Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

24 févr. 2017

Humour dans le carré par Donec Rouge Bresil février 2017

Donec : rouge brésil


Bonjour à tous,

En France nous ne manquons pas de bouffeurs d’écoutes dont les exploits deviennent des mythes. Naturellement leurs patronymes ornent la poupe de nos bâtiments de guerre.



Paradoxalement quelques uns restent dans l’ombre et c’est absolument injuste. Tel est le cas de Nicolas Marie Durand de Villegaignon qui nait en 1510 à Provins
En 1531 le voilà grâce à la recommandation de son oncle Villiers de l’Isle Adam, grand maitre de l’ordre Saint Jean de Jérusalem, chevalier de Malte. Cet ordre en ce temps là pourvoyait notre Marine en officiers.
Il va réaliser au cours de sa carrière quelques exploits qui méritent d’être contés. En 1548, il commande une flotte qui se rend en écosse prendre livraison de la petite fiancée du dauphin François : Marie Stuart. Il réalise cette opération au nez et à la barbe des Anglais avec ses galères. Il contourne l’Ecosse par le nord, descend la mer d’Irlande pour embarquer la belle dans l’estuaire de la Clyde.



En 1556 HENRI II finance une expédition destinée à fonder une colonie Brésilienne où les protestants pourraient exercer librement leur culte. Il quitte le Havre en aout 1555 avec deux bâtiments et 600 marins pour débarquer dans la baie de Rio sur une ile. Il y fait élever un fort qu’il baptise Fort Coligny en l’honneur de son mentor. Il abrite aujourd’hui l’école navale brésilienne. Dans cette colonie cohabitent catholiques et protestants. Des conflits ne tardent pas à éclater faisant le jeu des Portugais qui en 1560 investissent le fort. Mais Villegaignon était rentré en France en 1559. Les relations commerciales avec les Portugais se poursuivirent néanmoins. Mais c’en était fini de la belle aventure des Français au Brésil. Jean Christophe Ruffin dans son ouvrage « Rouge Brésil » nous raconte cette épopée.
Calviniste dans sa jeunesse il est devenu catholique et ne manque pas de s’investir dans les guerres de religions du coté papiste.
En 1567 il est nommé gouverneur de Sens et s’éteint en 1571 dans la commanderie hospitalière de Beauvais-en-Gâtinais près de Nemours.
Quelles aventures !

A la semaine prochaine.

Donec

Aucun commentaire: