Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

27 févr. 2017

L'AUVERGNE a quitté Lorient BRETAGNE Morbihan chantier naval DCNS FREMM Larmor

L'AUVERGNE a quitté Lorient 


"Un vaisseau là, dans la brume

A tiré trois coups de canon.

A Larmor, c'est la coutume,

Le vieux clocher lui répond."





La frégate multimissions AUVERGNE 142 mètres de long, construite par DCNS a quitté les rives du Scorff, hier, pour gagner son futur port d'attache, Toulon.


L'Auvergne à Larmor-Plage photo (c) Patrick Le Pestipon



Comme le veut la tradition, en passant au droit de Larmor-Plage, elle a envoyé plusieurs coups de canon pour saluer Notre-Dame de Larmor.




L'Auvergne salue N-D de Larmor photo (c) Patrick Le Pestipon





Notre-Dame de Larmor a toujours été tellement vénérée par les gens de mer que depuis le XVIe siècle, pas un navire de guerre n'entre dans le port de Lorient ou ne le quitte sans saluer par trois coups de canon la Vierge Marie, Etoile de la mer, pour se mettre sous sa protection. A ce signal, le clergé bénit le navire, sonne les cloches à toutes volées et hisse le pavillon pour rendre le salut à nos valeureux marins. D'où la devise de Larmor : "Bon vent à qui me salue".


La légende dit que pour n'avoir pas respecté cette coutume le 10 avril 1854 en quittant le port de Lorient, la frégate de 60 canons, La Sémillante, affectée au ravitaillement entre la France et la mer Noire pendant la guerre de Crimée, dont le commandant était huguenot, fait naufrage le 15 février 1855 dans les bouches de Bonifacio avec 700 hommes à bord. Il n'y a aucun rescapé.

L'Auvergne devant la Forteresse de Port-Louis photo (c) Patrick Le Pestipon




L'Auvergne devant Larmor-Plage photo (c) Patrick Le Pestipon

En octobre 1896, le navire Prosper-Corue qui fait le service de Lisbonne à Arzeu en Algérie est attaqué par environ 150 Maures de la tribu des Bacoyas. Heureusement, un vapeur espagnol, le Séville, parvient à mettre en déroute les pirates après un combat en règle. Le Prosper-Corue est abandonné après le pillage avec un seul matelot à bord, alors que son capitaine Joseph Aubé, de l'Ile-aux-Moines, a été fait prisonnier. Le bateau sera finalement remorqué jusqu'à Alméria par le vapeur Oswel où le rescapé est pris en charge par le consul de France. Il s'agit du jeune Le Mouël, fils d'un ouvrier du port de Lorient. Voyant le bateau tombé aux mains des pirates, croyant son capitaine et tous ses compagnons tués, il se souvint de N.-D. de Larmor et lui promit s'il échappait au danger de faire dire une messe dans son sanctuaire. De bon matin, le 25 octobre, son père raconta à M. Le Bras, le vicaire de Larmor, ce qui était arrivé à son fils et lui demanda d'exaucer le vœu qu'il avait fait à la Vierge en disant une messe le plus tôt possible. Ce qui fut fait dès le lendemain.




L'église de Larmor construite du 15e au 16e siècle siècle est très bien conservée. Sa charpente est remarquable avec des parties sculptées très importantes par exemple les sablières, les entraits et les culots de poinçon. 

Le porche comporte 12 statues polychromes.
Le clocher est plus récent, il date du 17e siècle.source :

Ville de Larmor-Plage

http://envelopmer.blogspot.fr/2016/09/fremm-auvergne-premiere-sortie-la-mer.html


L'Auvergne à Larmor-Plage photo (c) Patrick Le Pestipon

Merci à Pierrot, Patrick et Claude

Aucun commentaire: