Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

8 mars 2013

humour dans le carré par Donec

V'la qu' j'oubliais les amirauxpar Donec



Bonjour à tous,

Le jeune homme qui choisit de faire carrière dans la Marine Nationale n’a qu’une idée en tête : l’amiralat. Car l’amiral est tour à tour un aventurier, un stratège et un ingénieur. Il réalise la synthèse entre Nelson et Mac Gyver. Cependant une raison les fait hésiter : l’amour. En effet le modeste bachi confère au matelot des succès féminins que ne permet pas d’obtenir la casquette aux feuilles d’or.




Les statistiques sont formelles 99,40 % des filles rencontrées avec des marins, le sont au bras de matelots et seulement 0,60 % au bras d’amiraux.



On comprend qu’un quartier maître à la libido tapageuse se gratte la tête…

Le ciel vous tienne en joie et à semaine prochaine


Donec

Depuis que le décret du 16 septembre 1792 a décidé que "l'uniforme des officiers généraux de la marine sera en tout pareil à celui réglé pour les grades correspondants d'officiers généraux de l'armée de ligne", ce principe a été conservé pendant toute la période révolutionnaire, sous l'Empire, la Restauration, la seconde République et le second Empire, à quelques modifications près pour les boutons et les ornements de broderies qui comprennent toujours une ancre de marine.


Image

Les marques distinctives de grades étaient constituées, suivant la tenue, par des broderies sur les parements ou par des épaulettes. Toutefois, l'arrêté du 1er décembre 1848 les autorisa à porter, en petite tenue, au lieu du chapeau, une casquette, dont la cuve était ornée d'un galon d'or de 45 m/m sur lequel étaient appliquées les étoiles du grade. C'est le décret du 5 décembre 1861 qui, tout en conservant les étoiles, substitua au galon d'or une ou deux branches de chêne suivant le grade. L'arrêté de 1848 avait déjà décidé que les marques distinctives de officiers de vaisseau serainet constituées sur la cuve de la casquette comme sur les manches de la redingote, au-dessus des parements, par des galons en nombre variable suivant le grade.


C'est sur le veston affecté aux officiers de tous grades des différents corps de la marine et aux aspirants par l'arrêté du 7 février 1873 qu'apparurent les étoiles comme insignes de grade sur les vêtements des officiers généraux de la marine. Cet arrêté décidait en effet que "les marques distinctives de ce vêtement seront le mêmes que celles qui sont portées sur la redingote pour les officiers et officiers supérieurs", ajoutant que "sur chaque manche seront brodées deux étoiles en argent pour les contre-amiraux et trois pour les vice-amiraux". Jusqu'alors, les seules marques distinctives des officiers généraux en petite tenue consistainet dans les épaulettes, même avec la redingote. Ces dispositions avaient conduit les amiraux à faire remarquer que les épaulettes étaient difficiles à porter dans bien des circonstances de la vie maritime et qu'alors les manches de leur redingote n'étaient ornées d'aucun insigne permettant de faire connaître leur grade. Le décret du 25 février 1876 exauça leur vœu, décidant que leur redingote porterait "au-dessus des parements les étoiles distinctives du grade, en argent poli, disposées de même que pour les officiers généraux de l'armée de terre".

Le décret du 3 juin 1891, décrivant les différentes tenues de l'uniforme des officiers et fonctionnaires des différents corps de la marine, affectait aux officiers généraux, pour la grande tenue, un habit brodé et, pour la petite tenue, un habit sans broderies et une redingote. Celle-ci conservait, comme marques distinctives du grade, les étoiles adoptées par le décret du 25 février 1876.

Le décret du 13 mai 1902 supprimait l'habit sans broderies de la petite tenue, mais ne modifiait en rien les autres dispositions sur l'uniforme des officiers généraux.

Le décret du 5 février 1912 adoptait ensuite une patte d'épaule mobile, destinée à être portée avec le veston blanc. Pour les officiers généraux de la Marine (mais non pour ceux des autres corps), le grade y était indiqué par deux ou trois étoiles en argent de 12 m/m.

Le décret du 18 avril 1918 supprimait les broderies de grade des officiers générau des différents corps de la marine, autre que ceux du Contrôle, sur les parements de redingote, veston et manteau et les remplaçait par deux ou trois étoiles en argent, suivant le grade, comme pour les amiraux. Il décidait également que les pattes d'épaules de ces officiers généraux seraient désormais ornées de deux ou trois étoiles d'argent, suivant le grade.

L'arrêté du 22 janvier 1931 rappelait enfin que les vice-amiraux et les contre-amiraux portent respectivement trois ou deux étoiles en argent poli sur les manches de la redingote, du veston et du manteau d'uniforme (sur l'habit de soirée, ces étoiles sont en or), sur les épaulettes, la coquille de l'épée, la tête de la dragonne.

Aucun commentaire: