Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

5 mars 2018

Vedette de Surveillance et d'Assistance "Coriandre" Cherbourg Affaires Maritimes 1984

Vedette de Surveillance et d'Assistance "Coriandre" Cherbourg Affaires Maritimes 1984







"L’ancien bateau des Affaires maritimes de Cherbourg, de 1974 à 1998, est aujourd’hui sur la Seine. Son propriétaire l’a complètement transformé. Et cherche à retracer son histoire.

Il est un bateau qui vit une paisible retraite sur la Seine à Paris. Ce bateau, c’est la Coriandre. Ancienne propriété des Affaires maritimes de Cherbourg, il a permis de secourir et sauver 1 132 personnes entre 1974 et 1998. Aujourd’hui, c’est Jean-Noël Lanctuit, son propriétaire depuis 2002, qui cherche à le sauver en lui redonnant vie. "C’était un bateau qui coûtait cher à faire fonctionner car il consommait beaucoup (16 000 litres pour une semaine en activité, N.D.L.R.). J’ai donc décidé d’enlever le moteur, de découper la partie arrière et d’en faire un grand appartement de 135 m²."


En 1984, la vedette CORIANDRE a été au centre d'un débat suite à sa non sortie lors de trois noyades à Cherbourg. Les débats sont remontés jusqu'au Sénat.







"Reste le dernier problème, mais non le moindre, que je voulais aborder. Il s'agit des crédits affectés aux vedettes dépendant des quartiers des affaires maritimes et, plus précisément, du cas de La Coriandre, vedette du quartier des affaires maritimes de Cherbourg. N'ayant pas encore obtenu de réponse à une question écrite que je vous avais adressée à ce sujet, monsieur le secrétaire d'Etat, je me permets d'aborder ce problème ce soir.

Pour cause de « régulation budgétaire » vous avez réduit la disponibilité de cette vedette. Je sais, et nous le savons tous fort bien, que ces vedettes ne sont pas les seuls moyens dont disposent les préfets maritimes pour les opérations de recherche et de sauvetage des personnes en détresse en mer. Aux côtés de la S. N. S. M., toutes les administrations qui disposent de moyens spécialisés y concourent. Néanmoins, certains dispositifs de La Coriandre, entre autres, la rendent plus efficace que d'autres unités, ne serait-ce que son temps de mise à l'eau ou d'appareillage qui n'est que de dix minutes.

Vous savez, par ailleurs, que trois personnes se sont noyées dans la nuit du 31 octobre au 1 novembre 1984 près de Cherbourg. La participation de La Coriandre aurait été la bienvenue même si personne n'ose affirmer, par respect pour les familles des victimes, que sa présence aurait modifié le cours des choses."

Les marins de La Coriandre sont en grève, ce que j'approuve totalement, à titre personnel. Il est inacceptable, monsieur le secrétaire d'Etat, qu'un Gouvernement prenne la responsabilité du sauvetage à mi-temps. Mais, plus grave encore, et je le déclare avec beaucoup de solennité, serait de ne pas oeuvrer pour régler cette situation. Ce serait faire preuve d'irresponsabilité !

Les mesures que vous avez prises aboutissent à rendre impos- sibles toutes les missions de sauvetage en mer avec les consé- quences dramatiques que cela implique, toutes les mesures de surveillance des pêches avec, en corollaire, sur notre côte de la Manche, le risque d'appauvrissement des gisements de praires et de coquilles Saint-Jacques dont l'équilibre est fragile.
J'ajoute que des centaines d'emplois sont menacés, en parti- culier sur le transmanche puisque l'on va supprimer des lignes.

Notre pavillon ne couvre que 5 p. 100 du cabotage.

J'ai reçu, aujourd'hui même, un appel de détresse, c'est le cas de le dire, des syndicats C. G. T. et F. O. de Cherbourg. Ils me disent : « On coupe la moitié de nos crédits pour novembre et décembre avec menace que cela continue en 1985. » Il s'agit de La Coriandre, bateau de sauvetage en mer. On ne peut pas parler d'augmenter les crédits pour la sécurité et en même temps les réduire de 50 p. 100. Cela me semble parfaite- ment contradictoire.

Sources 
Ouest France 
Journal officiel Sénat

https://www.ouest-france.fr/normandie/cherbourg-en-cotentin-50100/cherbourg-une-seconde-vie-paris-pour-la-coriandre-5515176

Aucun commentaire: