Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

3 mars 2013

Cherbourg et Pierre Le Conte Peintre de la Marine

Pierre Le Conte 1894 - 1946
peintre imagier marine




Peintre, imagier, graveur, navigateur, explorateur, cet artiste autodidacte, né à Cherbourg où il passera toute sa vie, est issu d’une vieille famille de marchands de nouveautés dont l’enseigne Au Pèlerin (puis Le Conte-Dubégny) était fort connue. 




Brillant élève au lycée de sa ville, Pierre Le Conte se sent attiré très jeune par la mer. A treize ans, il commence à naviguer sur un cotre à bord duquel il prend ses premiers croquis de navires .



Après avoir renoncé à l'École navale pour raisons de santé, Pierre Le Conte intègre l'infanterie. Il est blessé quelques jours avant l'armistice de 1918.



La paix revenue, il prend la direction du magasin de ses parents. C’est un patron original qui offre tous les jours le thé à ses employés ! Le métier ne le passionne guère et il laissera sa femme diriger l’affaire en 1925, année de son mariage.



Entre temps, il a trouvé sa voie artistique au contact de l’école coutançaise du Pou qui grimpe. C’est lui qui illustre alors les recueils de Joseph Quesnel, notamment les Sept clochers normands en 1920.



Il se consacre dès lors à la mer et se lie d'amitié avec le commandant Charcot : il effectue plusieurs croisières à bord du Pourquoi Pas. Durant sept ans, il prend part à toutes les expéditions du célèbre explorateur. Il participe notamment en 1928 aux recherches d’Amundsen. Il rapporte de passionnants carnets de croquis de ses voyages au Groenland, dans l’Atlantique et en Méditerranée.
Pierre Le  Conte et JB Charcot






En 1924, il est nommé peintre officiel du Département de la Marine. 



C’est en 1932 qu’il publie son œuvre maîtresse, le volumineux Répertoire des navires de guerre français qui compte plus de sept mille bâtiments !




De 1925 à la déclaration de guerre, il publie fidèlement le récit d'évènements ayant trait à notre vie maritime.


C'est d'abord la série des bâtiments construits ou mouillés à Cherbourg dont il relate l'histoire toujours accompagnée d'un croquis clair et élégant da la silhouette du bateau.



C'est aussi des publications de portée plus générale : Constructions navales à Cherbourg il y a cent ans



Répertoire des navires de guerre français

C'est un travail d'érudition patiente et de longue haleine : c'est un minutieux inventaire alphabétique des navires de guerre français présents et passés.



Il comprend plus de 7 000 navires groupés sous 2 775 vocables patronymes. Des ouvrages antérieurs sur l'histoire maritime, des mémoires d'archives et de nombreux articles de revues ont contribué à l'élaboration de ce répertoire.



L'ouvrage parait en 1932. Il fût commandé par le Ministère de la Marine dans le but particulier de pouvoir choisir en connaissance de cause les noms à donner aux futurs bâtiments de guerre français.



"Le lien avec le passé est ce que nous devons rechercher avant tout ... un corps s'honore en vivant dans cette religion du souvenir Il en recueille un bénéfice moral immédiat... " Amiral Castex 








Il se passionnera par exemple pour l’étrange phénomène du « canon des îles », dans la Hague, et pour le passé de l’ancienne mine de La Ferrière, près de Ruffosses.



Il se consacre parallèlement à la peinture, sa grande passion. Il peint des tableaux, il illustre des monographies. Il est élu membre titulaire de la Société nationale académique de Cherbourg le 1er juin 1938.




La vie de ce personnage très attachant et surdoué a été racontée en 1980 dans un ouvrage de Jean-Charles Arnault et Robert Marie qui ont apporté des révélations sur sa fin tragique : On sait que Pierre Le Conte a été arrêté par les Allemands en août 1941 et déporté le mois suivant au camp d’Obercassel. 






On ignorait les causes de son arrestation. L’artiste cherbourgeois n’a fait que de donner quelques conseils à deux jeunes gens qui veulent fuir en Angleterre. Arrêtés à Paris, ces derniers fournissent le nom de Pierre Le Conte chez lequel, comble de malchance, la police découvre un vieux revolver à barillet hors d’usage. D’abord emprisonné à Saint-Lô, Pierre Le Conte est ensuite envoyé outre-Rhin. Libéré par les Américains en 1944, il meurt deux ans plus tard des suites de sa captivité .


Sources 

La vie et l'oeuvre de Pierre Le Conte  Jean-Charles Arnault Robert Marie 
La dépêche de Cherbourg 1980







Livres d'or entre autres

Amiral Mouchez, Dumont d'Urville, L'Iphigénie, Bévéziers, Tourville, Frondeur, Pallas, Foch, D'Iberville, Vauquelin, etc.


2 commentaires:

Pacault a dit…

Merci pour cet article bien instructif et illustré. Peut-être pourrez vous m'aider à me procurer les/des plans humoristiques des ports de guerre qu'a réalisés Leconte "imagier de la Marine" : j'ai celui de Toulon et en ai vu à Brest et à Rochefort, sans qu'il y fût possible de les acquérir. Merci de votre aide.
jfpacault@laposte.net

PS :votre captcha est casse-pieds

Jean-Michel Bergougniou a dit…

Désolé mais envahi par les commentaires publicitaires, j'ai été obligé de passer par ce système

En ce qui concerne les plans je ne vois que les sites de vente tels E-Bay ou Delcampe
JMB