Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

10 avr. 2016

1816 - 2016 200 ans que Saint-Pierre et Miquelon sont en France





Les îles Saint-Pierre et Miquelon sont occupées depuis très longtemps puisque, lors de son passage en juin 1536, Jacques Cartier y trouva des navires de France et de Bretagne. D'abord base de pêche saisonnière pour les pêcheurs de morue qui arrivaient au printemps puis repartaient à l'automne, l'archipel accueillit bientôt des habitants permanents. Un recensement, ordonné en 1687 par le Gouverneur de Plaisance, fit état, à saint-Pierre de trois hommes, trois femmes et soixante-six engagés (à la pêche), une église et quatre maisons. En 1693 il y avait dix habitations à Saint-Pierre qui employaient deux cents personnes.



Malheureusement, l'animosité et les guerres entre la France et l'Angleterre soumirent cette jeune population à des raids, expulsions et pillages aussi douloureux que fréquents : 1690, 1713, 1778, 1793 sont quelques-unes des années noires que vécut la population des îles.

En 1814, suite au Traité de Paris et à la fin des guerres napoléoniennes, la France reprit possession des Îles Saint-Pierre et Miquelon. Le retour s'effectua au printemps 1816, lorsque le navire du commandant Bourrilhon arriva en rade de Saint-Pierre. Le 22 juin 1816, l'Angleterre cédait officiellement l'archipel à la France. Les nouveaux arrivés l'ignoraient mais, cette fois, ils étaient là pour rester.



Le retour des habitants à Saint-Pierre et à Miquelon, en 1816, marqua le début d'une nouvelle ère pour l'archipel. Il fallut, dans des conditions particulièrement difficiles, reconstruire ce que le temps, les incendies et les pillages avaient détruit. Maisons, établissements, quais, jardins et rues tout était à refaire. Nos ancêtres y mirent un tel zèle qu'en 1820 Miquelon avait son église et terminait la construction de sa première goélette et que Saint-Pierre disposait d'une cale, d'une église et d'un hôpital.

En marquant le bicentenaire de la rétrocession de l'archipel à la France, la population de l'archipel tient à célébrer son histoire, à manifester son attachement à la France et à préparer le terrain pour ceux et celles qui, en 2066, voudront à leur tour célébrer cet anniversaire.


Le 22 juin 1816, L'Angleterre cédait officiellement Saint-Pierre-et-Miquelon à la France. Depuis, l'archipel est l'unique terre de France en Amérique du Nord, à quelques miles nautiques seulement des imposants voisins que sont le Canada et les États-Unis. Le tricolore y flotte fièrement, les gendarmes assurent la sécurité des habitants et c'est l'euro qui y a cours. Si ce coin de France est un tout petit territoire, l'attachement à la patrie y est grand. Les institutions de l'archipel sont françaises et des élus locaux représentent les intérêts de Saint-Pierre et Miquelon à l'Assemblée Nationale et au Sénat, entre autres.




En 1964, le premier magazine d'information de l'histoire de la télévision, "Cinq colonnes à la une" consacrait un reportage à l'archipel en s'intéressant aux distractions des jeunes, aux ressources de la pêche à la morue, à la vie touristique,... L'équipe de reportage avait alors rencontré le maire, le secrétaire de la marie de Saint-Pierre et l'unique gendarme de Miquelon. Regardez :

Aucun commentaire: