Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

29 juil. 2016

La Cancalaise Bisquine de Cancale CAN87 Bretagne Ille et Vilaine Bateau

La Cancalaise Bisquine de Cancale 
CAN87

Au XIXe siècle, les bisquines étaient des bateaux de travail typiques de la baie du Mont Saint Michel. Après les années 1940, victimes de la motorisation, les bisquines disparaissent du paysage, elles ne restent présentes que dans la mémoire des anciens. 

photo (c) JM Bergougniou

En 1984, le renouveau de la recherche sur les bateaux de travail incite une poignée de passionnés à créer une association pour construire et faire naviguer une bisquine. Grâce à Jean Le Bot qui en avait relevé les plans, « La Cancalaise » est construite sur le port de la Houle par des charpentiers de marine de la région et lancée « à l’ancienne » le 18 avril, 1987.

photo (c) JM Bergougniou


PAP Cancale représentant La Cancalaise et un Doris TAD illustré Fériales Littorales  20 21 juin 2009



Réplique bisquine La Perle, plans relevés sur épave par Jean Le Bot

photo (c) JM Bergougniou



photo (c) JM Bergougniou





Le gréement est typique des bisquines : gréement de lougre avec 3 étages de voiles totalisant 500 m² de toile en régates. La voûte est très importante pour des raisons d’économie. Les prix de construction étaient calculés sur la longueur de la quille. Une voûte importante permettait d’avoir une surface de pont maximum pour les lignes et cela pour un moindre coût. 

La reconstruction du bateau a été possible grâce à Jean Le Bot qui avait relevé les plans de l’épave d’une bisquine « La Perle », bisquine de Cancale de 1905. Il a fait don de ces plans à l’Association Bisquine Cancalaise. L’étude qu’il avait réalisée sur les techniques utilisées, le fonctionnement des bisquines, et l’environnement dans lequel les bateaux évoluaient a servi de référence pour la construction, l’équipement et aussi la navigation.

La Cancalaise à Bréhat photo (c) JM Bergougniou


Maître d'oeuvre : Raymond Labbé Chantiers; constructeurs : Chantiers Labbé « « Leclerc « « Fresneau








Année de construction  : 1987


Coque : type de construction, matériaux, formes particulières... :
Construction bois classique sur membrures, Carlingue tout chêne, Quille étambot et étrave en bois rouge, Pavois et pont en sapin, Mâts en pin d'orégon lamellé collé.



à la manoeuvre photo (c) JM Bergougniou




Pont et superstructures : description, matériaux :
Pont en sapin 3 capots en chêne, Banc de barre et barre franche en chêne.



Gréement : type, mâture, gréement courant, dormant, matériaux :
Type au tiers 3 mâts : grand mat, misaine tape cul. Bout dehors et queue de malet; Pin d'orégon lamellé collé

tout dessus photo (c) JM Bergougniou








Voilure : description, surfaces, matériaux :

Voiles avant : Grand foc – Petit foc – Jeanne d'Arc – Tourmentin – Bonnette -Misaine - 
Petit hunier – Petit Perroquet (3 étages de voiles) Grand voile – Grand hunier – Grand Perroquet (3 étages de voiles Tape cul – Hunier de tape cul 

En gréement de régates (avec perroquets et bonnette) la surface totale des voiles est d'environ 500 m². 
la table à cartes photo (c) JM Bergougniou


le beaupré poulies photo (c) JM Bergougniou

Jeu de voiles en Duradon pour la navigation quotidienne.

Voiles photo (c) JM Bergougniou






Emménagements : description, matériaux :
Cabine avant : gazinière inox – évier – toilettes – lavabo – table centrale - 12 couchettes Carré navigation – table à cartes – instruments de navigation – 3 couchettes Compartiment moteur Pic avant pour rangement voiles – cordages - défenses

à la manoeuvre photo (c) JM Bergougniou




Poulies photo (c) JM Bergougniou



Moteur(s) : type, puissance, année :
Moteur 180 CV – type Détroit Diesel – 1987 2 temps – injecteur pompe – 4 cylindres Le moteur est en bon état, mais l’entretien est chaque année plus exigeant et plus coûteux.




photo (c) JM Bergougniou
Quelques jours par an, la drague des huîtres était autorisée dans la baie. Jusqu’à 200 bateaux se rassemblaient en caravane dans la baie et mouillaient leurs dragues en même temps. Les bisquines étaient également des bateaux de régates très puissants. Les premières régates de Cancale remontent à 1845. La lutte était acharnée entre les bateaux. Pour les équipages, les prix remportés représentaient des gains substantiels.








Les bisquines étaient parfaitement adaptées aux pêches traditionnelles pratiquées dans la baie du Mont Saint Michel, le chalut, la drague et les cordes (lignes de fond). Au début du XXe siècle, 200 à 300 bisquines pratiquaient la pêche. 




Bastaque photo (c) JM Bergougniou


écoutes photo (c) JM Bergougniou



Flamme illustrée GRANVILLE représentant la Bisquine La Granvillaise


Les apôtres  allonges qui consolident le beaupré photo (c) JM Bergougniou





Paré à hisser? photo (c) JM Bergougniou



La Cancalaise à Morlaix entre Terre et Mer photo (c) JM Bergougniou







Toujours au taquet photo (c) JM Bergougniou







Epave à Bréhat photo (c) JM Bergougniou



Sémaphore de la pointe du Grouin



tarot photo (c) JM Bergougniou







Merci à Denis pour ses CPA 


Sources 

ABC


Patrimoine maritime


http://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-malo-35400/le-deces-de-jean-le-bot-pionnier-du-patrimoine-maritime-579179


http://lacancalaise.org/media/documents/3779_Le_Grand_Perroquet_Octobre_2013.pdf

http://www.lacancalaise.org/fichiers/


Aucun commentaire: