Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

30 nov. 2014

Vol par Zeppelin vers la Californie 6 au 9 mai 1936 LZ-129 Hindenburg

Vol par Zeppelin LZ-129 
du 6 au 9 mai 1936


Le LZ-129 Hindenburg, construit par la firme allemande Zeppelin, est le plus grand dirigeable commercial jamais réalisé et affecté sur une ligne régulière Europe-États-Unis. 

LZ-129 Hindenburg amarré à Lakehurst (Etas-Unis) en 1936 .
Department of the Navy 


Le vol inaugural du LZ 129 Hindenburg a lieu le 4 mars 1936 à Friedrichshafen, en Allemagne.




 Sa première traversée de l'Atlantique se fera vers le Brésil le 31 mars 1936.



Cette enveloppe est envoyée de Francfort sur le Main à destination du Consulat d'Allemagne à Los Angeles. Elle est réalisée pour le premier vol sur l'Atlantique nord


Elle a voyagé sur le Zeppelin HINDENBURG du 6 au 9 mai 1936. Au verso est apposé le TAD New-York may 9 9-AM 1936.




L'enveloppe tapée à la machine comporte l'indication "Mit luftschiff nach Nord-Amerika"



Le timbre de poste aérienne émis pour l'événement représente le Zeppelin LZ 129 Hindenburg, sa valeur est de 75 pfennig.
Le Timbre à date est celui de la gare de "Frankfurt am Main" en date du 6-5-1936














Un tampon rouge porte la mention "Deutsche Luftpost Europa - Nordamerika "



La première traversée transatlantique nord se déroule à partir du 6 mai 1936, après un ensemble de révisions -moteurs et cellules de gaz principalement- et plus de sept heures de vol d'essais intensifs au cours de la journée du 4 mai. 

Sous le commandement de Ernst Lehmann, le LZ 129 décolle à 21H30 de Friedrichshafen, emmenant 51 passagers et 56 membres d'équipage vers Lakehurst (New Jersey). Hugo Eckener est cantonné, cette fois encore, au rôle d'observateur. 

L'aéronef met rapidement le cap au nord, traversant la côte hollandaise à Vlissingen, puis la Manche avant de déboucher sur l'océan Atlantique. Des dispositifs de survie, nouveaux, ont été installés à bord. Outre quatre canots de secours à gonflage immédiat, capables d'évacuer chacun 25 naufragés, des gilets de sauvetage sont mis à disposition des passagers. L'équipage lui-même est doté de matériel de survie. Par bonheur, le vol se déroule sans incident majeur et permet la réalisation de deux grandes "premières" : alors que le dirigeable se rapproche du continent nord-américain, une messe est célébrée à bord par le Père Schulte à partir d'un autel improvisé, sans toutefois utiliser de cierges allumés, par sécurité. Un peu plus tard, le divertissement chanté auquel sont conviés les passagers est radiodiffusé à destination des États-Unis et du Canada. 



Ainsi, derrière leur récepteur, certains auditeurs médusés entendent en direct Lady Wilkins, l'épouse du géographe et pilote australien Hubert Wilkins, interpréter "I'm in the mood for love" accompagnée au piano par Franz Wagner, pianiste attitré de la maison Blüthner-Flügel. Ce voyage, comme toute croisière, est aussi le prétexte à un luxe ostentatoire. Au nombre des passagères figure la Française "Titaÿna", en réalité Elisabeth Sauvy-Tisseyre, journaliste, pilote, exploratrice considérée comme l'archétype de la "garçonne". Elle a été invitée sur le Hindenburg à la suite d'un reportage bienveillant sur Hitler. 



Au moment de passer le bateau-phare de Nantucket, la vitesse de l'aéronef est réduite, afin de pouvoir être vu par un maximum de personnes. 

L'atterrissage, le 9 mai à 6H10, s'effectue normalement. La mise au mât s'avère plus délicate et requiert le transport de la nacelle de commandement sur des supports de bois. Les douaniers américains font, pour la circonstance, preuve de beaucoup de zèle, retenant deux heures les passagers, refusant l'entrée sur le territoire d'un piano en aluminium, confisquant même un bouquet de fleurs lancé depuis le ballon, au motif d'un éventuel risque de contamination. 

34 passagers prennent la navette Américan Airlines pour Newark afin de poursuivre leur voyage. Viendra enfin la reconnaissance officielle à travers une lettre du président Roosevelt et plusieurs réceptions pour l'ensemble de l'équipage et plus particulièrement Hugo Eckener. 



Le retour en Allemagne, le 14 mai 1936, s'effectue pour la première fois sur les nouvelles installations de l'aéroport de Francfort-Rhein/Main. L'atterrissage est effectif à 4H41.

Aucun commentaire: