Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

4 nov. 2016

Humour dans le carré par Donec en canote sur les chemins d'eau du Roi

en canote sur les chemins d'eau du Roi

Bonjour à tous,


Ces jours ci Le hasard m’a confié un petit ouvrage dont l’auteur me paraissait une sorte de misanthrope scout frotté de la pire réaction.

Jean Raspail photo (c) JM Bergougniou

Jean Raspail a écrit son ouvrage « En canot sur les chemins d’eau du roi » en 1949 sous la forme d’un journal qu’il a repris et publié en 2005. Il a 23 ans et la fougue d’un camelot du roi. Il embarque sur deux canotes avec trois amis. Il part du Québec sur les traces du père Marquette pour rejoindre la Nouvelle Orléans en Louisiane .Ces « maudits Français » du XVIIème siècle voulurent offrir un empire au roi de France. Les Cavelier de la Salle, Dollard des Ormaux, les pères Marquette et Joliet, rejoints par des dizaines d’aventuriers partent à la découverte de la Nouvelle France.

L’intérêt de ce texte réside dans la présence en toile de fond du XVIIème siècle. A chaque coup d’aviron Raspail nous rappelle les évènements qui se produisirent quatre cents ans plus tôt à l’endroit traversé. De Madeleine de Verchère qui tint tête aux Iroquois à la forfaiture des Anglais, tout y passe. Nous mettons nos pas dans ceux de nos ancêtres que nous abandonnerons allègrement à leur sort.


Situation que résume cet échange avec Camilien Houde que Raspail complimentait pour l’accueil et la générosité des Canadiens Français. Il s’attira cette réponse définitive : « Apprenez mon jeune ami et retenez une fois pour toutes, qu’il n’existe pas de Canadiens Français. Il n’y a que des Canadiens et c’est nous ! Les autres, ce sont les Anglais, établis par la force chez nous dans un pays qui fonctionnait très bien sans eux depuis plus de cent cinquante ans, un pays déjà exploré, cartographié, reconnu, administré, dans lequel il n’ont eu que la peine à s’installer. Ca n’en fait pas pour autant des Canadiens…

Raspail : dépaysement assuré

A la semaine prochaine

Donec

Aucun commentaire: