Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

4 déc. 2016

Le B2M CHAMPLAIN est arrivé à Brest 1er décembre 2016

Le B2M CHAMPLAIN est arrivé à Brest 1er décembre 2016



Construit aux chantiers Piriou de Concarneau, le troisième des quatre bâtiments multi-missions de la Marine nationale quitte Concarneau en matinée du 1er décembre pour gagner Brest dans l'après-midi. 




Ce vendredi, une cérémonie à bord a marqué officiellement la prise de commandement du bâtiment par le lieutenant de vaisseau Montastier. Le Champlain gagnera au printemps sa future base de Port-des-Galets, à La Réunion, où il remplacera le bâtiment de transport léger La Grandière, rentré en métropole cet été en vue d'y être désarmé.







Implantées sur tous les océans, les bases navales en outre-mer sont les indispensables piliers de la flotte chargée de veiller sur les immenses espaces maritimes ultramarins. À ces bases navales, parties intégrantes des forces dites « de souveraineté », s’ajoutent des points d’appui en territoire étranger, ou forces navales dites « de présence », permettant d’assurer le soutien logistique opérationnel des unités déployées. 


Le B2M CHAMPLAIN au Menguant Merci à Bernard Hily



Ils constituent un outil à part entière dans la palette dont dispose la Marine pour remplir ses missions. Tour d’horizon de ces emprises de la Marine indispensables pour nos unités stationnées ou déployées, alors que se profile le renouvellement des unités outre-mer.


Dans les zones de crise, les bases navales sont de véritables bases arrière de la conduite des opérations. Avec régulièrement cinq à dix unités déployées simultanément en océan Indien (le groupe aéronaval y a été déployé deux fois en 2015-2016), Djibouti et Abou Dhabi représentent de véritables ports d’appuis de la France que les unités doivent pouvoir rallier rapidement pour des missions de ravitaillement ou de réparation. .



Radar de veille à Mayotte photo (c) JM Bergougniou
Plus au Sud, Port des Galets, troisième base navale française en tonnage, permet d’assurer le départ des missions de soutien et de ravitaillement aux îles Éparses, de lutte contre la piraterie ou encore de protection des ressources halieutiques. À Mayotte, grâce à ses quatre radars de veille, l’élément de base navale concourt aux moyens de l’État pour lutter contre l’immigration par voie maritime dans le canal du Mozambique


Radar de veille à Mayotte photo (c) JM Bergougniou





Sources Marine nationale




Aucun commentaire: