Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

6 avr. 2018

Fin de carrière pour la FASM Jean de Vienne

Fin de carrière pour la FASM 

Jean de Vienne



Patrouillant au large d’Oman, la frégate de lutte anti-sous-marine Jean de Vienne a joué à l’Intrepid Sentinel. C’est le nom donné à l’exercice multinational qui, du 7 au 9 mars 2018, a rassemblé aux côtés de la frégate française, les frégates australienne HMAS Warramunga et américaine USS Halsey.

Rompues à ce genre d’exercice, supervisé par la 5ème Flotte américaine et l’amiral commandant la zone maritime océan Indien (Alindien), les trois frégates ont sans difficulté conduit les activités de tir, de lutte anti-aérienne ou contre menace asymétrique.

L’exercice avait pour objectif majeur de vérifier la capacité de la France et ses alliés, tous membres du Maritime Collaborative Groupe-Central (MCGC), à réaliser conjointement un pistage d’opportunité de sous-marin si la situation l’exigeait.

Le volet de lutte anti-sous-marine a ainsi tenu la place la plus importante de ces 72 heures avec un CASEX (combined anti-submarine exercice) avancé et un pistage coordonné d’un sous-marin sur une durée de 24 heures. Les participants ont constaté que l’interopérabilité acquise par la collaboration régulière de nos marines permettait d’atteindre une bonne coordination dans des délais contraints.

Après cette intégration réussie, l’exercice a pris fin avec un échange de person
nels entre le Jean de Vienne et le Halsey, permettant de sceller la confiance entre nos pays. Chacun est ensuite retourné à sa mission principale, les marins du Jean de Vienne poursuivant activement leur patrouille pour lutter contre les trafics qui alimentent le terrorisme international.
http://www.colsbleus.fr/articles/10477


La frégate anti-sous-marine Jean de Vienne a saisi le 25 mars plus d’une demi--tonne d’héroïne. Sous contrôle opérationnel du commandant de la zone maritime océan Indien, l’Amiral Piaton, le bâtiment était alors en soutien direct de la Task Force 150, force opérationnelle navale luttant contre les réseaux terroristes en océan Indien.






C’est notamment la qualité du renseignement fourni par la Task Force 150 qui a permis de guider la frégate Jean de Vienne vers l’embarcation suspecte. La frégate anti-sous-marine, qui terminait tout juste l’exercice franco-indien Varuna, a rallié à grande vitesse la position présumée du boutre (embarcation locale), repositionné précisément par son hélicoptère Lynx. L’équipe de visite a alors procédé à une enquête méthodique, qui a conclu à l’absence de pavillon pour le boutre concerné. Le commandant a alors ordonné après accord du contrôleur opérationnel une fouille complète qui a permis de découvrir la drogue, cachée dans une double cloison.

Il faisait déjà nuit lorsque le Jean de Vienne est reparti avec sa prise d’une valeur marchande estimée à environ 125 millions d’euros. Ordonné par Alindien en sa qualité de délégué du gouvernement pour l’action de l’Etat en mer et en application du procédé judiciaire de dissociation, l’équipage de la frégate a été chargé de la destruction de cette saisie, sous la responsabilité du commandant.

La frégate anti-sous-marine avait déjà rencontré un succès similaire trois semaines auparavant avec la prise de quatre tonnes de résine de cannabis. A travers cette opération, les marins du Jean de Vienne ont une nouvelle fois contribué à lutter contre le fléau de la drogue, mais aussi à réduire les sources de financement des réseaux mafieux ou terroristes.

i Ce calcul est basé sur la rapport de l’Australian criminal intelligence commission illicitdrug data report de 2015 – p216 : $235 000 USD par kilogramme

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense




A noter qu'un des plis est à la date du 26 sep 2016....


Aucun commentaire: