Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

21 févr. 2018

Cherbourg Naval Group Déconstruction des SNLE Terrible Inflexible Tonnant Indomptable Foudroyant

Cherbourg Déconstruction des SNLE






Sur le site de Naval Group, à Cherbourg, cinq sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de première génération vont être détruits. Un chantier titanesque qui débutera cet été.

SNLE Cherbourg photo JM Bergougniou

En chiffres
Ils s’appellent Le Terrible, Le Foudroyant, L’indomptable, Le Tonnant et L’Inflexible … Ces cinq sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de première génération vont être déconstruits par Naval Group, à Cherbourg, d’ici 2027. Ils ont été lancés à partir des années 60 et retirés du service entre 1991 et 2008.

SNLE Cherbourg photo JM Bergougniou

La déconstruction des coques doit démarrer cet été après la fin des travaux sur le futur chantier, en juillet. L’installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE), logée dans la forme 5 du port militaire, comptera, entre autres, une salle blanche pour le désamiantage, un lieu de découpe et une grue.

SNLE Cherbourg photo JM Bergougniou

Ces déconstructions vont être entreprises alors que Naval Group planche sur la nouvelle génération de sous-marins. Le Suffren , tête de série des Barracuda, devrait être livré à la Marine en 2020.
Environ une soixantaine de personnes travaillera sur le chantier. Compte tenu des compétences particulières que nécessitent de tels travaux, Naval Group va faire majoritairement appel aux salariés de Veolia, pour la dépollution et la gestion des déchets, et de Neom, pour le désamiantage.


SNLE Cherbourg photo JM Bergougniou

La chaufferie nucléaire des sous-marins a déjà été retirée dans une précédente phase de démantèlement.
Le premier à rejoindre le chantier devrait être  Le Tonnant . « Il faut compter dix-huit mois pour déconstruire un sous-marin. Les coques vont être découpées de manière horizontale, en strates. Nous avons opté pour ce procédé après une étude menée en 2012 »  , précise Olivier Lezin, directeur de programme dans la direction service de Naval Group, en charge de la déconstruction.

SNLE Cherbourg photo JM Bergougniou

Avec la création de cette nouvelle activité, le groupe de plus de 2 000 collaborateurs va maîtriser l’ensemble de la chaîne de production : de la conception à la destruction. « Un défi industriel » que semble aborder sereinement l’entreprise.

Les coques de 100 m vont être dépiécées par morceaux de 4 m2 au chalumeau. « 87 % de la masse des navires va être recyclée », détaille Olivier Lezin. Une nouvelle vie pour les 7 000 tonnes d’acier et un voyage inédit pour ces sous-marins qui ont marqué l’histoire de Cherbourg.
Par  Margot GARNIER. |  Modifié le  | Publié le 


Aucun commentaire: