Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

6 sept. 2017

L'Atlantique en Kayak Aleksander Doba Pologne Kayak USA BRETAGNE à la rame

A 70 ans, il réussit sa troisième traversée de l’Atlantique en kayak




Une troisième traversée de l’Atlantique en solitaire à l’âge de 70 ans. Voilà l’exploit réalisé par le kayakiste polonais Aleksander Doba qui est arrivé dimanche au Conquet près de Brest après 111 jours de navigation. « Hello ! C’est la France, c’est Aleksander Doba et j’ai fait officiellement mes premiers pas sur la terre ferme en Europe », a déclaré le septuagénaire polonais dans une video postée sur sa page Facebook. « Je me sens bien et je suis très content d’avoir finalement atteint l’Europe ! », a-t-il ajouté.


photo Bernard Hily



Un périple de 6.680 kilomètres en solitaire

Parti de Barnegat Bay dans le New Jersey (Etats-Unis) le 17 mai dernier, le kayakiste a bravé une mer forte et affirme même avoir « caressé un requin » lors de son périple de 6.680 kilomètres de part en part de l’Atlantique nord. En juin 2016, Aleksander Doba avait dû renoncer en raison d’une mer formée qui avait retourné son kayak par deux fois au large du New Jersey.



photo Bernard Hily

Ingénieur à la retraite, il avait déjà traversé deux fois l’océan Atlantique en kayak, en solitaire et sans assistance. La première traversée l’avait mené de Dakar à Acarau au Brésil entre octobre 2010 et février 2011, et la deuxième de Lisbonne à Port Canaveral, en Floride, entre octobre 2013 et avril 2014.



photo Bernard Hily


Tel un diable sorti des mystères de l'océan, avec la barbe et les cheveux d'un authentique Robinson, Aleksander Doba, alias Olek, a bondi comme un ressort de son étroit kayak et s'est mis à piquer un sprint vers le haut de la cale du Conquet ! Cent dix jours qu'il n'avait pas marché sur la terre ferme ! Mais qu'à cela ne tienne, le doux dingue polonais a montré qu'il en avait encore sous la pagaie, à 71 ans dans une semaine ! Il est grimpé sur un muret, en exhortant la centaine de personnes venues l'accueillir en héros. Pas facile de le suivre en polonais dans le texte, mais impossible de rester insensible à l'énergie et à l'émotion du moment. 
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/brest/traversee-de-l-atlantique-en-kayak-arrivee-completement-surrealiste-04-09-2017-11649899.php#6LiUfY2lKVD4C8gd.99



photo Bernard Hily

On nous avait prévenus : « Vous allez voir, il va faire comme le pape, il va s'allonger et embrasser la terre »... Déjà, en approchant des quais, il avait effectué ses derniers coups de pagaie en psalmodiant dans sa langue des phrases reprises en choeur par ses proches. Mais pas question de commencer par les embrasser. Hirsute, l'aventurier est parti en courant, longue pagaie à la main, vers le premier carré d'herbe pour s'y jeter face contre terre. ll y a étreint la terre du Vieux Continent désiré depuis New York. « Et dire que j'ai failli rater l'Europe. Elle est si petite à l'échelle de l'océan ! ».
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/brest/traversee-de-l-atlantique-en-kayak-arrivee-completement-surrealiste-04-09-2017-11649899.php#6LiUfY2lKVD4C8gd.99

photo Bernard Hily

photo Bernard Hily

photo Bernard Hily

photo Bernard Hily

photo Bernard Hily

photo Bernard Hily

photo Bernard Hily

photo Bernard Hily


Merci à Bernard Hily pour ces photos de l'arrivée au Conquet 

Aucun commentaire: