Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

7 juil. 2017

Donec : matricule 78651

Donec : matricule 78651

Nous saluerons aujourd’hui la destinée d’une femme de caractère qui ne s’en laissa pas conter.
Simone Veil était « une force qui va ». En 1944, survivre à la Shoah impliquait déjà une incroyable volonté de vivre.
Au retour, invitée à se taire, elle fait son droit et choisit la magistrature. Portée au combat par son caractère, sa volonté et son entêtement, elle devient haut fonctionnaire de l’administration pénitentiaire en charge d’affaires sensibles. La première aura pour thème le rapatriement en métropole des femmes prisonnières algériennes exposées aux mauvais traitements.



Entrée en politique, remarqué par le président Giscard d’Estaing, il lui confie le délicat dossier de « l’interruption volontaire de grossesse » un drame qui affecte chaque année des milliers des femmes. La législation en vigueur portait le sceau du maréchal Pétain et restait soutenue par un panel allant de l’ineffable Jeannette Vermeersch à de vieilles barbes hors du temps.

Son action déterminante fera table rase de ce passé encombrant sous les quolibets, les injures et la grossièreté de députés en folie.
Passionnée, exigeante, autoritaire, une telle nature ne pouvait se tenir éloignée des grandes cause du temps. En 1979 ce sera la construction européenne. Elle en deviendra la présidente.



Je me souviens de ce débat du 4 mai 1979 qui l’a mis aux prises avec Chirac, Marchais et Mitterrand lors de l’élection Européenne. Rayonnante, elle tint tête avec élégance à ces loups cerviers, se battant pied à pied et rendant coup pour coup.

Désormais, devenue la personnalité préférée des Français, chargée d’honneurs et de fonctions prestigieuses elle poursuivra une existence vouée aussi à la mémoire terrible de la Shoah.
Quelle image de la France elle a donné au Monde !

A la semaine prochaine

Donec

Aucun commentaire: