Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

22 mars 2015

Sainte-Assise Seine et Marne transmission emetteur ondes longues Ile de france VLF Fusilier marin sous-marin

Centre de Transmission Marine 
de Sainte-Assise






Le centre de transmissions de la Marine nationale a été survolé par un drone dans la soirée de samedi. Le site est ultra-sensible. 8/3/2015



Un drone a été détecté à deux reprises samedi au-dessus du centre de transmissions de la Marine nationale, une première fois vers 16h30 avant qu’il ne disparaisse puis à nouveau vers 20h30-21h.
Un hélicoptère de la gendarmerie a été envoyé sur place jusque vers 23 heures afin de tenter d’intercepter l’engin. En vain.
Avec Kerlouan (Finistère), Rosnay (Indre) et La Régine (Aude), le centre de transmissions (CTM) de la Marine nationale de Sainte-Assise, à cheval sur trois communes (Seine Port, Boissise-la-Bertrand et Cesson) fait partie des lieux stratégiques de l’armée française. C’est l’un des cœurs de transmission de la force nucléaire française, dépendant de la Force océanique stratégique (Fost) qui gère les transmissions des sous-marins nucléaires français.

Sainte-Assise

Parmi les missions du centre : communiquer avec les sous-marins français et transmettre un éventuel ordre d’attaque nucléaire par le président de la République. Plusieurs antennes, dont certaines dépassent 200 mètres de haut, sont implantées sur le site. Outre ces antennes de communication, le site comporte également une base militaire qui compte une cinquantaine de militaires. La surveillance étant assurée par les fusiliers marins.


En juillet 2012, les responsables de la Fost avait demandé la fermeture du VC 3, une voie communale pour sécuriser le site et développer les nappes d’ondes.
La gendarmerie des transports aériens est chargée de l’enquête, indique Libération. Fin janvier, des drones avaient été détectés à plusieurs reprises à proximité du site militaire de l’Île Longue, dans la rade de Brest, port d’attache des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins français.


L'émetteur de Sainte Assise est un émetteur pour les ondes très longues VLF (very low frequency), installé dans le domaine du château de Sainte-Assise à Seine-Port en Seine-et-Marne, qui appartenait à la Compagnie Radio France filiale de la Compagnie générale de la télégraphie sans fil (CSF).

Globecast, filiale d'Orange est quant à lui désormais le propriétaire du téléport (transmission vers les satellites de télécommunication) de Sainte-Assise, constitué d'un parc d'antennes paraboliques de grandes dimensions (de 4 à 16 mètres de diamètre).





Globecast, filiale d'Orange est quant à lui désormais le propriétaire du téléport (transmission vers les satellites de télécommunication) de Sainte-Assise, constitué d'un parc d'antennes paraboliques de grandes dimensions (de 4 à 16 mètres de diamètre).





Son antenne était portée par onze pylônes de 250 mètres et cinq mats de 180 mètres. À son inauguration en 1921, l'émetteur était le plus puissant au monde et couvrait le monde entier.

En novembre 1921, y fut réalisé à titre expérimental la première émission radiophonique française au moyen d'un émetteur grandes ondes de 1 kW. Mademoiselle Yvonne Brothierinterpréta La Marseillaise, La Valse de Mireille et un air du Barbier de Séville. Par la suite, le site a été un centre d'expérimentation pour la télévision.
Réquisitionné par la Kriegsmarine en 1941 pour permettre les communications entre Berlin et les U-Boots. Paradoxalement, Sainte-Assise n'a pas souffert des bombardements alliés et toutes les antennes ont survécu.
Comme prévu par la convention d'octobre 1920, le 1er janvier 1954, les PTT reprirent ces installations.

En 1991, une partie de la station est vendue par France Télécom à la Marine nationale, pour devenir le Centre de transmissions marine (CTM) de Sainte-Assise chargé des communications unilatérales avec les sous-marins en plongée. Le site, inauguré en 1998, est devenu un terrain militaire surveillé par une compagnie de fusiliers-marins.



Un pylône de 250 mètres reste la propriété de Globecast. Cette filiale d'Orange est désormais le propriétaire du téléport de Sainte-Assise, situé sur un second site à proximité, qui sert de support à de multiples antennes paraboliques. Cette station assure l'émission des signaux montant vers les satellites de télécommunication, en particulier les signaux vidéo/audio3 pour la diffusion directe par satellite de services de télévision (et radio).

En décembre 2000, trois pylônes inutilisés de 180 mètres ont été démontés


merci à la section Ile de France






sources : 

1 commentaire:

Jean Farge a dit…

Mon père a travaillé toute sa carrière à 'ondes longues'. Dans les s années 60 70 c'était très facile pour moi adolescent de l'accompagner. J'étais ébahi par la taille des 2 énormes diesel, la lumière bleutée émanant des vapotrons, me promener parmi les cabines émetteurs, les jets d'eau des bassins de refroidissement derrière le bâtiment, aller ceuillir des champignons du côté de 'sud ouest', faire des cabanes dans les arbres de la belle forêt...