Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

30 mars 2017

le lancement du Redoutable et le bouton vert

le lancement du Redoutable 

et le bouton vert


C'est en appuyant sur un bouton vert, le 29 mars 1967, que le général de Gaulle a ordonné le lancement du Redoutable. 






La scène s'est passée, il y a cinquante ans et depuis ce jour un mystère plane autour de la disparition de ce bouton. Après la cérémonie quelqu'un l'a subtilisé... et ce n'est pas le général André Germain, ICITA en retraite et chef de l'atelier Electricité en 1961, qui a bien voulu conter à la rédaction d'Emergence le Journal interne DCN, l'histoire de ce bouton si convoité. 





"Lorsque qu'un Président de la République se déplace, rien ne se fait sans l'accord du protocole élyséen". 

Le général étant myope, il est conseillé que ce bouton soit de grande dimension. 


La couleur rouge étant exclue pour raison évidente de sensibilité politique, le bouton sera donc vert, couleur des boutons de démarrage des moteurs. 












"Un prototype est commandé au Service "Plastiques" du CETSM (futur CETEC) et après accord, une série de trois boutons identiques est fabriquée". Peu avant la cérémonie, André Germain visse le bouton sur le pupitre de lancement, .. après l'avoir identifié par une croix tracée au dos.




Le Redoutable lancé, la cale se vide de son public. Il remplace, par prudence, le bouton à présent consacré par le général, par le sosie n°2. 


Ce qu'il prévoyait arrive et le jour même le bouton disparaît. 
"Qu'importe! après tout ce n'est pas le bon", mois il se garde bien de le dire. 


Quelques mois plus tard, revenant d'une mission à Paris, un chef de section lui déclare avoir vu exposé dons le bureau d'un haut personnage de la recherche scientifique le fameux bouton. 










C'était donc lui, l'aficionados du général qui s'était emparé de ce précieux souvenir ! Indigné, un Ingénieur en Chef, informé du fait, se propose de récupérer le souvenir cherbourgeois. 

Malicieusement, André Germain lui confie le sosie n°3, afin d'opérer une substitution lors d'une prochaine mission. Il semble que cela fut fait. Mais peu importe le sort de ces deux copies, puisque le vrai c'est André Germain qui le possède toujours.



Aucun commentaire: