Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

5 juin 2018

La guerre dans tous ses Etats Venise 1916 Aviation Maritime CAM Fréjus

 Venise 1916 Aviation Maritime 

C'est une Italie opportuniste qui rejoint la Triple Entente (France, Grande-Bretagne, Russie) en déclarant la guerre à la Triple Alliance (Empires centraux). 

 Elle espère, en cas de défaite de ceux-ci, obtenir les provinces du Trentin, Trieste et d'autres territoires tels que le Tyrol du Sud, l'Istrie et la Dalmatie. 




L'Italie a une forte rivalité avec l'Autriche-Hongrie qui date du congrès de Vienne de 1815, après les guerres napoléoniennes, lorsque nombre de villes italiennes sont cédées à l'Autriche. 
Au cours des premières phases du conflit, l'Italie est encouragée par des diplomates alliés à entrer en guerre ce qui la conduit à la signature du pacte de Londres, le 26 avril 1915. L'Italie se libère des obligations de la Triple Alliance. Le 23 mai, l'Italie déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie.



Bombes montées sous un biplan Gotha G-V de la Luftstreitkräfte en novembre 1917

Venise est en première ligne, souvent frappée par les bombardements aériens ennemis, comme en témoignent les plaques commémoratives qu’on retrouve souvent sur la façade des églises et des maisons vénitiennes. 

protection des sites historique la basilique Saint-Marc 
Ces bombardements ont tué de nombreux civils et endommagé le patrimoine artistique de la ville.
Il suffit de se rappeler du bombardement de l’hôpital civil et de celui de l’église degli Scalzi, qui a détruit le toit et la fresque de Tiepolo représentant le Transport de la Sainte Maison à Lorette, dont les vestiges sont conservés aux Galeries de l’Académie.

La ville et son Arsenal militaire, une base navale importante avec un complexe de bureaux et d’usines de guerre près de l’aéroport pour hydravions de l’île de Sant’Andrea, constituaient un objectif militaire de premier ordre, en particulier après le recul des troupes italiennes suite à la défaite de Caporetto, qui a déplacé le front vers le Pô – à moins de trente kilomètres de la ville.



la France met alors à disposition une escadrille d’hydravions pour surveiller la haute Adriatique. C’est dans ce contexte que le 25 mai 1915, est créé le Centre d'Aviation Maritime de Venise (CAM). Il s’agit au début d’un détachement du centre aéro-maritime de Fréjus qui ne deviendra CAM à part entière qu’en 1916.

L'escadrille est dotée de six hydravions FBA et de 4 pilotes (2 officiers et 2 officiers-mariniers).







Dès juin 1915. Les hydravions sont logés dans un hangar de l’Ile de San Andréa, située à l’Est de Venise. Mais, pour se rapprocher de la zone des combats un poste avancé est, rapidement, ouvert à Porto Lignano, un petit port à l’Est de Venise, ce qui permet, le 14 juin, de mener les premières patrouilles aériennes sur le golfe de Trieste



En septembre 1915, Le Centre d'Aviation Maritime de Venise s'installe à Grado, un port tout proche de la ligne de front et sur lequel a été installé un hangar utilisé conjointement avec les aviateurs navals italiens.




Après de multiples missions de chasse, d'escorte et de patrouilles maritimes au-dessus du golfe de Trieste et de la Haute Adriatique, le Centre d'Aviation Maritime de Venise est définitivement fermé le 27 juin 1917.


TàD VENEZIA (POSTA Mre MARITTIMA 29.7.16)

TàD Arrivée Pont de Cheruy ISERE 5-8-16

Sources :

Bundesarchiv, Bild 146-1971-045-48 / CC-BY-SA 3.0
https://memorial-national-des-marins.fr/12-aux-marins/batiments/9552-centre-d-aviation-maritime-de-venise


https://forum.pages14-18.com/viewtopic.php?t=47405

https://www.panorama.it/cultura/grande-guerra-bombardamenti-di-venezia-la-storia-e-le-foto/#gallery-0=slide-8

Aucun commentaire: