre météo s’ouvre et permet aux permissionnaires de regagner le bord. Peu après l’« Albatros » lève l’ancre afin de prendre la direction de Port Couvreux, baie située dans le nord est de l’île.




L’objectif de cette deuxième escale est de déposer du ravitaillement pour un poste scientifique sur place. Après une navigation de nuit, l’équipage découvre un paysage grandiose et désolé. Une première rotation permet de déposer le matériel tandis que certains découvrent à terre, les restes d’une ancienne usine de production d’huile animale. Dans le même temps, une équipe part à la pêche aux moules sauvages. Le fruit de cette pêche miraculeuse fait l’objet d’un nettoyage par tout l’équipage dans une bonne ambiance.



Hélas, une série d’avarie se déclarent et obligent l’« Albatros » à abréger la mission et mettre le cap vers la Réunion. Le rendez-vous à Saint Paul et Amsterdam ne sera pas honoré au grand dam de l’équipage.

l'Albatros vu de Port aux français

Test de survivabilité en eaux froides à Port Couvreux

La base scientifique de Port aux français

Source Marine nationale


Aucun commentaire: