Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

22 juin 2015

Le Pataus ALBATROS en escale en Afrique du Sud

ALBATROS Adieu les quarantièmes Fin des missions TAAF

Flamme Particpez  au Concours de création de timbres CapeTown 10-06-2015
marque du shipshandler




Depuis 1984, l’Albatros enchaîne inlassablement les missions TAAF. Et sa présence n’est pas anodine ; en effet, il a déjà arraisonné de nombreux pêcheurs contrevenants. Par ailleurs, l’aspect dissuasif de ces patrouilles est important, il faut assurer une présence dans ces eaux riches, et être prêt à intervenir pour préserver nos ressources, objet de nombreuses convoitises. Ces zones étant très éloignées de La Réunion, il faut donc y être présent pour y intervenir rapidement. Les TAAF et l’Albatros c’est 30 ans d’aventures communes et des centaines de marins qui ont eu l’opportunité de servir à bord de ce bâtiment atypique et qui en gardent des souvenirs riches et denses dont la rencontre de conditions climatiques sévères et la beauté des paysages.
Après une ultime patrouille dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF), le patrouilleur austral « Albatros » a quitté définitivement l’océan Indien pour rejoindre l’océan Atlantique à destination de Brest où il sera désarmé.




Cette mission opérationnelle revêt donc un caractère bien particulier pour tout l’équipage. Ainsi, à moins de deux mois du désarmement, le plus vieux bâtiment de la marine a, une fois de plus, affronté les mers du Sud, au début de l’hiver austral de surcroît ! Après une descente rapide vers Crozet au cours de laquelle nous avons retrouvé le niveau d’entraînement acquis à l’issue de la dernière mission TAAF, nous avons pu mouiller à Port Alfred profitant d’une opportune « fenêtre météorologique ». Ce mouillage a permis à l’équipage de retrouver les hivernants quittés trois mois plus tôt et de profiter d’une mise à terre plus longue et moins ventée qu’en janvier. Ce n’était malheureusement que le calme avant les tempêtes ! Pour sa 81ème patrouille dans le Sud, les 40èmes rugissants ont été fidèles à leur sinistre réputation et ils n’ont pas fait de cadeau au vénérable « oiseau blanc » ! En effet, lors de la traversée vers l’Afrique du Sud, nous avons essuyé pas moins de trois dépressions australes avec des creux atteignant huit mètres et surtout des éléments perpétuellement de face rendant laborieuse notre progression vers l’ouest en direction du Cap de Bonne Espérance.



Flamme Capemail  10-06-2015





Enfin, nous avons passé le Cap des Aiguilles, point le plus sud de l’Afrique (au large duquel se forment les terribles « vagues scélérates ») puis le célèbre Cap de Bonne Espérance, lieu symbolique pour tous les marins. Depuis le large nous n’avons rien vu, une brume épaisse ayant recouvert la mer. Cette dernière ne s’est dissipée qu’à notre entrée dans la baie de Cape Town dévoilant un spectacle grandiose : la montagne de la Table, les monts des douze apôtres, « Robben Island » (île ou était située l’ancienne prison de Nelson Mandela) et surtout des couleurs à nous faire oublier les longues nuits grises et noires du Sud !




Puis entamant sa remontée vers Brest, il fera escale à Sainte-Hélène où l'équipage ira certainement s'incliner sur la tomb de l'empereur Napoléon 1er à Longwood.

à suivre ...

Sources et photos 

Patrouilleur Albatros Marine nationale

Aucun commentaire: