Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

20 mars 2012

D Day à Sainte Mère Eglise

D Day à Sainte Mère Eglise
Le jour le plus Long


Pour rejoindre Cherbourg, la route s'enfonce au coeur du Cotentin et passe près de Saint-Mère Eglise. Une halte s'imposait.






Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 peu avant minuit, des forces alliées américaines sont parachutées au-dessus de Sainte-Mère-Église lors de l'opération Overlord. 



Six zones de saut appelées DZ (Dropping Zone) ont été prévues. Chacune d'elle est identifiée par une lettre. Les DZ A, C et D, situées entre la route N13 et Utah Beach, sont attribuées à la 101e Division ; les DZ O, N et T, situées à l'ouest de Sainte-Mère-Église, à la 82e.


















Des éclaireurs, appelés pathfinders, sont chargés d'aller les baliser afin de permettre le parachutage de masse (13 200 hommes et matériel) qui doit suivre. Pour chaque DZ, trois C-47(appelés Dakotas par les Britanniques) sont chargés de parachuter chacun une équipe (stick) de 18 pathfinders. Deux C-47 sont ajoutés pour le largage de pathfinders chargés de rejoindre et de baliser des LZ (Landing Zone) qui seront utilisées plus tard pour l'atterrissage des planeurs. Il va de soi que les équipages chargés de larguer les pathfinders sont sélectionnés parmi les plus expérimentés en navigation aérienne.




Une équipe de pathfinders comprend une dizaine de spécialistes chargés du balisage tandis que les autres hommes sont chargés de leur protection. Le balisage est réalisé à la fois avec des moyens visuels (lampes, la nuit ; panneaux et fumigènes, le jour) et des moyens radio-goniométriques. Les lampes utilisées sont conçues pour être vues uniquement du ciel et ne sont allumées qu'au dernier moment. Les moyens radio-goniométriques consistent en émetteurs radio (AN/PPN-1A Beacon) plus connus sous le nom de balises Eureka amenés, à raison de 2 par stick, par les pathfinders. Les avions leaders de formation sont, quant à eux, équipés d'un système Rebecca qui les guide vers la balise.

Les pathfinders de la 101e Division sont largués vers 00h30, heure de Londres, c'est-à-dire le 5 juin avant minuit, heure française. Le largage se fait assez correctement mais parfois à 1,5 km de la DZ et les avions de la DZ D, qui l'avaient dépassée, ont dû faire demi-tour. Un avion manque ; il est tombé en mer.



Les pathfinders de la 82e sont largués une heure plus tard. Seul le balisage de la DZ O est réalisé complètement ; c'est là que le parachutage ultérieur sera le plus précis. Pour la DZ N, la proximité d'Allemands empêche l'utilisation des lampes ; seules les balises sont installées ; le parachutage du 507 PIR sera une catastrophe.



Fichier:Cotentin Peninsula ix.jpg

15 000 hommes sont largués sur le village et ses environs, majoritairement issus de la 82e division aéroportée US (82nd Airborne) et de nombreux parachutistes de la 101e division aéroportée du fait d'erreurs de largage. 

Fichier:Airborne assault.jpg

La prise de contrôle de la ville, à 4 h 30, est dévolue à la 82e division aéroportée. Le soldat John Steele est devenu célèbre pour être resté accroché au clocher de l'église. 


Planeur WACO
En 1962, la première pierre du musée des troupes aéroportées est posée.














Peu après leur arrivée au sol, les officiers se rendent compte de l'impossibilité de regrouper leurs unités. En conséquence, des groupes hétéroclites, avec parfois des hommes des deux divisions, se forment autour des gradés. Les groupes qui se croisent s'assemblent. Ce sont finalement des colonnes de 50 à 200 hommes qui menées par un colonel ou un commandant de bataillon vont se charger d'exécuter les missions prévues. Des petits groupes isolés coupent les fils téléphoniques, réalisent des coups de main aux endroits où ils se trouvent et créent ainsi la confusion et l'insécurité chez les Allemands.

Une colonne menée par le lieutenant-colonel Ewell (3/501 PIR) mais aussi comptant dans ses rangs les généraux Taylor et McAuliffe s'empare de la sortie 1 (Poupeville). Le lieutenant-colonel Strayer (1/506 PIR) regroupe quelque 400 hommes et, après de durs combats, défend la sortie 2. Le lieutenant-colonel Cole (3/502 PIR) avec 120 hommes finit par contrôler les sorties 3 et 4. Les débouchés de Utah Beach sont ainsi assurés. Des Allemands seront pris au piège, coincés entre les parachutistes et les troupes débarquées. Le contact avec ces dernières est réalisé vers 13 heures.











C47 Sky train entrainant les planeurs et emportant les parachutistes















http://fr.wikipedia.org/wiki/Opérations_Albany_et_Boston


sources : Wikipedia Musée Airbone


Photos JM Bergougniou

Aucun commentaire: