Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

24 août 2017

BASE NAVALE MAYOTTE DZAOUDZI MARINE NATIONALE marine nationale immigration kwassa

BASE NAVALE MAYOTTE DZAOUDZI 


Alors que le premier ministre Édouard Philippe a présenté mercredi un plan pour faire face aux migrations, zoom sur la situation à Mayotte, où 40% de la population est étrangère.

Le sujet est revenu dans l'actualité le mois dernier, à la faveur du mauvais mot du président Emmanuel Macron. «Le kwassa-kwassa pêche peu», lance-t-il lors d'un déplacement dans le Morbihan, en référence à ces petites embarcations de pêche typiquement comoriennes. «Il amène du Comorien, c'est différent», tente-t-il. La blague est de mauvais goût, mais elle reflète une forme de réalité. Mayotte, 101e département français depuis mars 2011, est littéralement submergé par l'immigration clandestine. Une situation qui passe sous les radars, puisque cette immigration n'est pas prise en compte dans le décompte national, pointe Mayotte 1ère.

Mayotte photo JM Bergougniou


Bernard et René, un nouveau cachet pour cette nouvelle Base navale est à réaliser!

Mayotte l'île aux makis timbre réalisé à partir d'une photo JM Bergougniou
Mayotte l'île aux makis  photo JM Bergougniou


Mayotte Elément de base navale photo JM Bergougniou

L’état-major de la Marine a décidé la transformation de l’Élément base navale de Mayotte en « base navale » Mayotte. Ce changement d’appellation, effectif depuis le 9 septembre 2016, est une reconnaissance du statut et des missions conduites par la base navale, point d’appui essentiel pour les unités de la Force d’action navale prépositionnées au sein des forces armées dans la zone sud de l’océan Indien (FAZSOI).


Marine Base navale  photo Marine nationale 

Armée par 38 marins, la base navale Mayotte, implantée sur le rocher de Dzaoudzi depuis 1977, est un élément clé dans la chaine logistique de ravitaillement des forces de souveraineté qui assurent la permanence sur les Iles Eparses. 

expulsion vers les Comores photo JM Bergougniou
expulsion vers les Comores photo JM Bergougniou


Moyen nautique pour contrôler l'immigration clandestine photo JM Bergougniou


Son positionnement stratégique et ses prérogatives en font une pièce maîtresse du dispositif de lutte contre l’immigration clandestine par voie maritime.

Mayotte le lagon photo JM Bergougniou


À partir du poste de commandement de l’action de l’Etat en mer (PC AEM), elle exploite notamment quatre radars de veille répartis sur le département. 

Mayotte un radar photo JM Bergougniou


Ces outils permettent de détecter toute embarcation en provenance des îles voisines suspectée de se livrer au trafic de migrants. 


Kwassa saisis avant destruction photo JM Bergougniou

Mayotte CTM photo JM Bergougniou


En complément de cette veille, la base navale Mayotte dispose du P700 Vétiver, qui, aux côtés des moyens nautiques des autres administrations, prend part aux missions de surveillance de l’immigration clandestine.

Mayotte avant le défilé photo JM Bergougniou
En plus des bases navales de Papeete (Polynésie française), Nouméa (Nouvelle-Calédonie), Port-des-Galets (La Réunion), Dégrad des Cannes (Guyane) et Fort-de-France (Antilles), Mayotte est désormais la 6ème base navale rattachée à la Force d’action navale.


Mayotte la marine au défilé du 14 juillet photo JM Bergougniou


Située à quelque 70 km de Mayotte, l’île d’Anjouan fait partie de l’archipel des Comores, l’un des pays les plus pauvres au monde. Les Comoriens tentent chaque jour de traverser à bord de kwassa-kwassa (petites embarcations de fortune) pour atteindre Mayotte et l’espoir d’une vie meilleure. La Marine nationale, avec l’aide des autres administrations de l’État, participe à la surveillance des approches maritimes du 101ème département français.

Mayotte les quatre frères photo JM Bergougniou
Engagés auprès des 12 gendarmes maritimes de la Vedette côtière de surveillance maritime (VSM) Odet, mais aussi des moyens nautiques des différentes administrations (douanes, PAF, gendarmerie), les marins assurent tout au long de l’année une permanence à la mer. Afin de répondre au mieux aux exigences de sa mission, le Marine nationale s’est dotée en 2005 d’un poste de commandement où est coordonnée l’action de tous les moyens. Une veille radar y est effectuée. Les opérateurs détectent des pistes suspectes vers lesquelles sont envoyés des intercepteurs de jour comme de nuit. Quotidiennement, des barques transportant des Comoriens en situation irrégulière sont interceptées. Les clandestins sont ensuite reconduits vers Anjouan, capitale des Comores.

Mayotte les îlots M'Tsamboro au nord photo JM Bergougniou

Cependant, au-delà de ces chiffres, les hommes engagés dans cette mission font face quotidiennement à une misère et une pauvreté humaine sans commune mesure. Les conditions dans lesquelles ces Comoriens tentent de rallier le territoire mahorais sont des plus dangereuses et nombre d’entre eux disparaissent en mer (une trentaine de décès en mer estimés en 2012). Sous-motorisées et bien souvent surchargées, ces kwassa-kwassa ne sont pas conçues pour affronter les périls de la haute mer.


Mayotte le port de Dzaoudzi et le Rocher implantation de la légion étrangère photo JM Bergougniou




Aucun commentaire: