Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

15 juin 2015

La Gallissonière quitte Brest Landévennec Bretagne cimetière Escorteur escadre T56

L'EE La Gallissonière quitte Brest

Le La Galissonière est un escorteur d'escadre de type T 56, le seul de sa série part pour la déconstruction.






Le La Galissonnière (D638), unique escorteur d'escadre de ce type a été, dès sa construction fin 1958, conçu comme un bâtiment expérimental pour mettre au point les équipements ASM des futures générations de bâtiments dédiés à cette fonction.





 Si sa coque et sa propulsion reprennent l'essentiel de celles des T47 et des T53, son armement est modernisé par rapport aux bâtiments précédents : les canons de 57 et de 127 mm sont remplacés par deux tourelles monotubes de 100 mm, un mortier ASM quadruple de 305 mm complète l'armement anti-sous-marin, 



un sonar de coque et un sonar remorqué à basse fréquence remplacent les équipements haute fréquence, et surtout un missile ASM Malafon et une plate-forme pour hélicoptère lui fournissent des moyens d'action à grande allonge.

À la fin des années 1960, sa mission d'expérimentation ayant abouti, ce bâtiment a été intégré aux forces navales et aux escadres.



Il sert en Méditerranée, en Atlantique puis en océan Indien. À partir de 1983 il servit d'escorte aux sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE).




Désarmé le 20 avril 1990, sous le n° Q 682, il servit d'abord de brise-lames pour l'École navale à la base d'aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic. Il fut transféré en 2006 au Cimetière de Landévennec.




 Le 21 mai 2015, La Galissonnière a quitté les lieux pour le port de Brest, pour être préparée à son transfert courant juin, vers le chantier de Gand, en Belgique, afin d'y être démantelée par le groupe franco-belge Galloo






Si des différences existent entre les trois types pour les équipements, l'armement et les aménagements, la construction de la coque demeure relativement identique. Seul l'arrière est un peu plus long et plus fin sur les T53, la différence étant plus marquée sur le T56 qui reçoit d'origine un sonar remorqué.



La coque est formée par 17 tranches (de A à à Q, de l'avant à l'arrière), séparées par des cloisons étanches sans ouverture N 1 joignant le fond au pont principal.









Rolland-Michel Barrin, comte de La Galissonière, né le 10 novembre 1693 à Rochefort et mort le 26 octobre 1756 à Montereau-Fault-Yonne, est un officier de marine, administrateur colonial et aristocratefrançais des XVIIe et XVIIIe siècles. Il est gouverneur intérimaire de la Nouvelle-France de 1747 à 1749



Après des études au collège de Beauvais, à Paris, sous la conduite de Charles Rollin, au cours desquelles il montre son aptitude pour les mathématiques, comme son père et son grand-père maternel il veut servir dans la Marine royale.

La Galissonière entre dans la compagnie des gardes de la Marine à Rochefort ou à Brest le 1er novembre 1710 et effectue sa première campagne à bord du vaisseau Le Héros, qui transporte en 1711 des approvisionnements en Nouvelle-France. Il est alors âgé de 18 ans. Promu enseigne de vaisseau l'année suivante, le 25 novembre 1712.




Avec le Traité d'Utrecht qui met fin à la guerre de Succession d'Espagne en 1713, la France est en « état de paix » relatif avec l'Angleterre. Toutefois, la Marine royale doit lutter contre les pirates ou corsaires barbaresques qui, sur de petits navires bien équipés, font régner leur loi et troublent le commerce maritime. Roland-Michel Barrin participe à la protection des convois qui reviennent des colonies des Antilles. Après son mariage en Poitou en 1713, Roland-Michel ré-embarque et revient à Québec sur le navire Le Français en 1716, puis en 1719 sur la flûte Le Dromadaire







Il sert le plus souvent à Rochefort (où il habite) jusqu'en 1736, avec toutefois quelques embarquements qui le conduisirent au Canada, à l'île Royale (île du Cap-Breton), aux Antilles, en Méditerranée et le long des côtes d'Espagne. Nommé aide-major à Rochefort le 7 mai 1726, il opte le 17 mars 1727 pour le service normal de lieutenant de vaisseau. En 1732, il est officier sur Le Rubis et à bord de ce navire fait un nouveau voyage au Canada. Puis il embarque de nouveau sur Le Dromadaire, cette fois en qualité de commandant, en 1734 et 1735 pour une campagne « aux îles d'Amérique » (Antilles).

En 1737, il reçoit le commandement du Héros pour une nouvelle mission de transport vers la Nouvelle-France. Les puissantes protections familiales dont il bénéficie, ainsi que ses mérites, lui valent d’être promu capitaine de vaisseau le 1er avril 1738 et créé chevalier de Saint-Louis le 13 mai suivant. En 1739, il transporte des approvisionnements à Louisbourg, sur l'île Royale, avec Le Rubis qu'il commande. L'année suivante, il sert en Méditerranée sur le vaisseau L'Espérance qui conduit à Constantinople le nouvel ambassadeur de France.




pour en savoir plus :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rolland-Michel_Barrin



13/12/2013 
Le marché de déconstruction des ex. escorteurs type T47 Duperré et La Galissonnière, des ex. avisos type A69 Détroyat et Jean Moulin et des ex. avisos escorteurs EV Henry et CDT Rivière a été notifié le 11 décembre 2013 à la société GALLOO GENT (anciennement Van Heyghen Recycling) qui fait partie du groupe franco-belge GALLOO. 
Le chantier de déconstruction de la société se situe à Gand.
Quatre des coques se trouvent actuellement à Landévennec en mouillage d’attente, une est en attente dans le port de Toulon et la dernière sert de brise lames à l’école navale.
Dans une approche de développement durable, la Marine a choisi une politique de démantèlement pour le traitement de ses bâtiments retirés du service actif. Ce marché s’inscrit dans ce cadre et dans le strict respect de la réglementation, de la protection des travailleurs et de l’environnement, sans pour autant renoncer à la performance économique.
Sources : © Marine nationale




L’activité principale de Galloo est restée la même depuis sa création en 1939 : la récupération et le recyclage des vieux métaux.



Au fil du temps, nous avons connu une transformation permanente, surtout en termes d’amélioration des techniques permettant d’accomplir cette tâche. Le secteur du recyclage est traversé par une innovation constante et Galloo a toujours joué un rôle de pionnier.





photo Galloo


Grâce à différentes méthodes devenues extrêmement avancées, Galloo recycle de la ferraille industrielle, des vieux métaux et des déchets de biens de consommation. Nous présentons le recyclage des déchets électroniques, des vieilles voitures et des plastiques dans un autre chapitre (appareils électroniques – voitures – plastiques).

Si on examine de plus près le recyclage des métaux, on distingue deux flux : la ferraille industrielle et les vieux métaux.



http://www.galloo.com/?language=fr






La ferraille industrielle est généralement homogène et peut être convertie assez facilement en matières premières. Les métaux lourds sont découpés à l'aide de cisailles, tandis que les métaux plus légers sont compressés.

photo Galloo


Dans les deux cas, les matières premières secondaires sont principalement destinées à l’industrie métallique. Grâce aux matériaux recyclés que nous produisons, nous aidons la nature à plus d’un égard. En récupérant des métaux, Galloo réduit considérablement la quantité de déchets. En outre, l’utilisation de matières premières secondaires dégagent moins de CO2 que l’exploitation et le traitement des minerais. Enfin, la récupération permet de réduire l’exploitation des ressources naturelles et donc d’éviter de les épuiser.





Les vieux métaux provenant de ferrailleurs ou collectés par le biais de notre large réseau de filiales ou des parcs à conteneurs forment un deuxième flux de métaux recyclables. Contrairement à la ferraille industrielle, les vieux métaux sont plus variés et requièrent une approche différente.

Les métaux ainsi que les biens de consommation dépollués sont traités dans un grand broyeur qui les pulvérise en quelques secondes. Le broyeur les réduit en petites particules de métal et d’autres matériaux, comme du caoutchouc, du bois et du plastique.

photo Galloo


Lors des étapes suivantes, on sépare les métaux ferreux (contenant du fer), les métaux non ferreux et les matériaux non métalliques. Les métaux ferreux peuvent servir de matière première dans les industries métalliques.

Galloo sépare les métaux non ferreux, les plastiques qui sont traités séparément et les matières non métalliques. Les métaux non ferreux sont triés par type grâce à des techniques de flottation dans des installations de séparation conçues par l’entreprise.

Ainsi, la majorité des matériaux livrés dans notre entreprise sont récupérés, de sorte que nous contribuons à un monde plus propre


Merci à Bernard et François pour les photos du transfert de Landévennec à Brest et la sortie du goulet

photos : F Guiganton et Bernard Hily

et Wikipédia 

2 commentaires:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Frédéric a dit…

Bonjour. Je me permet de signalé un petit récit uchronique mettant en scène La Gallissionère durant la guerre des Malouines :

https://www.wattpad.com/myworks/72117519--premier-sang-pour-les-malouines

Cordialement.