Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

6 juin 2017

Sainte-Mère Eglise La Fière Parachutage D-Day commémoration 82nd Airborne 505th PIR 4 juin 2017 73e anniversaire

Sainte-Mère Eglise La Fière Parachutage  D-Day


Sainte-Mère-Eglise est occupé au printemps 1944 par les soldats allemands de la 14ème compagnie du 3ème bataillon du Grenadier-Regiment 1058 et par les artilleurs de la 4ème batterie de l’Artillerie-Regiment 191.




Les Américains, durant la phase de préparation des opérations aéroportées préliminaires au débarquement en Normandie, placent le village de Sainte-Mère-Eglise au coeur des zones de saut de la 82nd Airborne Division.


C’est le 505th Parachute Infantry Regiment (505th PIR) commandé par le colonel William E. Ekman qui est chargé de s’emparer de la commune aux premières heures du Jour-J : celui-ci confie cette mission au lieutenant-colonel Edward C. Krause commandant le troisième bataillon. 




Afin de simplifier la prise de Sainte-Mère-Eglise, les Américains définissent une zone de saut directement au nord-ouest du village, entre la rivière du Merderet et la route nationale 13, codée zone de largage “O” (en anglais : drop zone “O”).



Au coeur de Sainte-Mère-Eglise, quelques heures avant l’arrivée des parachutistes alliés, un incendie s’est déclaré dans la maison de madame Pommier vers 23 heures le 5 juin 1944. Transformé en immense brasier quelques minutes plus tard malgré les efforts des habitants pour l’éteindre, ce feu sert de repère dans la nuit aux pilotes américains.


Peu après 01h50, un stick de la compagnie F du deuxième bataillon du 505th PIR est largué par erreur au-dessus du bourg : les Allemands, déjà alertés vingt minutes plus tôt par le largage de deux sticks du 506th PIR de la 101st Airborne Division sur la place de l’église, tirent sur les paras américains. Au moins un membre de la Fox Company tombe dans le brasier de la maison en flamme, le Private Charles P. Blanckenship.


Le largage des 118 sticks s’effectue dans d’excellentes conditions et le 505th PIRenregistre les meilleurs résultats de précision de l’ensemble des régiments aéroportés américains déployés dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 : 60 sticks (50% du régiment) atterrissent sur objectif ou à moins d’un kilomètre du centre de la zone de saut et 20 sticks sont dans un cercle de trois kilomètres de rayon autour de la drop zone


Le parc mémorial de La Fière est dominé par la statue «Iron Mike», représentation d’un parachutiste américain, copie de celle située à Fort Bragg, aux Etats-Unis en Caroline du Nord.

L'une des missions essentielles de la 82e division aéroportée américaine fut de prendre les ponts qui enjambaient le Merderet, à l'ouest de Sainte-Mère-Église



Entre le 6 et le 9 juin 1944, de violentes batailles se déroulèrent dans la région voisine de La Fière, au cœur des marécages volontairement inondés par les forces allemandes.
Le 6 juin, au lever du jour, une compagnie appartenant au 505e régiment d'infanterie parachutiste (Parachute Infantry Regiment - PIR) soutenue par des soldats des 507e et 508e régiments prit d'assaut le manoir de La Fière ainsi que le pont








Le Capitaine Anthony Stefanich, CO C Compagny, parvient à regrouper 70 hommes et tous filent en direction de leur objectif, le pont de La Fière près de Sainte-Mère-Eglise.


Arrivés sur zone vers sept heures, ils participent avec des éléments du 507th PIR à la capture du Manoir près du pont. Le Capitaine Stefanich, suivi par Joe Fitt et un autre para, essaie en se faufilant dans un fossé de déborder une mitrailleuse ennemie postée dans un des bâtiments. 



Soudain Fitt bondit hors de son abri et traverse la route sans tirer. Il plonge dans l'allée d'un champ voisin et arrose ensuite les allemands avec un fusil-mitrailleur BAR. Le manoir passe bientôt entre les mains de la 82nd. Puis les paras se mettent en position défensive autour de l’édifice et attendent la réaction ennemie. Sur les hauteurs du manoir, en direction de la chaussée, ils ont disposé un canon de 57 mm.



Après seize heures, 3 blindés allemands venant de Cauquigny, suivis par 200 fantassins, s’avancent sur la route en direction des parachutistes. Devant les blindés, les allemands font avancer entre 12 et 15 prisonniers américains. Ces derniers doivent enlever les mines posées plus tôt par leurs camarades sur la chaussée. La tension est insoutenable, les allemands mettant à rude épreuve les nerfs des libérateurs.






N’y tenant plus, le Sergent Oscar L. Queen fait cracher sa mitrailleuse et abat le commandant du premier char. John B. Bolderson, Gordon C. Pryne, Lenold Peterson et Marcus Heim sont tapis de chaque côté de la chaussée. Ces deux équipes de Bazooka envoient leurs roquettes contre la colonne de blindés. Le canon de 57 mm fait feu à son tour sur le premier char qui s'immobilise. Cependant celui-ci tire toujours et fauche des parachutistes.





Fitt sort alors à découvert et franchit le pont de La Fière au milieu du claquement des balles. Puis il grimpe sur le blindé et lance une grenade à l’intérieur. L’explosion élimine les tankistes, le char allemand se tait. Pour sa bravoure, Fitt reçoit la Silver Star, mais à titre posthume. En effet il est tué par un tir de sniper le 13 juin aux abords de la gare de Montebourg.

Il repose aujourd’hui au Mémorial Park de Taylorsville, dans le comté de Salt Lake City dans l’Utah.




















































toutes les photos (c) JM Bergougniou


sources :

Read more at http://www.plagesdu6juin1944.com/accueil/utah/itineraire-n-7/la-fiere-cauquigny.html#mQ7oImPvBzE9KABC.99

Aucun commentaire: