Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

12 sept. 2017

La Capricieuse retour en métropole pour désarmement

La Capricieuse avant La Gracieuse 

Alors que l'ouragan IRMA vient juste de passer sur les Antilles que les populations de St Martin et Saint Barthelemy ont tout perdu, je reviens sur le désarmement des P400 et notamment sur celui de la Capricieuse dont la ville marraine était Gustavia à Saint Barth. La Capricieuse avait été présente lors des cyclones Hugo et Cindy.



Les photos sont celles de La Gracieuses prises par Bernard Hily.
Merci à lui 


Mis sur cale le 12 septembre 1983 aux chantiers des Constructions Mécaniques de Normandie (CMN) de Cherbourg, lancé le 31 octobre 1984, le patrouilleur La Capricieuse a été admis au service actif le 13 mars 1987.

Basé du 13 mars 1987 au 17 août 1990 à Fort-de-France (Martinique), ses missions comme celles des autres bâtiments de la Marine dans l'arc antillais, sont alors principalement des missions de surveillance et de sauvegarde maritime. En septembre 1989, il a été utilisé pour l'assistance aux territoires sinistrés par le cyclone Hugo.





Ce bâtiment est, depuis 1990, stationné en Guyane. Son port base est situé à quelques kilomètres de Cayenne, à la base navale de Degrad des Cannes, de même que son sistership, le patrouilleur L'Audacieuse.

Il assure des missions de surveillance des abords maritimes du Centre Spatial Guyanais lors des tirs de fusées Arianeet de police des pêches au contact des crevettiers étrangers. En août 1993, La Capricieuse a fournit une assistance humanitaire aux territoires ravagés par la tempête Cindy, notamment l'île de Saint Barthélémy.

Ce patrouilleur a pour ville marraine Port de Gustavia (île de Saint Barthélémy) depuis le 24 août 1988.





Après 30 années d’une activité opérationnelle riche, le patrouilleur (P400) La Capricieuse a quitté définitivement la zone maritime Guyane le 4 mai 2017. La relève est assurée par le patrouilleur léger guyanais (PLG) La Confiance.

Quatre détonations ont salué le départ de celle que les marins appellent affectueusement « la Cap’ ». L’émotion était palpable pour l’équipage et pour le commandant, le lieutenant de vaisseau Arthur Fuseau. Ils ont eu à cœur de mener de front la conduite des missions de lutte contre la pêche illégale et la préparation opérationnelle et technique de la dernière mission. La Capricieuse va conduire une ultime patrouille et accomplir enfin une traversée transatlantique vers Brest avant son désarmement.




La Capricieuse, ce sont 122 missions de protection maritime du Centre Spatial Guyanais (CSG) ou encore 104 navires déroutés dans le cadre de la lutte contre la pêche illégale. Aucun mouvement d’humeur côté machines, le travail sans relâche des mécaniciens du bord s’attache depuis toujours à démentir un nom de baptême prometteur : ce trait visuel est simplement devenu sa marque et on ne la verra plus sur le fleuve Mahury.





La « Cap’ » passe une dernière fois devant la base navale et embouque le chenal vers le large où l’attend sa relève, le patrouilleur léger guyanais (PLG) La Confiance. Moment symbolique de passation de témoin avant que La Capricieuse ne disparaisse à l’horizon : la relève est assurée, la zone maritime Guyane est sous bonne garde.




La relève est assurée par le patrouilleur léger guyanais La Confiance, bâtiment de nouvelle génération spécifiquement conçu pour la Guyane à partir du retour d’expérience des patrouilleurs de 400 tonnes. La Confiance est à présent à pleine disponibilité opérationnelle, son admission au service actif a été prononcée fin avril 2017.



photos Bernard Hily 

Aucun commentaire: