Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

13 déc. 2009

BPC Mistral

Lachez les fauves, les Tigres entrent en scène

Après son escale en Russie, fin novembre, le Bâtiment de Projection et de Commandement Mistral est rentré hier après-midi à Toulon. Le passage à sa base du Var est de courte durée puisque le BPC appareille de nouveau aujourd'hui pour des manoeuvres avec l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT). Jusqu'au 11 décembre, le Mistral participe à l'exercice EXA TIGRE, au cours duquel il embarque deux hélicoptères de combat Tigre. Seront également présents à bord deux Puma et deux Gazelle.










La campagne d'homologation sur BPC du nouvel hélicoptère de combat de l'armée de Terre s'achève aujourd'hui. Depuis lundi, le Tigre valide à bord du Bâtiment de Projection et de Commandement Mistral valide à la mer l'appontage de jour, de nuit, avec et sans jumelles de vision nocturne. Pour mener cette campagne, deux détachements ont embarqué sur le navire de la Marine nationale. Le premier appartient au 5ème Régiment d'hélicoptères de combat (RHC) de Pau et le second au Groupement aéromobilité de la section technique de l'armée de Terre (GAMSTAT) de Valence. Du personnel du centre d'essai en vol (CEV) d'Istres et de l'école franco-allemande de pilotage de l'hélicoptère Tigre du Luc-en-Provence (Var), des salariés Sagem et Eurocopter sont également présents. Les vols d'homologation sont réalisés par un pilote de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT) en collaboration avec un pilote d'hélicoptère de l'aéronautique navale.





Héritier des traditions du peloton d'avions d'observation de la 5e division blindée (DB), le 5e régiment d'hélicoptères de combat (RHC) détient les traditions du groupe d'hélicoptères no 2 créé à Sétif en 1955. Issu directement du groupe d'aviation légère de la 11e division parachutiste (GALDIV 11) depuis le 1er juillet 1977, il reçoit son étendard le 1er août 1980 et s'installe au quartier Chef d'Escadron de Rose le 21 septembre 1984.






Dès 1978, le 5e RHC fait preuve de sa capacité opérationnelle au Tchad et en Mauritanie et a participé à de nombreuses opérations humanitaires : Gers, La Réunion, Ouganda, Pyrénées-Orientales, Niger, Mauritanie et Turquie. Le 5e RHC, partie intégrante de la 4e brigade aéromobile, a participé à différentes opérations : au Tchad et Melten en Méditerranée en 1986, le Golfe Persique en 1990-1991, la Somalie en 1992-1993, le Rwanda en 1994, l'ex-Yougoslavie en 1995, le Kosovo en 1999, la République Démocratique du Congo et la République de Cote d'Ivoire en 2003.

Implanté dans le Béarn depuis 1977, le 5e RHC est situé en bordure de l'aéroport Pau-Pyrénées, à 15 km du centre ville.


Par BPC Mistral le mercredi, 16 décembre 2009, 10:31 - Lien permanent




Le pont d’envol du Mistral est en pleine effervescence :


 après avoir accueilli le 27 novembre dernier l’hélicoptère russe Ka-52, le premier bâtiment de projection et de commandement (BPC) français reçoit aujourd’hui deux Tigre ainsi que deux Puma et deux Gazelle de l’aviation légère de l’armée de terre (ALAT). L’événement est de taille puisqu’il s’agit pour le Tigre, nouvel hélicoptère de combat de l’ALAT, d’effectuer la troisième et dernière phase de son expérimentation tactique (EXTA 3), lui permettant de valider sa capacité de projection à partir d’un bâtiment porte-hélicoptères.




Tigres et Pumas sur le pont d'envol du Mistral © PM Dzioba


Pendant cette semaine de manœuvres, des instructeurs du Groupement aéromobilité de la section technique de l'armée de terre (GAMSTAT) vont transmettre leur savoir-faire aux personnels navigants du 5ème Régiment d’hélicoptères de combat (RHC) de Pau et à l’équipage du Mistral. Au menu : exercices d’appontage pour les pilotes, séances de « roulage » des engins dans le hangar et de pliage des pales pour les techniciens du bord et ceux de l’ALAT. Point d’orgue de l’EXTA 3 : une phase finale de tir réel avec roquettes et canons pour des tirs air-mer et air-sol. Ainsi, les deux Tigre s’envoleront demain, jeudi 10 décembre, pour une séance de tirs de jour sur l’île du Levant et de nuit à Canjuers. Le commandant du Mistral, ancien pilote de l’aéronavale française, se réjouit de cette présence de personnels de l’ALAT, « qui permet au Mistral de mettre en œuvre une de ses principales capacités, la projection aéromobile, tout en renforçant les liens d’interopérabilité entre l’armée de terre et la marine ».






ASP Marine Monjardé


Aucun commentaire: