Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

1 févr. 2018

Sous-marin Dauphin Cherbourg Lorient Toulon durée plongée Sauna banquise SNLE Triomphant Sisyphe

Sous-marin Dauphin




Mis sur cale en 1953, le sous-marin Dauphin est mis à flot le 17 septembre 1955. A cette occasion, M. Jean Crouzier, secrétaire d'état à la défense et aux forces armées, se rend à Cherbourg pour assister au lancement, qui intervient 9 mois après celui du prototype de la série, le Narval.Du 29 mai au 31 juillet 1958, sa croisière d'endurance, peu satisfaisante, est entachée par de nombreuses avaries de diesel. Le fond du 1er piston du moteur tribord se fèle, le bloc-cylindre 4 bâbord est perforé... D'autres essais au large on lieu les 3 et 4 juin.Malgré ces résultats peu probant, du moins pour la partie propulsion, le Dauphin est admis au service actif le 1er août 1958.



Le 29 mai 1958, le Requin quitte Lorient, puis plonge aussitôt et ne refait surface que le 9 juillet au large des Açores, après 42 jours passé sous l'eau. Quant au Dauphin, parti de Cherbourg le 7 juin, il remonte ce même 9 juillet à la surface non loin de la zone où se trouvait le Requin, après 32 jours de plongée ininterrompue. A bord du Requin et du Dauphin se trouve un équipage de 60 hommes dont 7 officiers et un médecin, exceptionnellement embarqué pour suivre le comportement de l'équipage et fournir les soins éventuel.





Après avoir quitté Lorient, en compagnie du Narval le 18 mai 1965, il en revient le 19 avril de la même année après une escale au retour dans le port d'Hambourg. Lors de cette opération, baptisé « Sauna », assistés par le BSL Rhône et par 3 bimoteurs de patrouille maritime P2V-7 Neptune de l'aéronautique navale, les deux sous-marins restent une dizaine de jours à la latitude 72° Nord, à proximité puis sous la banquise, navigant de polynia en polynia (les polynias sont des trous d'eau, ou des zones de glace de faible épaisseur, ouverts au milieu de la banquise).




Le 25 mai, les sous-marins passent le cercle polaire. Le 26 les premiers blocs de glace sont en vue. A bord du Dauphin, un ancien marin raconte que pour faire surface, il a fallut casser jusqu'à 1,20 mètres de glace. Les bateaux souffrent de ces remontées inhabituelles, et les tôles des supertructures sont en piteux état. Le Dauphin déchira même 5 soutes à gasoil. La température descendra jusqu'à -17°C. Le Narval et le Dauphin seront les premiers sous-marins français à naviguer sous la banquise.


l'agence a ouvert le 1er avril 1964  
TàD Ctre sous-marins Lorien Marine 30-4-1986

De 1984 à décembre 1985, alors que presque tous ses frères sont désarmés, le Dauphin est transformé en bâtiment d'expérimentation à Lorient. Il sert de banc d'essai au profit des futurs SNLE type Le Triomphant. Il perd ses armes, mais gagne quelques mètres de longueur et un nez... qui va transformer la face des forces sous-marines. Le poste des torpilles devient lieu de travail et de vie des expérimentateurs. La base sonar sphérique est placée sur l'avant, les antennes acoustiques de flanc fleurissent ça et là sur la carène extérieure, et les baies électroniques envahissent l'intérieur. Le sas nageur est tronconné et remplacé par une installation hydraulique permettant d'expérimenter les bouées de réception VLF des SNLE.



En juin 1986, le Dauphin quitte ensuite Lorient pour rejoindre Toulon, où il effectue sa première campagne d'expérimentations. Ce formidable banc d'essai sera connu sous le nom de « Sisyphe » (Sous-marin Installé en Système Pour l'Hydroacoustique Expérimentale). Les enseignements tirés seront directement appliquable sur le nouveau SNLE-NG Le Triomphant.



Les semaines de mer alternent avec les passages au bassin. Plus de 200 essais différents seront réalisés. En fin de campagne, l'installation d'une station prototype du système de transmissions par satellite Syracuse, permet de réaliser en SHF une liaison entre le sous-marin et la terre via le satellite Telecom 1A. C'est une première mondiale dans cette gamme de fréquence.







Le 20 novembre 1992, une sortie a lieu avec les anciens commandants, dont l'amiral Louzeau, ancien chef d'état-major de la marine. La dernière escale sera à nouveau Nice (ville marraine ?) du 28 au 29 novembre 1992.

Le Dauphin effectue sa dernière sortie le 4 décembre 1992. Il aura effectué 43 000 heures en plongée au cours de sa carrière. Désarmé le 31 décembre 1992 (dernières couleurs), il est alors prévu de devenir brise-lames à l'île du Levant (l'a t-il jamais été ?).

Il est condamné à Toulon en octobre 1993, et prend le numéro de condamnation Q694. Sa coque est mise en attente à Brégaillon. Elle est utilisée le 17 décembre 2003 comme but de tir au large de Toulon par la frégate Aconit puis pétardée et coulée le même jour par des plongeurs démineurs du GPD Méditerranée.
















Aucun commentaire: