Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

19 déc. 2014

Humour dans le carré par Donec

Donec : arrivée à Londres

Bonjour à tous,

La tradition de l’hospitalité est solidement ancrée dans l’âme de notre peuple. Pour preuve la réception réservée en 1940 par nos meilleurs artistes à nos amis allemands.




Edith Piaf, Arletty, Sacha Guitry, Jean Cocteau, Maurice Chevalier, Tino Rossi et bien d’autres ne manquèrent pas d’assurer le meilleur accueil aux élégants militaires d’outre Rhin. Malheureusement quelques esprits forts et teigneux comme Jean Gabin, Joséphine Baker ou Françoise Rosay* s’enfuirent pour continuer une lutte que d’aucun en 1940 jugeaient perdue d’avance.



Pour cette dernière, la découverte de la France Libre fut déconcertante : « Nous pensions que ces gens là n’avaient qu’un seul désir, une seule passion, une seule idée : défendre la France, aider les Français à vivre, souhaiter la réussite de tous ceux qui luttaient contre les Allemands. Je pensais trouver chez ces gens de Londres une amitié, une solidarité, un accord parfait. Pas du tout, je n’ai entendu que des attaques, des critiques. Les uns aimaient de Gaulle, les autres le haïssaient, notamment l’amiral Muselier. En somme, ils n’étaient d’accord sur rien. J’étais effondrée… ».

Françoise Rosay (la traversée d’une vie)

Clarence Sinclair Bull, Portrait of Françoise Rosay, 1930's.

Le ciel vous tienne en joie et à la semaine prochaine.

Donec


http://www.ina.fr/video/AFE00002932


Françoise ROSAY : nous n’oublierons pas cette scène d’anthologie dans « L’auberge Rouge » où elle se confesse à Fernandel au travers d’une poêle à châtaignes en guise de grille de confessionnal.

Aucun commentaire: