Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

30 juin 2017

FASM LATOUCHE-TREVILLE en Islande Mission Grand Nord Svalbard Spitzberg Reykjavik PQ-17 convoi OTAN URSS sous-marin Dynamic Mangoose juin 2017 june

FASM LATOUCHE-TREVILLE en Islande Mission Grand Nord 

La Frégate LATOUCHE-TREVILLE poursuit sa mission Grand Nord avec une escale en Islande

Dans le cadre de son déploiement dans le Grand Nord, la frégate anti-sous-marine (FASM) Latouche-Tréville a atteint le sud de l’archipel du Svalbard et ainsi aperçu au loin les montagnes enneigées de l’île majestueuse du Spitzberg. Rapidement confrontée à la présence de nombreux growlers (petits icebergs également appelés bourguignons), la frégate a envoyé son hélicoptère Lynx en mission de reconnaissance afin d’évaluer la possibilité de progresser plus au nord. La confirmation de la présence des prémices de la banquise a conduit à réorienter la patrouille et à éviter avec prudence les bancs de brumes dans ces eaux aux températures négatives.



Le 23 juin 2017, le Latouche-Tréville a rejoint Reykjavik, dernière escale de sa mission dans le Grand Nord. La frégate y a intégré une force de l’OTAN pour mener un exercice de lutte anti-sous-marine de grande ampleur. 


http://icelandreview.com/news/2017/06/23/nato-submarine-exercise-icelandic-waters


The submarine belongs to the Norwegian navy, and another submarine from Germany is expected later. In all, five submarines will participate in the exercise, which is to take place south of Vestmannaeyjar islands in southern Icelandic waters, and the other three submarines will head directly to that location.
The submarine surveillance exercises, dubbed Dynamic Mongoose 2017 this time, have been carried out annually since 2012, but always in Norwegian waters up until now, according to a press release from the Ministry of Foreign Affairs.
http://www.mc.nato.int/missions/exercises/dynamic-mongoose-2017.aspx

L’arrivée à Reykjavik a d’abord été l’occasion de rendre hommage à la mémoire de marins disparus lors de la seconde guerre mondiale. Sept bâtiments de l’OTAN ont participé à une parade navale en mémoire du convoi PQ-17. Ce convoi avait été organisé par les forces alliées en 1941 pour ravitailler l’URSS en matériel de guerre. Parti fin juin, le convoi subira les attaques répétées des sous-marins et des avions allemands entre Reykjavik et Arkhangelsk. Seuls 3 des 41 bâtiments du convoi arriveront à destination début juillet 1941.




La parade navale a eu lieu dans le fjord d’où le convoi PQ-17 était parti. Un bâtiment des garde-côtes islandais a ouvert la voie, suivi par un sous-marin norvégien et, outre le Latouche-Tréville, par des frégates danoises, norvégiennes, néerlandaises et britanniques. La force a évolué en formation avant de procéder à un dépôt de gerbe à la mémoire des marins disparus.

Sources 

Marine nationale 

http://www.defense.gouv.fr/marine/actu-marine/le-latouche-treville-participe-aux-commemorations-du-convoi-pq17-en-islande

http://www.colsbleus.fr/articles/9757

https://www.af.is/evenement-culturel/escale-de-la-fregate-latouche-treville/?lang=fr
https://is.ambafrance.org

Information plus anciennes sur l'Islande 

La Patrouille de France a fait escale en Islande les 19 et 20 mars dernier.
L’élite de l’armée de l’air française se dirigeait vers les États-Unis pour une tournée commémorant la Première Guerre Mondiale.
Les dix Alpha Jet, accompagnés par un Falcon et un A400M, ont débuté leur périple par un arrêt en Écosse puis en Islande, avant de se rendre au Groenland et enfin sur le sol américain.
Retrouvez ici les photos de l’escale de la Patrouille de France ainsi qu’une vidéo sur ce passage dans le grand Nord !






À l’occasion du festival de la mer et de la journée des pêcheurs, l’Ambassade de France en Islande, l’Alliance Française de Reykjavik et le musée de la photographie ont organisé, du 10 au 16 juin, une exposition sur la vie des marins pêcheurs français dans les années 1910-1920, dans les locaux de l’Alliance (Tryggvagata 8, 101 Reykjavik).



Cette exposition reprenait une série de clichés issus de la collection du musée de la photographie. On pouvait y découvrir le visage de ceux qui passaient des mois en mer loin de leur famille, à pêcher la morue, leurs conditions de vie sur les goélettes, ainsi que leur quotidien sur la terre d’Islande, à chasser, laver leur linge ou à se réunir dans les chapelles construites à Reykjavik ou à Faskrudsfjordur.

Aucun commentaire: