Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

12 juil. 2018

PATRA TRIDENT CANOPUS patrouilleur rapide Marine nationale Antilles Gendarmerie maritime Fort de France Martinique

PATRA TRIDENT CANOPUS

Gendarmerie Maritime

Martinique Fort de France




« Gendarme par vocation, marin par passion ».
La devise de la gendarmerie maritime prend tout son sens lorsque l'on évoque les missions des unités navigantes. Au nombre de 30, de différentes dimensions et déployées en métropole et en outre-mer, elles sont l'une des grandes forces de cette gendarmerie spécialisée.Les missions, sur le littoral ou en pleine mer, sont multiples et variées. Les plus emblématiques sont : la sauvegarde maritime, grâce aux contrôles des navires et aux différents sauvetages ; la salubrité des produits de la mer tout au long de la filière pêche ; la préservation de la ressource halieutique, grâce à ses prérogatives en matière de police des pêches ; la lutte contre les trafics illicites et l'immigration clandestine par voie de mer (Nouvelle-Calédonie et Mayotte) ; la surveillance des approches maritimes et portuaires lors des grands événements ou encore les enquêtes sur les différentes pollutions qui peuvent avoir un impact médiatique fort.


Les onze brigades de surveillance du littoral complètent ce dispositif de sauvegarde maritime. 


La classe Trident est une classe de patrouilleurs rapides construite :
  • aux chantiers navals Auroux à Arcachon (Trident et Glaive),
  • aux Constructions Mécaniques de Normandie à Cherbourg (Épèe et Pertuisane).





La Direction Technique des Constructions Navales (DTCN) doit remplacer les vieux escorteurs côtiers par une nouvelle catégorie de navires dénommée PATRA (PATrouilleur RApide) devant assurer, en première mission, la surveillance et le contrôle des eaux territoriales en Métropole et Outre-Mer.

Des missions secondaires lui sont aussi attribuées (sauvetage en mer, lutte contre la pollution, transport des commandos de marine,...).

Armement
L'armement d'origine comprenait : 1 mitrailleuse de 12,7 mm sur la plage arrière, 1 canon Bofors 40 mm sur la plage avant et 6 rampes lance-missiles de chaque côté du rouf (l'officier de tir étant en passerelle).
Dans les années 1980, les lance-missiles sont débarquées et une 2e mitrailleuse de 12,7 mm est installée.

Lors du transfert des unités à la Gendarmerie maritime les 2 mitrailleuses sont remplacées par deux autres de 7,5 mm, puis de 7,62 mm.










Drôme
La Drôme d'origine est constituée d'une embarcation pneumatique de 6 places (moteur hors-bord de 20 cv).



Une 2e embarcation pneumatique de 10 places (moteur hors-bord de 40 cv) est ensuite installée. Deux potences électriques sont disposées en plage arrière pour une mise à l'eau rapide.






Premier patrouilleur rapide commandé aux chantiers Auroux à Arcachon, Trident est mis sur cale en avril 1975, lancé le 15 avril 1976 et admis au service actif le 17 décembre 1976. Destiné à servir outre-mer, il arrive à Fort-De-France dans les Antilles françaises le 7 février 1977. Placé sous l'autorité du commandant de la marine aux Antilles, il est stationné au pied du Fort Saint Louis.

Ce patrouilleur rejoint Canopus et Arcturus, deux anciens dragueurs type D transformés en stationnaire outre-mer. Ces derniers ayant dépassé les vingt ans de service actif, l'arrivée de Trident est très appréciée. Le navire commence ses missions de surveillance générale du trafic maritime. La lutte contre le trafic de drogue et le contrôle de l'immigration clandestine en provenance des îles pauvres des Caraïbes viennent s'ajouter aux missions habituelles.




Canopus et Trident doivent être remplacés en 1986 par La Moqueuse et La Railleuse, deux patrouilleurs type P400 en construction. Si l'ancien dragueur doit être désarmé, le PATRA (patrouilleur rapide) doit être reversé comme les autres navires de la série à la gendarmerie maritime. Après de multiples difficultés de mise au point de l'appareil propulsif, c'est finalement La Capricieuse et La Fougueuse qui rallient Fort-De-France au premier semestre 1987. Enradié dans l'Orageen provenance du Pacifique, Trident quitte définitivement les Caraïbes le 7 février 1987 pour rallier Brest qu'il atteint le 19 février 1987.



Le navire est remis au Groupement de Gendarmerie Maritime de l'Atlantique le 26 juin 1987 après un grand carénage. Affecté à Lorient, Trident remplace numériquement Violette, un dragueur de petits fonds reconverti en patrouilleur et basé à Rochefort-sur-Mer. Accompagné par Epée, il assure ses missions de contrôle maritime dans un espace très fréquenté se situant du Mont Saint Michel à la frontière espagnole.

TRIDENT et CANOPUS




Aucun commentaire: